ICOs

Oleksii Vinogradov, fondateur et président de CryptoAds : « Dans le monde des publicités en ligne, les intermédiaires font grimper les prix jusqu’à 1000% – la blockchain peut rebattre les cartes ».

Oleksii Vinogradov

Le 15 mai marque le début de la pré­vente de tokens de la pla­te­forme Cryp­toAds – une pla­te­forme décen­tra­li­sée dédiée à la publi­ci­té, déve­lop­pée sur la blo­ck­chain Ethe­reum.

Qu’ont en com­mun le « cre­dit his­to­ry » des banques et la répu­ta­tion d’un inter­naute, com­ment est-il pos­sible d’éviter les fortes majo­ra­tions de prix fac­tu­rées lors de la pro­mo­tion de pro­duits ou de ser­vices, et com­ment la blo­ck­chain peut per­mettre de sim­pli­fier le mar­ché de la publi­ci­té en ligne ? Olek­sii Vino­gra­dov, le fon­da­teur et pré­sident de Cryp­toAds, évoque, entre autres, ces pro­blé­ma­tiques au cours d’un entre­tien.

Logo de CryptoAds- Votre pro­jet se posi­tionne comme une « pla­te­forme décen­tra­li­sée de mar­ke­ting et de publi­ci­té déve­lop­pée sur la blo­ck­chain Ethe­reum ». Il s’agit d’une défi­ni­tion assez large. Pour­riez-vous pré­sen­ter plus spé­ci­fi­que­ment l’offre pro­po­sée par Cryp­toAds ?

- Nous pro­po­sons des solu­tions sécu­ri­sées et trans­pa­rentes pour publier une publi­ci­té sur une pla­te­forme d’échange décen­tra­li­sée qui s’adresse aux marques, aux annon­ceurs du numé­rique, aux socié­tés de mar­ke­ting, aux pla­te­formes de dis­tri­bu­tion de conte­nu et aux influen­ceurs.

- Quel type de solu­tions ?

- Notre pla­te­forme per­met aux annon­ceurs de publier des élé­ments publi­ci­taires dans une grande varié­té de for­mats mul­ti­mé­dias, sur un nombre illi­mi­té de pla­te­formes dis­po­sant d’un tra­fic impor­tant, grâce à l’utilisation de l’intelligence arti­fi­cielle et de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain. Il peut s’agir de vidéos ou de publi­ci­tés sur mobile de type « in-app», de clips vidéos, de publi­ci­tés ver­ti­cales ou à 360 degrés, d”»offer walls»,… Les pla­te­formes auront la pos­si­bi­li­té d’offrir à des annon­ceurs poten­tiels un accès à leur audience et à des méthodes de dis­tri­bu­tion de conte­nu.

- D’après le der­nier rap­port d’Ericsson sur la mobi­li­té, la publi­ci­té numé­rique devrait cor­res­pondre cette année à 44% (269,85 mil­liards de dol­lars) de l’ensemble des dépenses publi­ci­taires, et cette part devrait grim­per à 50% (335,48 mil­liards de dol­lars) d’ici à 2022. Pas besoin d’être un expert pour réa­li­ser qu’il s’agit d’un mar­ché extrê­me­ment attrac­tif, mais aus­si très com­pé­ti­tif. Savez-vous com­ment vous allez pou­voir y entrer ?

- Lais­sez-moi répondre à votre ques­tion par une autre. Connais­sez-vous les mon­tants que les inter­mé­diaires ajoutent aux coûts ini­tiaux d’une publi­ci­té, en pre­nant en compte l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’annonceur à la cible ?

- Je ne peux que ten­ter de devi­ner. Dans le sec­teur ali­men­taire, cela va de 50 à 200%…

- Écou­tez-ça : jusqu’à 1000% !

- Wow, c’est de la folie !

- C’est ici que je veux en venir. La tech­no­lo­gie blo­ck­chain peut per­mettre de bou­le­ver­ser cette situa­tion. Nos clients peuvent contrac­ter direc­te­ment, sans avoir besoin d’une pla­te­forme publi­ci­taire cen­tra­li­sée, ce qui va leur per­mettre de réduire le nombre d’intermédiaires, et donc de dimi­nuer leurs coûts.

