Arnaques Aspect Légal

Victime d’une escroquerie, une femme indienne se fait dérober l’équivalent de 50 000 euros de Bitcoin

portefeuille contenant des pièces de Bitcoin

Les forces de police de New Del­hi, la capi­tale indienne, mène­raient actuel­le­ment une enquête por­tant sur le « pira­tage » d’un wal­let appar­te­nant à une épar­gnante. Les escrocs à l’o­ri­gine de ce vol seraient par­ve­nus à lui extor­quer 6,5 Bit­coins, soit près de 50 000 euros.

Selon Times of India, le Bureau cen­tral d’en­quête (CBI) – l’a­gence du gou­ver­ne­ment cen­tral indien char­gée des enquêtes cri­mi­nelles, de la sécu­ri­té natio­nale et du ren­sei­gne­ment – a com­men­cé a enquê­ter sur un vol de Bit­coins dont a été vic­time il y a quelques mois une épar­gnante, qui se serait faite déro­ber près de 7 BTC.

Elle a indi­qué qu’elle avait déci­dé, en février 2017, d’in­ves­tir 0,4 Bit­coin dans une socié­té – dont l’i­den­ti­té reste incon­nue – qui lui pro­met­tait un retour sur inves­tis­se­ment men­suel de 12%. Gri­sée par l’ar­ri­vée des rou­pies indiennes qui atter­ris­saient chaque mois sur son compte, elle avait pris l’i­ni­tia­tive de trans­fé­rer des sommes plus impor­tants dans ce dis­po­si­tif, en uti­li­sant notam­ment les parts de fonds com­mun de pla­ce­ment qu’elle détenait.

« J’ai inves­ti l’en­semble de mes éco­no­mies dans cette socié­té, tout comme cer­tains de mes amis et des membres de ma famille », a‑t-elle décla­ré à Times of India

Mais quelques mois plus tard, en août 2017, les ver­se­ment ont subi­te­ment ces­sé. La socié­té a alors pro­po­sé aux inves­tis­seurs d’être payés avec sa propre cryp­to-mon­naie. Si les détails sont minces concer­nant la nature de cet actif numé­rique, on sait que l’é­par­gnante – qui n’é­tait pas inté­res­sée par cette pos­si­bi­li­té – a exi­gé de récu­pé­rer ses Bit­coins, sans par­ve­nir à obte­nir gain de cause.

Elle aurait été contac­tée à nou­veau en octobre par l’en­tre­prise, qui se disait prête à lui rendre ses Bit­coins. Mais pour pro­cé­der au rem­bour­se­ment, elle deman­dait à cette femme de lui four­nir l’e-mail et le mot de passe qu’elle avait uti­li­sés pour s’ins­crire sur son site.

Celle-ci a décou­vert, quelques jours plus tard, qu’un indi­vi­du était par­ve­nu à accé­der à son e‑mail et à son wal­let Bit­coin. Il sem­ble­rait qu’elle uti­li­sait un e‑mail et un mot de passe iden­tiques pour l’en­semble des ser­vices aux­quels elle était inscrite.

Voi­ci ce qu’elle a déclaré :

« Le 8 novembre 2017, mon wal­let blo­ck­chain, qui conte­nait 6,5 Bit­coins a été pira­té. Les pirates ont éga­le­ment sup­pri­mé l’en­semble des don­nées liées à mon e‑mail ».

En Inde, comme dans de nom­breux pays, on assiste au sein des popu­la­tions à une forte hausse de l’in­té­rêt pour les cryp­to-mon­naies. Mais cette fré­né­sie a éga­le­ment encou­ra­gé la mise en place de nom­breuses escro­que­ries, dans un pays qui n’a pas encore éla­bo­ré de cadre régle­men­taire autour des actifs numériques.

« Les cas de fraude liés aux Bit­coins sont de plus en plus fré­quents » avait confié l’an­née der­nière un repré­sen­tant du Bureau cen­tral d’en­quête. « [La hausse de la popu­la­ri­té du Bit­coin] a atti­ré de nom­breux nou­veaux inves­tis­seurs. Cepen­dant, afin de pro­fi­ter de cette popu­la­ri­té crois­sante, cer­tains escrocs ont mis en place des acti­vi­tés frau­du­leuses ».

Réfé­rence : CCN

5/5 – (1 vote) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires