ICOs

Des voitures intelligentes sur la blockchain : comment cette technologie peut-elle permettre de faire face aux problèmes auxquels sont confrontées les voitures intelligentes ?

Ceci est un com­mu­ni­qué de presse.

Le déve­lop­pe­ment de l’Internet des objets (IoT) consti­tue une nou­velle étape de la révo­lu­tion numé­rique. L’IoT, c’est un réseau de péri­phé­riques qui sont capables d’interagir entre eux afin d’échanger des don­nées.

Tous ces péri­phé­riques, comme par exemple un célèbre moni­teur d’activité phy­sique – mais éga­le­ment cer­taines tech­no­lo­gies liées à la domo­tique – sont déjà uti­li­sés pour faci­li­ter la vie des indi­vi­dus, et la rendre plus confor­table. Et l’arrivée de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain dans cet éco­sys­tème pour­ra gran­de­ment opti­mi­ser les pro­ces­sus de l’IoT.

L’un des sec­teurs en vogue de l’IoT, ce sont les voi­tures « intel­li­gentes » – des voi­tures qui com­portent une intel­li­gence arti­fi­cielle inté­grée. Les voi­tures peuvent être « intel­li­gentes » de nom­breuses manières : en uti­li­sant des sources d’énergie alter­na­tives, en dis­po­sant d’une conduite auto­nome,…

On peut pen­ser que les pla­te­formes blo­ck­chain devraient per­mettre d’améliorer cette tech­no­lo­gie, et rendre ces voi­tures intel­li­gentes plus popu­laires. Mais com­ment ceci pour­rait-il prendre forme ?

Comment un réseau décentralisé pourrait-il améliorer le fonctionnement d’une voiture intelligente ?

réseau décentraliséLes construc­teurs de voi­tures pro­posent constam­ment de nou­velles idées inno­vantes.

Par exemple, un construc­teur auto­mo­bile japo­nais pré­voit de conce­voir une voi­ture qui par­vien­dra à « pré­dire » les pro­blèmes car­diaques des conduc­teurs. Dans le même temps, des ingé­nieurs amé­ri­cains ont fait bre­ve­ter un sys­tème qui per­met de détec­ter les courts-cir­cuits au sein des bat­te­ries.

Mais mal­gré toutes ces inno­va­tions, il existe un besoin pres­sant : celui de per­mettre à tous ces sys­tèmes de pou­voir tra­vailler de manière coor­don­née.

Pour Chris­tophe OzcanCEO & co-fon­da­teur de Crypto4All, la blo­ck­chain va per­mettre de flui­di­fier les inter­ac­tions « machine-to-machine » (M2M) – les tech­no­lo­gies qui per­mettent aux machines d’échanger des infor­ma­tions entre elles. Dans la mesure où un réseau décen­tra­li­sé ne per­met pas à des indi­vi­dus de contrô­ler les pro­ces­sus d’une blo­ck­chain, ceux-ci n’ont pas la pos­si­bi­li­té de por­ter atteinte au bon fonc­tion­ne­ment des opé­ra­tions sur le réseau. Par consé­quent, l’ensemble des indi­vi­dus qui uti­lisent cette blo­ck­chain sont consi­dé­rés comme égaux, et sont connec­tés au réseau au tra­vers des mêmes pro­to­coles.

Mais cette inter­ac­tion peut prendre des formes mul­tiples. Et l’on sait d’ailleurs que les dif­fé­rents acteurs de l’écosystème peuvent abor­der cet aspect de manière dif­fé­rente.

HDAC (Hyun­dai Digi­tal Asset Com­pa­ny), fon­dée par la socié­té Hyun­dai Motor, per­met aux uti­li­sa­teurs de voi­tures intel­li­gentes de défi­nir eux-mêmes les condi­tions de « smart contracts » déployés sur le réseau. Un smart contract (ou « contrat intel­li­gent») est un algo­rithme qui s’exécute auto­ma­ti­que­ment lorsque cer­tains évé­ne­ments se pro­duisent sur la blo­ck­chain. On note­ra éga­le­ment que les pro­ces­sus qui inter­viennent sur le réseau décen­tra­li­sé de HDAC sont sécu­ri­sés par le minage, grâce à un sys­tème de vali­da­tion par preuve de tra­vail. Ainsi,un par­ti­ci­pant du réseau peut « gagner » et obte­nir une récom­pense lorsqu’il par­vient, avant les autres, à effec­tuer une tâche com­plexe, ou à résoudre un pro­blème spé­ci­fique dans la blo­ck­chain.

