Crypto-monnaies

Elon Musk en a assez qu’on lui parle du Web 3.0

Elon Musk Web3

Avec un nou­veau « meme », le PDG de Space X s’est moqué de ceux qui n’ont que le terme « Web 3.0 » à la bouche.

Elon Musk en a assez. Same­di, l’en­tre­pre­neur a par­ta­gé un « meme » mon­trant un indi­vi­du entrant dans des toi­lettes publiques pour se pla­cer devant l’u­ri­noir situé à côté d’une autre per­sonne, afin de lui van­ter les mérites du Web3 :

« Hey mec, tu devrais vrai­ment entrer dans les cryp­tos. Le Web3, c’est l’a­ve­nir. Tu devrais rejoindre notre DAO [orga­ni­sa­tion auto­nome décentralisée] ».

Le terme « Web3 » est deve­nu un nou­veau « buzz­word » uti­li­sé à foi­son par les influen­ceurs et les inves­tis­seurs depuis plu­sieurs mois. Si sa défi­ni­tion reste rela­ti­ve­ment vague, il évoque la vision d’un inter­net décen­tra­li­sé, qui per­met­trait à ses usa­gers de reprendre le contrôle de leurs don­nées, grâce notam­ment à la tech­no­lo­gie blockchain.

Elon Musk n’est pas le seul à être scep­tique vis-à-vis du Web3. James Grim­mel­mannn, pré­sident de l’u­ni­ver­si­té Cor­nell, l’a ain­si récem­ment qua­li­fié de « vapor­ware » (logi­ciel fumeux).

Jeu­di, le PDG de Tes­la avait déjà cri­ti­qué le Web 3.0, le qua­li­fiant de « bull­shit ». Il répon­dait à une série de tweets de Sam Alt­man, pré­sident de l’in­cu­ba­teur Y Com­bi­na­tor, qui esti­mait que cet éco­sys­tème pour­rait per­mettre aux inves­tis­seurs d’ob­te­nir des ren­de­ments simi­laires à ceux des années 2010.

Elon Musk s’est éga­le­ment moqué cette semaine tokens non fon­gibles (NFTs). Il a ain­si publié ce dimanche le mes­sage suivant :

Il répon­dait à un tweet de Billy Mar­kus, le cofon­da­teur du Doge­coin, qui se plai­gnait de la pro­li­fé­ra­tion constante d’es­cro­que­ries au sein de la crypto-sphère.

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Boux
Boux
4 mois il y a

On est encore eton­né de ce qu’il peut dire ?