Aspect Légal Blanchiment d'argent

Chine : la police arrête près de 100 personnes suspectées d’avoir blanchi 107 millions d’euros

Police Chine

Quelques jours après la déci­sion de Pékin d’in­ter­dire l’en­semble des cryp­to-tran­sac­tions, le Bureau de Sécu­ri­té Publique de la ville de Zunyi a arrê­té près de 100 indi­vi­dus sus­pec­tés d’a­voir mis en place l’un des plus grands dis­po­si­tifs de blan­chi­ment d’argent en cryp­to­mon­naies du pays.

Les sus­pects, qui seraient par­ve­nus à empo­cher 800 mil­lions de yuans (107 mil­lions d’eu­ros), se seraient appuyés sur de grandes pla­te­formes d’é­change telles qu’­Ho­bi, Okex et Binance :

Le Bureau de la sécu­ri­té publique de la ville de Zunyi, en col­la­bo­ra­tion avec le minis­tère de la Sécu­ri­té publique, avait récem­ment lan­cé une « task force » anti-fraude, sous le nom de code « 7.22 ». En plus des 100 per­sonnes sus­pec­tées de blan­chi­ment d’argent, les forces de l’ordre sont par­ve­nues à iden­ti­fier 332 autres cas de fraudes sur les échanges numé­riques dans le pays.

Les auto­ri­tés sont par­ve­nues à récu­pé­rer 9,56 mil­lions de yuans (1,28 mil­lion d’eu­ros), ain­si que pour 3 mil­lions de yuans (400 000 euros) d’ac­tifs numé­riques. Elles ont éga­le­ment sai­si 51 télé­phones por­tables, 15 ordi­na­teurs et 511 cartes bancaires.

Le gang aurait mis en place  « une nou­velle méthode de blan­chi­ment d’argent consis­tant à ache­ter des mon­naies numé­riques à bas prix et à les revendre, et à col­lec­ter des sommes volées par des cri­mi­nels dans le cadre d’une fraude aux valeurs mobi­lières », explique le jour­na­liste Colin Wu.

« Les mul­tiples chan­ge­ments et trans­ferts de cartes, les tran­sac­tions de petits mon­tants et d’autres méthodes leur ont per­mis de contour­ner la sur­veillance des organes de sécu­ri­té publique et des banques », ajoute-t-il.

Ces der­niers jours, le gou­ver­ne­ment chi­nois a pris des mesures coer­ci­tives pour impo­ser l’in­ter­dic­tion abso­lue de toutes les acti­vi­tés liées aux cryp­to­mon­naies dans le pays. Pékin trace désor­mais les adresses IP pour ten­ter de retrou­ver les acteurs s’a­don­nant à des acti­vi­tés de minage.

Colin Wu a ain­si récem­ment publié une liste du four­nis­seur Shan­ghai Tele­com, qui montre des adresses IP asso­ciées aux cryp­to­mon­naies minées par leurs propriétaires :

Adresse IP minage cryptomonnaie