La nou­velle pla­te­forme blo­ck­chain CREDITS s’appuie éga­le­ment sur des smart contracts pour gérer les inter­ac­tions machine-to-machine. Ceux-ci ne peuvent exis­ter qu’à tra­vers un envi­ron­ne­ment qui offre un accès libre à tous les objets du réseau, et qui exclut une quel­conque inter­fé­rence d’un tiers dans les tran­sac­tions qui ont lieu entre les par­ti­ci­pants de la blo­ck­chain. Un contrat intel­li­gent uti­li­sé dans un réseau décen­tra­li­sé pour­rait cepen­dant ne pas per­mettre à une voi­ture intel­li­gente de trans­por­ter une per­sonne qui ne serait pas membre du réseau – si le contrat com­por­tait une telle condi­tion.

La pla­te­forme a éga­le­ment déci­dé de se détour­ner du sys­tème de vali­da­tion par preuve de tra­vail – et les ris­qués qui y sont asso­ciés, comme un « mono­pole » de minage, sont ain­si éli­mi­nés. L’activité du réseau CREDITS est sou­te­nue par un sys­tème de preuve d’enjeu délé­guée (DPoS, pour « Delayed Proof of Stake»). Pour faire simple : seuls cer­tains nœuds d’un réseau blo­ck­chain ont la pos­si­bi­li­té de voter. Et le réseau ne va faire confiance à un nœud que pen­dant une période limi­tée.

Ain­si, la décen­tra­li­sa­tion est main­te­nue, ce qui va per­mettre de garan­tir le bon fonc­tion­ne­ment de ce sys­tème de voi­tures intel­li­gentes.

Des problèmes de sécurité

SécuritéLes déten­teurs de véhi­cule s’inquiètent tou­jours de la sécu­ri­té – qu’elle soit liée au vol ou au détour­ne­ment. Les voi­tures intel­li­gentes sup­posent de nou­velles façons d’interagir avec son véhi­cule – ce qui ne per­met plus aux intrus poten­tiels d’utiliser les méthodes qui fonc­tion­naient encore il y a quelques années.

On peut tou­te­fois pen­ser que ceci ne sera pas suf­fi­sant pour les dis­sua­der de s’attaquer au véhi­cule.

Ils pour­raient tou­jours ten­ter de « trom­per » le sys­tème de contrôle, de réécrire les don­nées ou de modi­fier les droits d’accès. Une fois encore, la blo­ck­chain apporte une solu­tion : il est qua­si­ment impos­sible de pira­ter un réseau décen­tra­li­sé.

Des voi­tures auto­nomes s’appuyant sur la tech­no­lo­gie blo­ck­chain com­mencent à être uti­li­sées dans le cadre de tra­jets de covoi­tu­rage. La sécu­ri­té est garan­tie grâce à un « pro­to­cole de répu­ta­tion » : les par­ti­ci­pants au réseau blo­ck­chain vont ins­tau­rer des règles, et ceux qui ne les res­pec­te­ront pas per­dront des « bonus » de confiance. Par exemple, un indi­vi­du qui n’a pas res­pec­té les règles pour­rait tout sim­ple­ment se retrou­ver dans l’impossibilité d’ouvrir la porte de la voi­ture.

Mais cette tech­no­lo­gie pour­rait-elle s’appliquer éga­le­ment aux voi­tures intel­li­gentes « pri­vées » ?

La Hyun­dai Digi­tal Asset Com­pa­ny s’appuie sur une pro­tec­tion blo­ck­chain « hybride ». Celle-ci se com­pose d’une « chaîne double » (publique et pri­vée), qui offre une connec­tion sécu­ri­sée entre l’utilisateur et son véhi­cule. Sa clé publique, mais éga­le­ment sa clé pri­vée pour ce réseau blo­ck­chain, sont pro­duites grâce à un géné­ra­teur quan­tique de nombres aléa­toires. Ceci per­met de pro­té­ger les don­nées du sys­tème, de telle sorte qu’un pirate ne serait pas en mesure de prendre pos­ses­sion d’une voi­ture intel­li­gente qui ne lui appar­tien­drait pas.

