Aspect Légal Cybercriminalite

Chainalysis analysera également la blockchain du Dogecoin

Chai­na­ly­sis, l’une des plus grandes socié­tés d’a­na­lyse des blo­ck­chains au monde, a annon­cé cette semaine qu’elle allait inté­grer le Doge­coin dans ses audits.

L’en­tre­prise explique que le DOGE est deve­nu l’une des cryp­to­mon­naies les plus célèbres après avoir été pro­mu à plu­sieurs reprises cette année par Elon Musk, le PDG de Tes­la. Ceci a notam­ment atti­ré des cri­mi­nels cher­chant à tirer pro­fit de cette popularité.

Chainalysis prendra en charge le Dogecoin

Et main­te­nant, le Doge­coin. C’est ce qu’a déci­dé la socié­té d’a­na­lyse Chai­na­ly­sis, qui inclu­ra le fameux « meme­coin » dans ses pro­chains rapports.

Le Doge­coin, qui avait été lan­cé en 2013 comme une simple « blague », avait atteint en mai der­nier une « Mar­ket Cap » de plus de 88 mil­liards de dol­lars. Il avait été lar­ge­ment popu­la­ri­sé par Elon Musk, qui avait à plu­sieurs reprises fait réfé­rence à cet actif sur son compte Twitter.

Elon Musk Dogecoin

Le cours de la cryp­to-mon­naie a enre­gis­tré une hausse consi­dé­rable cette année : de 0,005 dol­lar le 1er jan­vier 2021, à un record de 0,73 dol­lar le 8 mai.

Le prix a depuis chu­té : le Doge s’é­change actuel­le­ment à envi­ron 0,27 dol­lar. Son cours reste tou­te­fois en forte hausse depuis de l’an­née, avec une mul­ti­pli­ca­tion par 54.L'évolution du prix du Dogecoin en 2021

La flam­bée du Doge semble l’a­voir pla­cé dans le col­li­ma­teur des régu­la­teurs, mais aus­si des cri­mi­nels. Ces der­niers ont ten­té à de nom­breuses reprises de pro­fi­ter de l’ap­pé­tence d’E­lon Musk pour le Doge­coin pour déro­ber des cryp­to­mon­naies. Der­nière arnaque en date : cer­tains escrocs sont par­ve­nus à obte­nir l’é­qui­valent de 40 000 dol­lars en pro­met­tant à des inter­nautes qu’ils pour­raient dou­bler leurs coins en les envoyant à une adresse cen­sée appar­te­nir au PDG de Tesla.

Valorisée à 4,2 milliards de dollars

Logo de ChainalysisLa socié­té d’a­na­lyse a connu une forte crois­sance cette année – sans doute du fait d’une volon­té gran­dis­sante de gou­ver­ne­ments et d’en­tre­prises de ten­ter de tra­cer les mou­ve­ments de cer­tains crypto-actifs.

En juin der­nier, la Chai­na­ly­sis avait levé 100 mil­lions de dol­lars, attei­gnant ain­si une valo­ri­sa­tion de 4,2 mil­liards de dol­lars. Elle sou­hai­tait en pro­fi­ter pour accroître ses capa­ci­tés tech­niques, dans le but notam­ment de tra­cer les mon­naies échan­gées sur des pla­te­formes décentralisées.

L’en­tre­prise ambi­tionne éga­le­ment de « cas­ser le code » du Mone­ro (XMR) – une cryp­to­mon­naie dont les tran­sac­tions sont pour­tant sup­po­sées être intra­çables. Elle a ain­si rem­por­té en octobre der­nier un appel d’offres d’1,25 mil­lion de dol­lars de l’IRS – l’a­gence qui col­lecte les taxes aux États-Unis – pour obser­ver les mou­ve­ments sur le réseau Mone­ro, mais éga­le­ment sur des réseaux de « seconde couche » comme le Light­ning Net­work.

La semaine der­nière, la socié­té Cipher­Trace, spé­cia­li­sée dans la lutte contre le blan­chi­ment d’argent et le tra­çage des cryp­to­mon­naies, avait annon­cé avoir déve­lop­pé des outils visant à aider les gou­ver­ne­ments à suivre des tran­sac­tions sur la blo­ck­chain Monero.

Réfé­rence : News.Bitcoin.com

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments