Crypto-monnaies

Wyoming : un projet de loi vise à lancer un « stablecoin » en 2022

Wyoming Crypto

Si son nou­veau pro­jet de loi était adop­té, l’É­tat « cryp­to-friend­ly » pour­rait créer son sta­ble­coin avant la fin de l’année.

Le Wyo­ming pour­rait-il lan­cer son propre sta­ble­coin en 2022 ? Jeu­di, des légis­la­teurs ont pro­po­sé la loi Wyo­ming Stable Token Act (SF0106), qui ouvri­rait la voie au lan­ce­ment du pre­mier sta­ble­coin ados­sé au dol­lar lan­cé par un État.

La pro­po­si­tion de loi est par­rai­née par les séna­teurs Chris Roth­fuss et Tara Nether­cott, ain­si que par les repré­sen­tants de l’É­tat Mike Yin et Jared Olsen. Cette loi pour­rait per­mettre au tré­so­rier du Wyo­ming, Cur­tis Meier Jr., de créer une mon­naie stable indexée sur le dol­lar amé­ri­cain. Chaque token serait échan­geable contre un dol­lar déte­nu par l’État.

Si cette loi était adop­tée, le tré­so­rier aurait jus­qu’au 31 décembre pour lan­cer le sta­ble­coin. À défaut, il devrait publier un rap­port avant le 1er novembre en expli­quant pour­quoi cette créa­tion ne serait pas réalisable.

Les stablecoins : des monnaies généralement indexées sur le dollar

Les sta­ble­coins sont des cryp­to-tokens dont le cours est cen­sé res­ter stable par rap­port à un autre actif – géné­ra­le­ment une mon­naie fidu­ciaire. Contrai­re­ment aux autres cryp­to-mon­naies, mar­quées par une forte vola­ti­li­té, les sta­ble­coins visent à main­te­nir une valeur iden­tique, quelle que soit l’ac­ti­vi­té des marchés.

On retrouve par­mi les sta­ble­coins les plus popu­laires des actifs cen­tra­li­sés, comme l’USD Coin (USDC) et le Tether (USDT), mais éga­le­ment des alter­na­tives décen­tra­li­sées comme le Ter­ra USD (UST) ou le DAI. Ces actifs per­mettent à leurs déten­teurs de pro­fi­ter de l’en­semble des pos­si­bi­li­tés offertes par la finance décen­tra­li­sée, comme des échanges de tokens, du prêt ou de l’emprunt.

On peut tou­te­fois se deman­der pour quelles rai­sons le Wyo­ming déci­de­rait de créer son propre sta­ble­coin – d’au­tant que ce n’est pas pré­ci­sé dans le pro­jet de loi. Cette ini­tia­tive pour­rait avant tout s’ins­crire dans la conti­nui­té des der­nières incur­sions de cet État dans la cryp­to-sphère. Il fut par exemple le pre­mier à accor­der une licence à une cryp­to-banque et à recon­naître léga­le­ment les DAOs (orga­ni­sa­tions auto­nomes décentralisées).

Cait­lin Long, fon­da­trice et PDG de la banque Avan­ti, a évo­qué jeu­di cette initiative :

« Il y a des avan­tages et des incon­ve­nients (je ne m’y atten­dais pas), mais j’ap­pré­cie le fait que le Wyo­ming conti­nue à étu­dier des cryp­to-idées inté­res­santes ! », s’est-elle enthousiasmée.

« C’est un peu comme une obli­ga­tion [muni­ci­pale] ne ver­sant pas d’in­té­rêts et n’ayant pas de date d’é­chéance, mais qui serait rem­bour­sable. Il y aura cepen­dant cer­taines dif­fé­rences en termes juri­diques, struc­tu­rels et de règle­ment, puis­qu’il s’a­gi­ra d’un token », a‑t-elle indiqué.

« Cela sus­cite de nom­breuses ques­tions. C’est un véri­table sujet de conser­va­tion », a‑t-elle ajou­té en citant le séna­teur Chris Roth­fuss, direc­teur du Comi­té du Wyo­ming pour la Blo­ck­chain et la Tech­no­lo­gie Fintech.

Rate this post