ICOs

Les données liées l’adhésion thérapeutique des patients devraient bouleverser le secteur des soins de santé à travers le monde

Curaizon

Lors­qu’elles sont uti­li­sées de la bonne manière, les don­nées des patients peuvent per­mettre de réduire les coûts liés aux soins de san­té en limi­tant les gas­pillages et en amé­lio­rant la qua­li­té de la prise en charge – et peuvent par­fois sau­ver des vies. Les don­nées liées à l’adhé­sion thé­ra­peu­tique, com­bi­nées à celles des patients, peuvent per­mettre d’al­ler plus loin dans l’a­mé­lio­ra­tion de leur expé­rience et de leur satis­fac­tion, mais aus­si d’aug­men­ter le niveau de sécu­ri­té et d’ac­ces­si­bi­li­té d’un médi­ca­ment. De meilleurs pro­cé­dés d’a­na­lyse et de trai­te­ment des don­nées peuvent être avan­ta­geux dans de nom­breux domaines tels que la méde­cine pré­dic­tive, la ges­tion de la rela­tion entre les méde­cins et leurs patients, mais aus­si dans la qua­li­té des soins de san­té ou la mesure de l’ef­fi­ca­ci­té de cer­tains trai­te­ments.

Selon cer­taines esti­ma­tions, seuls 50% des patients à tra­vers le monde ingé­re­raient la tota­li­té des médi­ca­ments qui leurs sont pres­crits – ce serait le cas dans 50% des visites chez un méde­cin, 40% des admis­sions de longue durée et 40% des réad­mis­sions à l’hô­pi­tal. Au total, le coût annuel mon­dial de la non-adhé­sion thé­ra­peu­tique s’élèverait à plus de 700 mil­liards de dol­lars – un chiffre qui pro­gres­se­rait de 13% par an. Le fait d’in­ci­ter un plus grand nombre de patients à suivre le trai­te­ment qui leur a été pres­crit semble vital pour amé­lio­rer les pres­ta­tions de soins de san­té et per­mettre à ces per­sonnes de béné­fi­cier de meilleurs résul­tats. Les pres­ta­taires de soins de san­té natio­naux pour­raient ain­si uti­li­ser leurs res­sources de manière plus effi­ciente, en limi­tant les gâchis et en offrant des résul­tats de qua­li­té, qui s’ap­puient sur les meilleurs pra­tiques en vigueur.

De récentes nou­velles ain­si que des modi­fi­ca­tions régle­men­taires ont mis en lumière les pro­blé­ma­tiques liées à l’u­ti­li­sa­tion des don­nées per­son­nelles. On peut notam­ment citer l’ar­ri­vée du Règle­ment géné­ral sur la pro­tec­tion des don­nées (RGPD) en Europe, qui pré­cise que tous les citoyens euro­péens doivent avoir la pos­si­bi­li­té de savoir où leurs don­nées per­son­nelles ont été sto­ckées, et de pou­voir contrô­ler la façon dont elles sont uti­li­sées. Pour contour­ner ce véri­table casse-tête, il est pos­sible de s’ap­puyer sur des jeux de don­nées stan­dar­di­sés et ano­ny­mi­sés. Curai­zon, l’un des pion­niers des tech­no­lo­gies d’adhé­sion thé­ra­peu­tique, a déve­lop­pé Cura­Da­ta, une solu­tion qui per­met d’a­no­ny­mi­ser les don­nées per­son­nelles des patients afin que celles-ci puissent être uti­li­sées par les pres­ta­taires de soin de san­té, les méde­cins-cher­cheurs et les socié­tés phar­ma­ceu­tiques.