- Dans les affaires, la réduc­tion des coûts et du nombre d’intermédiaires consti­tue l’un des objec­tifs clés qui peuvent être atteints grâce à la blo­ck­chain. Mais vous n’êtes pas le seul acteur de votre éco­sys­tème, et il sera dif­fi­cile de dépas­ser vos concur­rents avec ce seul argu­ment…

- Nous ne nous arrê­tons pas là. Nous nous démar­quons de nos concur­rents grâce à la trans­pa­rence de l’ensemble du pro­ces­sus, garan­tie par la blo­ck­chain. La pla­te­forme pour­ra agré­ger l’ensemble de l’historique de chaque uti­li­sa­teur, et l’enregistrer sur la blo­ck­chain. Cha­cun de nos clients se ver­ra attri­buer sa propre note. La valeur de cette note dépen­dra des actions effec­tuées sur la pla­te­forme par ses par­ti­ci­pants. Par ailleurs, les termes de chaque tran­sac­tion seront ins­crits dans des « smart contracts», ce qui aide­ra à résoudre de manière natu­relle les pro­blèmes liés à la fraude que l’on peut retrou­ver dans le sec­teur de la publi­ci­té en ligne. Un annon­ceur ne pour­ra ain­si pas évi­ter de payer les ser­vices qui lui auront été four­nis, et le pro­prié­taire d’une pla­te­forme ne pour­ra pas sup­pri­mer ou modi­fier son his­to­rique.

- Lorsque vous avez men­tion­né un sys­tème de nota­tion, j’ai immé­dia­te­ment pen­sé à Uber. Il sem­ble­rait que les uti­li­sa­teurs attri­buent des éva­lua­tions rai­son­nables lorsqu’ils doivent noter leur conduc­teur. Néan­moins, cer­tains pensent que ces chiffres manquent par­fois d’objectivité. Pour­quoi croyez-vous que les éva­lua­tions offertes par les uti­li­sa­teurs de votre ser­vice ne seront pas biai­sées ? Qui contrô­le­ra leur objec­ti­vi­té, et par quels moyens ?

- Lais­sez-moi d’ores et déjà éta­blir une dis­tinc­tion entre les éva­lua­tions d’utilisateurs (qui peuvent natu­rel­le­ment être influen­cées par tout un tas de fac­teurs per­son­nels – comme par exemple l’humeur d’un usa­ger sur une jour­née don­née) et la note d’un indi­vi­du basée sur les actions qu’il effec­tue sur une pla­te­forme, et sur l’historique des tran­sac­tions qu’il a pu mener.

- En somme, vous évo­quez un sys­tème de nota­tion basé sur cer­taines obli­ga­tions objec­tives sur la pla­te­forme, qui n’est pas impac­té par des éva­lua­tions sub­jec­tives ?

- C’est tout à fait cor­rect.

- Je com­prends. Et com­ment un indi­vi­du peut-il béné­fi­cier de ce sys­tème de nota­tion ?

- Les clients qui dis­po­se­ront des meilleures notes auront la pos­si­bi­li­té d’accéder aux contacts qui offri­ront les paie­ments les plus éle­vés. Si nous voyons qu’un uti­li­sa­teur a conduit un volume signi­fi­ca­tif de tran­sac­tions, et qu’il n’a jamais tri­ché, alors il rece­vra auto­ma­ti­que­ment un sta­tut pri­vi­lé­gié. Plus son sta­tut sera éle­vé, meilleures seront les offres publi­ci­taires qu’il pour­ra ensuite rece­voir.

Le sys­tème sera iden­tique pour les annon­ceurs : si leur his­to­rique semble sus­pect, les uti­li­sa­teurs dotés d’une note éle­vée auront la pos­si­bi­li­té de mas­quer leurs offres.

- De manière plus pra­tique, com­ment cela fonc­tion­ne­ra ?

- Sup­po­sons qu’un annon­ceur majeur nous contacte, et nous indique qu’il ne sou­haite pas pla­cer sa publi­ci­té sous les yeux de nos 7 mil­lions d’utilisateurs, mais qu’il sou­haite cibler les 100 000 d’entre eux qui dis­posent de la note la plus éle­vée. Tout ceci sera enca­dré par le « smart contract » : il peut déter­mi­ner la note d’un uti­li­sa­teur, et seuls les mieux notés se ver­ront offrir l’opportunité de gagner de l’argent à tra­vers ce réseau.

Nous pou­vons éga­le­ment prendre la pro­blé­ma­tique à l’envers : l’utilisateur se voit offrir les pro­duits d’un publi­ci­taire. Il regarde son pro­fil, voit qu’il ne dis­pose que d’une note faible et se dit : « Non, j’ai une excel­lente note, et je ne sou­haite voir que des publi­ci­tés éma­nant d’annonceurs de qua­li­té, qui ont pu être tes­tés ».

- Est-ce que les notes des annon­ceurs seront impac­tées par leur acti­vi­té ?

- Oui. Si un annon­ceur ne pro­pose pas de nom­breuses publi­ci­tés, et n’offre que des rétri­bu­tions minimes, sa note dimi­nue auto­ma­ti­que­ment. L’ensemble des rela­tions sont gou­ver­nées par des « smart contracts » qui défi­ni­ront les termes et les condi­tions des coopé­ra­tions et des notes.

