Bitcoin Démocratisation

McDonald’s, Pizza Hut, Starbucks,… Au Salvador, ces grandes enseignes acceptent désormais les paiements en Bitcoin

Restaurant McDonald's

Le 7 sep­tembre 2021, le Bit­coin a été adop­té pour la pre­mière fois de son his­toire comme mon­naie offi­cielle par un pays, le Sal­va­dor. Il est ain­si deve­nu pos­sible de se res­tau­rer dans de grandes enseignes telles que Star­bucks ou McDo­nald’s en réglant sa note en BTC.

C’est une mesure contro­ver­sée. L’a­dop­tion du Bit­coin par le Sal­va­dor a sus­ci­té de nom­breuses cri­tiques par­mi la popu­la­tion – dont une par­tie a mani­fes­té sa colère dans les rues de la capi­tale –, mais éga­le­ment d’autres pays et d’ins­ti­tu­tions finan­cières. Pour cer­tains, cette déci­sion avait été prise trop rapi­de­ment pour per­mettre aux com­mer­çants de s’a­dap­ter, tan­dis que d’autres ont rap­pe­lé les risques liés à l’u­ti­li­sa­tion d’un actif aus­si vola­til que le BTC.

Alors que les Sal­va­do­riens ont pu com­men­cer à télé­char­ger le por­te­feuille Bit­coin pro­po­sé par le gou­ver­ne­ment, bap­ti­sé « Chi­vo » – même si plu­sieurs dif­fi­cul­tés tech­niques ont émaillé son lan­ce­ment –, de grandes enseignes mon­diales ont com­men­cé à accep­ter leurs pre­miers paie­ments en BTC.

Payer son repas McDonald’s ou son café Starbucks en Bitcoin, c’est désormais possible au Salvador

C’est ce qu’a mon­tré le jour­na­liste de Bit­coin Maga­zine, Aaron Van Wir­dum, qui a pu payer son petit-déjeu­ner dans un res­tau­rant McDo­nald’s grâce au Light­ning Net­work.

Ados­sé à la blo­ck­chain Bit­coin, ce réseau per­met­tant d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions en BTC de manière qua­si-ins­tan­ta­née et qua­si-gra­tuite. M. Van Wir­dum, qui pen­sait que l’in­fra­struc­ture ne serait pas prête dès le pre­mier jour, a été sur­pris de consta­ter la sim­pli­ci­té de son paiement :

« Je viens d’en­trer dans un McDo­nald’s à San Sal­va­dor [la capi­tale] afin de deman­der si je pou­vais payer mon petit-déjeu­ner en Bit­coin. Pour être hon­nête, je m’at­ten­dais à ce que l’on me dise que ce n’est pas possible.

Je me suis trom­pé : ils ont impri­mé un ticket avec un code QR, qui m’a ame­né vers une page avec une fac­ture Light­ning. Je suis main­te­nant en train de me réga­ler avec un petit-déjeu­ner traditionnel ! »

Nayib Bukele, le pré­sident du Sal­va­dor, a de son côté mis en avant la pos­si­bi­li­té de payer en Bit­coin dans un Piz­za Hut :

Le diri­geant a récem­ment annon­cé que son pays avait pro­fi­té de la chute récente du BTC pour s’of­frir 150 coins sup­plé­men­taires. Il détient désor­mais un total de 550 Bit­coins, soit envi­ron 25,5 mil­lions de dollars.

D’autres uti­li­sa­teurs ont rap­por­té leur expé­rience au Star­bucks, mais éga­le­ment dans d’autres enseignes majeures pré­sentes dans le pays.

« Ceci s’a­dresse à tous les cri­tiques qui disaient que l’on ne pour­rait jamais payer son café en Bit­coin. Je viens de le faire dans un Star­bucks du Sal­va­dor. J’es­père seule­ment que cela ne devien­dra pas la nou­velle “Piz­za Bit­coin” à 10 000 BTCs… »

Salvador : une nouvelle ère pour l’adoption du Bitcoin par les grandes entreprises ?

Trois pièces de BitcoinPour cer­tains scep­tiques, la déci­sion du Sal­va­dor de faire du Bit­coin sa mon­naie offi­cielle n’est pas signi­fi­ca­tive. Elle ne devrait avoir qu’un impact limi­té sur le BTC, puis­qu’il s’a­git d’un petit pays de 6,5 mil­lions d’ha­bi­tants, doté d’un PIB de seule­ment 27 mil­liards de dollars.

Mais beau­coup ne réa­lisent pas à quel point cette mesure pour­rait favo­ri­ser l’a­dop­tion de la pre­mière cryp­to­mon­naie. Le fait que de nom­breuses enseignes inter­na­tio­nales com­mencent à accep­ter les paie­ments en Bit­coin dans la région pour­rait, à terme, les pous­ser à faire de même dans d’autres pays.

En réa­li­sant la sim­pli­ci­té des paie­ments via le Light­ning Net­work, elles pour­raient ain­si être ame­nées à géné­ra­li­ser cette ini­tia­tive à l’in­ter­na­tio­nal. D’au­tant que l’u­ti­li­sa­tion du réseau n’im­plique que des frais minimes, contrai­re­ment à ceux fac­tu­rés par les pres­ta­taires de ser­vices de paie­ment traditionnels.

Notons enfin qu’elles peuvent se pré­mu­nir de la vola­ti­li­té du BTC en ven­dant sys­té­ma­ti­que­ment les coins reçus ou en ache­tant des pro­duits déri­vés finan­ciers de couverture.

Voi­ci ce qu’a décla­ré mar­di soir le « Bit­coin enthu­siast » Joshua Schultz :

« Ce dont per­sonne ne parle au  sujet du Sal­va­dor, c’est le fait que lorsque je paie mon café en Bit­coin au Star­bucks, l’é­ta­blis­se­ment conserve la tota­li­té de la somme ver­sée – pas seule­ment ce qui reste après que Visa ou Mas­ter­Card ait pré­le­vé sa commission.

Ca va être gigan­tesque pour les com­mer­çants. Visa et Mas­ter­Card vont échouer ».

Rate this post