La pla­te­forme CREDITS éli­mine éga­le­ment les risques de pira­tage des clés publiques et pri­vées asso­ciées à un réseau dis­tri­bué – mais elle s’appuie sur un algo­rithme mathé­ma­ti­que­ment bien plus com­plexe.

Com­ment est-ce que cela fonc­tionne ? Deux par­ties sur un réseau peuvent obte­nir une clé secrète par­ta­gée, en uti­li­sant un canal de com­mu­ni­ca­tion non sécu­ri­sé. Ce code sera ensuite uti­li­sé pour créer une nou­velle clé, ou pour chif­frer de pro­chaines tran­sac­tions. Ain­si, un pirate poten­tiel n’aurait pas la pos­si­bi­li­té de s’introduire dans ce sys­tème. Et si un pro­blème sur­ve­nait (par exemple, une voi­ture intel­li­gente « ne répon­dant pas » à son pro­prié­taire), il serait alors facile de détec­ter sa source.

CREDITS consti­tue un registre de don­nées public, qui com­porte l’ensemble des infor­ma­tions liées aux dif­fé­rents aspects des tran­sac­tions. La sécu­ri­té au sein de CREDITS est amé­lio­rée par une autre solu­tion mathé­ma­tique : le chif­fre­ment homo­morphe. Dans une blo­ck­chain, il est pos­sible d’effectuer des opé­ra­tions en s’appuyant sur des don­nées chif­frées, mais sans avoir à déchif­frer celles-ci. Par ailleurs, cette méthode per­met éga­le­ment d’augmenter la vitesse du réseau :  celui qui sou­haite détour­ner le réseau n’aura tout sim­ple­ment pas la pos­si­bi­li­té d’affecter le sys­tème en 1 à 3 secondes (la vitesse à laquelle les tran­sac­tions sont effec­tuées sur CREDITS).

Les voitures intelligentes et la blockchain, une alliance innovante

VoitureL’Internet des Objets est un sec­teur qui connaît une crois­sance extrê­me­ment rapide. De nom­breux experts estiment que des dizaines de mil­liards de péri­phé­riques seront reliés entre eux d’ici à 2025.

Chaque uti­li­sa­teur de l’IoT génère chaque jour 0,77 giga­oc­tet, et ce chiffre devrait conti­nuer à croître. Alors que la blo­ck­chain apporte cer­tains avan­tages, elle pour­rait deve­nir à l’avenir néces­saire – alors que seul un réseau dis­tri­bué peut per­mettre de faire face à ces quan­ti­tés gigan­tesques de don­nées.

Les voi­tures intel­li­gentes repré­sentent actuel­le­ment une part signi­fi­ca­tive du sec­teur de l’IoT. Et grâce aux tech­no­lo­gies qui sont déve­lop­pées par les construc­teurs auto­mo­biles, la popu­la­ri­té de ces véhi­cules devraient conti­nuer à croître.

De son côté, la tech­no­lo­gie blo­ck­chain per­met de garan­tir la sécu­ri­té et la pro­tec­tion du véhi­cule – non seule­ment contre les indi­vi­dus mal­veillants, mais éga­le­ment contre les risques qu’une opé­ra­tion « intel­li­gente», menée sur un véhi­cule, ne puisse être détour­née par un autre par­ti­ci­pant au réseau dis­tri­bué. Par ailleurs, les nou­velles pla­te­formes blo­ck­chain qui émergent consti­tuent des ver­sions amé­lio­rées des pré­cé­dentes, sans les incon­vé­nients que celles-ci com­por­taient.

Ain­si, lorsqu’ils bas­cu­le­ront vers une voi­ture intel­li­gente, les auto­mo­bi­listes pour­ront cer­tai­ne­ment être ten­tés d’en pro­fi­ter pour se tour­ner vers la tech­no­lo­gie blo­ck­chain. Tout laisse à croire que celle-ci repré­sente l’avenir – en par­ti­cu­lier celui du sec­teur auto­mo­bile.

N’hésitez pas à visi­ter le site de CREDITS : https://credits.com/fr

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.

Des voi­tures intel­li­gentes sur la blo­ck­chain : com­ment cette tech­no­lo­gie peut-elle per­mettre de faire face aux pro­blèmes aux­quels sont confron­tées les voi­tures intel­li­gentes ?
Mer­ci !

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 3743