Aspect Légal ICOs Régulation

ICOs : Séoul envisagerait de faire marche arrière

Corée du Sud

Près de 6 mois après avoir inter­dit les Ini­tial Coin Offe­rings – des levées de fonds conduites en cryp­to-mon­naies – les régu­la­teurs sud-coréens seraient prêts, sous cer­taines condi­tions, à faire marche arrière.

Les ICOs à nouveau autorisées en Corée du Sud ?

Financial Supervisory ServiceÀ la fin du mois de sep­tembre 2017, le Finan­cial Super­vi­so­ry Ser­vice (FSS) avait déci­dé d’interdire les ICOs, en évo­quant la néces­si­té de pro­té­ger les épar­gnants. Le pays emboî­tait ain­si le pays à la Chine, qui avait pris une ini­tia­tive simi­laire quelques semaines plus tôt.

Mais le régu­la­teur finan­cier pour­rait déci­der de faire marche arrière, selon un article publié récem­ment par le Korea Times. Citant une source qui a tenu à res­ter ano­nyme, le jour­nal rap­porte des dis­cus­sions entre les auto­ri­tés finan­cières, qui seraient prêtes à auto­ri­ser à nou­veau les ICOs sous cer­taines condi­tions – des condi­tions qui n’ont pas encore été dévoi­lées.

Voi­ci ce que cette source, qui serait très proche du dos­sier, a confié :

« Les auto­ri­tés finan­cières ont dis­cu­té avec l’agence fis­cale du pays, le minis­tère de la Jus­tice et d’autres agences gou­ver­ne­men­tales concer­nant un dis­po­si­tif visant à auto­ri­ser les ICOs en Corée du Sud, une fois que cer­taines condi­tions seront rem­plies ».

Alors que cer­tains crai­gnaient que la Corée du Sud ne décide de suivre la Chine et de faire inter­dire le tra­ding de cryp­to-mon­naies, le gou­ver­ne­ment s’était fina­le­ment conten­té de faire fer­mer les comptes ano­nymes de tra­ding. Ajou­tons que les auto­ri­tés n’ont jamais empê­ché les inves­tis­seurs de se tour­ner vers des ICOs étran­gères, alors que les star­tups locales n’ont pas accès à ce mode de finan­ce­ment inno­vant.

Aucune décision n’a été prise

La corée du Sud et les crypto-monnaiesKang Young-soo, en charge des règles impo­sées au tra­ding de cryp­to-mon­naies pour la Finan­cial Ser­vices Com­mis­sion (FSC), a révé­lé que l’autorité gou­ver­ne­men­tale n’avait pas encore pris la déci­sion d’autoriser ou non les épar­gnants et les socié­tés locales à par­ti­ci­per à des ICOs.

« Beau­coup spé­culent sur la pos­si­bi­li­té d’une auto­ri­sa­tion des ICOs», a-t-il indi­qué au Korea Times. « La FSC a pris en consi­dé­ra­tion les élé­ments exté­rieurs concer­nant cette pro­blé­ma­tique, mais nous ne pou­vons pour l’instant rien décla­rer offi­ciel­le­ment ».

Ces nou­velles font suite à des remarques du vice-pré­sident de la FSC, Kim Yong-beom, qui avait lais­sé entendre en décembre der­nier que le pays pour­rait faire marche arrière. Pour cela, il avait évo­qué une condi­tion : il fau­drait que seuls les inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels puissent prendre part à ces levées de fonds, afin de tenir écar­tés « les citoyens “clas­siques”, qui ne dis­posent pas d’informations suf­fi­santes au sujet de leur tech­no­lo­gie et de leur com­plexi­té ».

Réfé­rences : CCN, Korea Times, BTC­Ma­na­ger

ICOs : Séoul envi­sa­ge­rait de faire marche arrière
5 (100%) 1 vote

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 3743