Aspect Légal Piratage

Pour faire face aux pirates informatiques, l’armée russe se tourne vers la technologie blockchain

Cyber Attaque

Le minis­tère de la défense russe compte tirer pro­fit de la blo­ck­chain pour ten­ter de se pré­mu­nir contre de poten­tielles attaques infor­ma­tiques.

Comme le rap­porte le jour­nal local Izves­tia, le minis­tère de la défense de la Fédé­ra­tion de Rus­sie met actuel­le­ment en place un labo­ra­toire de recherche dans le parc tech­no­lo­gique de l’ERA, afin d’y déve­lop­per des appli­ca­tions de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain des­ti­nées à ren­for­cer la sécu­ri­té d’infrastructures infor­ma­tiques sen­sibles.

Les experts estiment que la blo­ck­chain est sus­cep­tible d’aider l’armée à mieux suivre l’origine d’attaques infor­ma­tiques, tout en offrant une sécu­ri­té accrue à ses bases de don­nées.

Pour Alexey Mala­nov, expert en anti­vi­rus chez Kas­pers­ky Lab, la tech­no­lo­gie blo­ck­chain peut ain­si aider à retrou­ver l’origine d’attaques menées par des pirates infor­ma­tiques :

« Un intrus efface sou­vent le jour­nal des auto­ri­sa­tions pour cacher les traces d’accès non auto­ri­sés à l’appareil qu’il tente d’attaquer. Mais si ce jour­nal est sto­cké sur plu­sieurs appa­reils (par exemple, via la tech­no­lo­gie blo­ck­chain), ce risque peut être mini­mi­sé ».

En effet, les virus vont ten­ter de modi­fier le code infor­ma­tique du logi­ciel visé, avant de cher­cher à mas­quer cette modi­fi­ca­tion auprès des contrô­leurs d’intégrité des don­nées. La tech­no­lo­gie blo­ck­chain peut sto­cker le code de réfé­rence sans risque d’alteration, et offrir ain­si un pro­ces­sus de véri­fi­ca­tion indé­pen­dant.

Par ailleurs, au-delà des réseaux pri­vés uti­li­sés par l’armée, divers ser­vices admi­nis­tra­tifs au sein du minis­tère de la Défense russe ont besoin d’Internet pour effec­tuer des tâches de com­pa­ti­bi­li­té et gérer cer­taines opé­ra­tions. Ceci les rend poten­tiel­le­ment vul­né­rables aux attaques de pirates infor­ma­tiques.

Voi­ci ce qu’a décla­ré Ger­man Kli­men­ko, le pré­sident du Digi­tal Eco­no­my Deve­lop­ment Fund russe :

« Le minis­tère de la Défense est actuel­le­ment au cœur des grands déve­lop­pe­ments infor­ma­tiques et de recherche, ce qui consti­tue un atout pour le sec­teur ».

La 8e direc­tion de l’état-major géné­ral, res­pon­sable de la sécu­ri­té de l’information et de la pro­tec­tion des secrets d’État, sera char­gée de la R&D réa­li­sée dans le « tech­no­park » ERA d’Anapa. L’ERA se spé­cia­lise dans le déve­lop­pe­ment de sys­tèmes intel­li­gents capables de détec­ter et pré­ve­nir les attaques de pirates menées sur l’infrastructure de l’armée. À l’avenir, il est pré­vu que ce centre devienne une plaque tour­nante de l’industrie des tech­no­lo­gies infor­ma­tiques pour les spé­cia­listes de tout le pays.

L’OTAN et le Penta­gone étu­dient éga­le­ment les pos­si­bi­li­tés de « défense » qu’offrent les appli­ca­tions de la blo­ck­chain. L’OTAN compte uti­li­ser cette tech­no­lo­gie pour pro­té­ger ses infor­ma­tions finan­cières, ses chaînes d’approvisionnement et ses chaînes logis­tiques. De son côté, le Penta­gone planche sur un sys­tème de trans­fert de don­nées capable de résis­ter face aux ten­ta­tives d’intrusion de pirates infor­ma­tiques.

Réfé­rences : Cryp­to­vest, IZ.ru

Pour faire face aux pirates infor­ma­tiques, l’armée russe se tourne vers la tech­no­lo­gie blo­ck­chain
Mer­ci !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14