Grâce à des tech­no­lo­gies de machine lear­ning et d’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, la pla­te­forme Cura­Da­ta per­met­tra de géné­rer des jeux de don­nées liés à l’adhé­sion thé­ra­peu­tique basés sur des don­nées ano­ny­mi­sées. Elle pour­ra ensuite uti­li­ser ces tech­no­lo­gie pour faci­li­ter l’in­té­gra­tion com­plète de don­nées, la col­la­bo­ra­tion entre les dif­fé­rents acteurs du sec­teur de la san­té et l’u­ti­li­sa­tion de modèles pré­dic­tifs d’ef­fi­ca­ci­té de dif­fé­rents types de médi­ca­ments. Sa tech­no­lo­gie per­met­tra éga­le­ment d’améliorer la com­pré­hen­sion de l’ef­fi­ca­ci­té de cer­tains médi­ca­ments, de réduits les coûts liés à la recherche et aux déve­lop­pe­ment de cer­tains trai­te­ments, tout en favo­ri­sant la concur­rence au sein du sec­teur phar­ma­ceu­tique. Les don­nées de Curai­zon sont sto­ckés sur un ser­veur cloud sécu­ri­sé, ados­sé à des degrés de per­mis­sions qui contrôlent les don­nées héber­gées sur la blo­ck­chain, afin d’as­su­rer la sécu­ri­té, la trans­pa­rence et l’immuabilité des don­nées médi­cales, grâce à un accès res­treint répon­dant à des règles bien pré­cises. La pla­te­forme Cura­Da­ta pour­ra être déployée à tra­vers des ser­vices natio­naux de san­té. Par ailleurs, plus le nombre de patients et de pres­ta­taires de soins de san­té four­nis­sant des don­nées sera éle­vé, meilleure sera la qua­li­té et la fonc­tion­na­li­té des jeux de don­nées pro­duits.

Par exemple, les méde­cins et les pra­ti­ciens pour­ront tirer des retours de leurs patients des ensei­gne­ments de valeur sur les limites des trai­te­ments exis­tants. Les infor­ma­tions en temps réel concer­nant la non-adhé­sion thé­ra­peu­tique les aide­ront à mieux com­prendre les com­pli­ca­tions qui peuvent être pro­vo­quées par un médi­ca­ment ou à une forme de trai­te­ment spé­ci­fiques. Ils pour­ront ajou­ter de nou­velles don­nées au sys­tème afin d’ai­der à éla­bo­rer de meilleurs pra­tiques. De leur côté, les data scien­tists, les uni­ver­si­taires et les cher­cheurs des socié­tés phar­ma­ceu­tiques pour­ront inté­grer leurs propres don­nées au sein de la pla­te­forme Cura­Da­ta pour obte­nir des ensei­gne­ments uniques, et par­ti­ci­per à l’ex­pan­sion de cet éco­sys­tème.

Cette col­la­bo­ra­tion indi­recte et le par­tage d’in­for­ma­tions de toutes les par­ties concer­nées per­met­tront de limi­ter les coûts et les gas­pillages liés aux pres­ta­tions de soins de san­té et à la recherche médi­cale. Uti­li­sée cor­rec­te­ment, l’a­na­lyse avan­cée des don­nées liées à l’adhé­rence peut per­mettre d’a­mé­lio­rer l’ef­fi­ca­ci­té et la qua­li­té des ser­vices natio­naux de san­té au béné­fice des patients et des pres­ta­taires de soins.

À tra­vers l’I­ni­tial Coin Offe­ring (ICO) du Cura­to­ken, Curai­zon per­met aux par­ti­ci­pants poten­tiels de se tour­ner vers ses tech­no­lo­gies. Ces tokens, bap­ti­sés CTKNs, per­mettent aux déten­teurs d’ac­cé­der à la pla­te­forme inno­vante Cura­Da­ta. Il n’existe aucune autre manière d’ac­cé­der à ces jeux de don­nées, et l’en­semble des infor­ma­tions sont ajou­tées sur la blo­ck­chain en temps réel. La vente publique de tokens a démar­ré le 8 juin 2018.

Cet article n’a pas été rédi­gé par notre équipe édi­to­riale, et nous ne sommes pas res­pon­sables des infor­ma­tions qu’il contient. Il ne s’agit pas d’une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies, et nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.




[wpcrypto_list]