Aspect Légal Régulation

Cryptomonnaies : Hillary Clinton appelle à une meilleure réglementation ain de limiter les risques de manipulations

Hillary Clinton MSNBC

L’an­cienne secré­taire d’É­tat estime que les cryp­to-mar­chés pour­raient désta­bi­li­ser le dol­lar amé­ri­cain en tant que mon­naie de réserve mondiale.

Hil­la­ry Clin­ton, ancienne secré­taire d’É­tat, n’a pas chan­gé d’a­vis vis-à-vis des actifs numé­riques. Elle appelle à une régle­men­ta­tion plus sévère autour des cryp­to­mon­naies afin de pro­té­ger les épar­gnants et le dol­lar amé­ri­cain contre de poten­tielles mani­pu­la­tions de pays étran­gers, notam­ment de la Rus­sie et de la Chine.

Ces com­men­taires sont inter­ve­nus ce mer­cre­di au cours d’un entre­tien accor­dé à MSNBC TV sur les risques de mani­pu­la­tion des réseaux sociaux par des puis­sances étrangères.

L’a­ver­tis­se­ment de Mme Clin­ton concer­nait « les tech­no­lo­gies de toutes sortes », que des États et des socié­tés pour­raient uti­li­ser pour désta­bi­li­ser le dollar.

« Il y a une chose qui se pro­file à l’ho­ri­zon, et à laquelle les gens com­mencent à peine à prê­ter atten­tion : il s’a­git de la néces­si­té de régle­men­ter le mar­ché des cryp­to­mon­naies. On peut ima­gi­ner, en plus du contrôle des réseaux sociaux, l’ac­cu­mu­la­tion de sommes d’argent colos­sales à tra­vers le contrôle de cer­taines “chaînes” de cryptomonnaies ».

La can­di­date à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine de 2016 estime que le dol­lar amé­ri­cain pour­rait ain­si être déstabilisé :

« Nous ne regar­dons pas seule­ment des États comme la Chine, la Rus­sie ou d’autres qui mani­pulent des tech­no­lo­gies de toutes sortes à leur avan­tage », a‑t-elle indiqué.

« Nous exa­mi­nons des acteurs non éta­tiques qui vont, avec l’aide des États ou de leur propre chef, désta­bi­li­ser des pays, et qui pour­ront notam­ment désta­bi­li­ser le dol­lar en tant que mon­naie de réserve. »

Ces der­nières années, plu­sieurs pays ont uti­li­sé – ou décla­ré qu’ils pour­raient le faire – des cryp­to­mon­naies afin de contour­ner les sanc­tions éco­no­miques impo­sées par les États-Unis.

La Corée du Nord aurait notam­ment eu recours à des actifs numé­riques pour finan­cer son pro­gramme d’ar­me­ment nucléaire.

En Iran, le chef du corps des Gar­diens de la révo­lu­tion isla­mique avait appe­lé l’an­née der­nière à uti­li­ser des cryp­to­mon­naies afin de déjouer les sanc­tions pro­non­cées par les États-Unis.

Hil­la­ry Clin­ton avait déjà, il y a quelques jours, évo­qué publi­que­ment les cryp­to­mon­naies. Si elle recon­nais­sait qu’il s’a­gis­sait d’une tech­no­lo­gie « inté­res­sante », elle esti­mait que ces actifs pour­raient remettre en cause l’hé­gé­mo­nie du dol­lar américain.