- Ceci res­semble à un « cre­dit his­to­ry», tel que l’on peut le retrou­ver dans le sec­teur ban­caire. Si vous ne res­pec­tez pas vos enga­ge­ments auprès d’une banque, il est très dif­fi­cile d’obtenir à nou­veau une bonne note…

- Oui, cela fonc­tionne de la même manière. Il est capi­tal que chaque tran­sac­tion et chaque note soit enre­gis­trée sur la blo­ck­chain. Tout d’abord, toute modi­fi­ca­tion arti­fi­cielle de la note est impos­sible. Ensuite, nous voyons et ana­ly­sons immé­dia­te­ment l’ensemble des tran­sac­tions et des paie­ments d’un uti­li­sa­teur. Nous pou­vons ain­si pro­po­ser un sys­tème trans­pa­rent d’évaluation de nos clients, tan­dis que les uti­li­sa­teurs se voient offrir l’opportunité d’améliorer leur note afin de rece­voir à l’avenir de meilleurs offres publi­ci­taires. Je pense que ceci offre une bonne inci­ta­tion, suf­fi­sante pour dis­sua­der les uti­li­sa­teurs de trom­per le sys­tème ou de conduire des actions non appro­priées.

- Le sto­ckage de l’historique des uti­li­sa­teurs et des annon­ceurs, des tran­sac­tions publi­ci­taires et de l’ensemble des contrats – il s’agit d’une fonc­tion clé de la blo­ck­chain dans votre pro­jet, ou vous appuyez-vous éga­le­ment sur d’autres fonc­tions ?

- Il existe un autre pro­blème impor­tant que la blo­ck­chain peut aider à résoudre. Bien sou­vent, après avoir lan­cé un conte­nu sur le réseau, un publi­ci­taire ignore où celui-ci va atter­rir. L’application publi­ci­taire pour­rait être publiée sur un réseau iden­tique, avec une dif­fé­rence de prix allant du simple au quin­tuple : sur une place de mar­ché, si le prix est de 10 cen­times de dol­lar par télé­char­ge­ment, celui-ci peut par­fois atteindre ailleurs un dol­lar. Grâce à l’identification de chaque uti­li­sa­teur, la blo­ck­chain aide l’annonceur à com­prendre où son offre a sus­ci­té le plus d’intérêt, et quels uti­li­sa­teurs devraient être igno­rés.

Logo de cryptoads carré

- Com­bien avez vous de clients, qu’il s’agisse d’annonceurs ou d’utilisateurs ?

- Nous avons approxi­ma­ti­ve­ment signé 100 contrats avec des annon­ceurs. Envi­ron un tiers d’entre eux sont très actifs, et lancent quo­ti­dien­ne­ment des cam­pagnes publi­ci­taires dans le sys­tème. Par ailleurs, envi­ron 7 mil­lions d’utilisateurs sont ins­crits sur notre pla­te­forme, dont 100 000 l’utilisent de manière régu­lière chaque mois.

- Avec de telles ambi­tions, il est peu pro­bable que vous puis­siez vous satis­faire de ces chiffres… Com­ment comp­tez-vous atti­rer des uti­li­sa­teurs ? Quelles mesures comp­tez-vous prendre pour étendre votre audience ?

- Selon nos pré­vi­sions, grâce à la vente et à la dis­tri­bu­tion de nos tokens, le cœur de notre audience devrait atteindre le seuil du 1,5 mil­lion d’utilisateurs cette année. Nous nous atten­dons éga­le­ment à l’arrivée d’un grand nombre d’éditeurs suite à la sor­tie de notre SDK [ndlr : « Soft­ware Deve­lop­ment Kit», un logi­ciel per­met­tant aux déve­lop­peurs d’ajouter des fonc­tion­na­li­tés à un pro­gramme, à un jeu ou à une suite de pro­duits, et de per­mettre aux uti­li­sa­teurs de créer leurs propres pro­grammes, niveaux ou « add-ons»].

Ils auront la pos­si­bi­li­té de l’intégrer dans leurs propres appli­ca­tions, de le faire pour leurs uti­li­sa­teurs et de gagner de l’argent avec des publi­ci­tés. Dans un ave­nir proche, nous pré­voyons éga­le­ment d’ajouter une pla­te­forme de tra­ding qui per­met­tra aux uti­li­sa­teurs d’acheter des objets numé­riques de jeux vidéos, des ser­vices d’abonnement et de nom­breux pro­duits à des prix réduits. Ceci devrait nous per­mettre d’attirer l’attention sur notre pla­te­forme.

- Pou­vez-vous nous dire d’où sont ori­gi­naires vos uti­li­sa­teurs ?

- Ils pro­viennent à 40% des États-Unis et de l’Inde. Le reste réside en Rus­sie, au Royaume-Uni ain­si qu’au Moyen-Orient.

- Vous dis­po­sez de 25 années d’expérience dans les affaires, après avoir lan­cé avec suc­cès dif­fé­rents pro­jets. Com­ment et quand vous est appa­rue l’idée de créer Cryp­toAds ?

- Tout a com­men­cé en 2011. Nous tra­vail­lions alors sur plu­sieurs pro­jets d’entreprises, et nous avons lan­cé Cryp­toAds. Le pro­jet a rapi­de­ment décol­lé, et nous avons pour­sui­vi son déve­lop­pe­ment. En 2013, nous avons reçu des contri­bu­tions sup­plé­men­taires, et nous nous sommes impli­qués dans l’expansion de notre entre­prise. En 2015, nous avons déci­dé de nous tour­ner vers la blo­ck­chain. Au cours des deux années sui­vantes, nous avons exa­mi­né les pos­si­bi­li­tés offertes par cette tech­no­lo­gie, mis au point le concept du pro­jet, avant de fina­le­ment nous lan­cer sur les cryp­to-mar­chés.

- Com­ment est-ce que votre pla­te­forme gagne de l’argent ?

- Elle récolte un pour­cen­tage des tran­sac­tions effec­tuées par les uti­li­sa­teurs qui com­mandent des ser­vices. Au fur et à mesure de l’arrivée de nou­veaux ser­vices, nous dimi­nue­rons ce pour­cen­tage. Il devrait pro­chai­ne­ment être dif­fé­ren­cié : nous pré­voyons de fac­tu­rer des com­mis­sions dif­fé­rentes en fonc­tion des types de ser­vices concer­nés.

- Quand est-ce que la phase de pré­vente de vos tokens et votre ICO démar­re­ront ?

- La pré­vente de nos tokens démar­re­ra le 15 mai, et se ter­mi­ne­ra le 15 juin. L’ICO démar­re­ra quant à elle le 16 juin, et se pro­lon­ge­ra jusqu’au 15 juillet.

- Quels sont vos objec­tifs pour cette ICO ?

- Notre prin­ci­pal objec­tif consiste à élar­gir notre base d’utilisateurs inté­res­sés par notre sys­tème. Et nous pré­voyons de col­lec­ter des fonds pour accé­lé­rer le déve­lop­pe­ment et le pas­sage à l’échelle de notre pro­jet.

- Qu’est-ce que cela va impli­quer ?

- Notre objec­tif mini­mum consiste à dou­bler le nombre d’annonceurs sur notre pla­te­forme, et à amé­lio­rer signi­fi­ca­ti­ve­ment la qua­li­té des par­ti­ci­pants. Nous sou­hai­tons pou­voir col­la­bo­rer avec des pro­jets inter­na­tio­naux de renom, qui offrent des volumes publi­ci­taires signi­fi­ca­tifs.

Notre second objec­tif consiste à nouer des accords avec des stu­dios de jeux vidéos sup­plé­men­taires, afin qu’ils uti­lisent notre pla­te­forme au sein de leurs sys­tèmes.

Nous avons éga­le­ment un autre objec­tif : mul­ti­plier le nombre de nos uti­li­sa­teurs par 4 ou 5 – et atteindre jusqu’à 30 mil­lions d’individus – et aller plus loin dans nos inter­ac­tions avec eux. Pour le moment, ils ne pro­fitent du poten­tiel de notre solu­tion pour des appels télé­pho­niques qu’à tra­vers le pro­jet Calls­Free­Calls [ndlr : une pla­te­forme offrant gra­tui­te­ment des flux de voix et de mes­sages contre l’affichage d’offres publi­ci­taires] et il s’agit d’un mar­ché très res­treint. Nous inci­te­rons les uti­li­sa­teurs à agir de manière plus proac­tive avec notre appli­ca­tion.

- Com­ment comp­tez-vous vous y prendre ?

- Nous pré­voyons d’étendre de manière signi­fi­ca­tive le nombre de ser­vices qui pour­ront être uti­li­sés sur notre pla­te­forme grâce à nos tokens. Lorsque les uti­li­sa­teurs se voient offrir la pos­si­bi­li­té de rece­voir et de dépen­ser un actif, ils sont géné­ra­le­ment heu­reux de pou­voir pro­fi­ter d’une telle oppor­tu­ni­té.

Cet article n’a pas été rédi­gé par notre équipe édi­to­riale, et nous ne sommes pas res­pon­sables des infor­ma­tions qu’il contient. Il ne s’agit pas d’une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies, et nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.

Olek­sii Vino­gra­dov, fon­da­teur et pré­sident de Cryp­toAds : « Dans le monde des publi­ci­tés en ligne, les inter­mé­diaires font grim­per les prix jusqu’à 1000% – la blo­ck­chain peut rebattre les cartes ».
5 (100%) 1 vote

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 3743