Crypto-monnaies

Le Tonga peut désormais recevoir des dons en Bitcoin pour faire face aux conséquences du tsunami

Tsunami Tonga

Il est désor­mais pos­sible d’en­voyer des dons en Bit­coin aux îles Ton­ga, afin de l’ai­der à faire face aux consé­quences de l’é­rup­tion d’un volcan.

Ven­dre­di, le Royaume de Ton­ga a subi une onde de choc mas­sive suite à l’é­rup­tion du vol­can sous-marin Hun­ga Ton­ga, qui a pro­vo­qué un tsunami.

De quoi pous­ser plu­sieurs membres de la cryp­to-sphère à vou­loir appor­ter leur aide. L’u­ti­li­sa­teur Onair Blair a ain­si appe­lé Lord Fusitu’a, ancien res­pon­sable poli­tique du pays, à mettre en place un por­te­feuille sus­cep­tible de rece­voir des BTCs, afin que ceux-ci soient ver­sés aux victimes.

Ce der­nier a répon­du en four­nis­sant une adresse Bit­coin qui peut être uti­li­sée pour envoyer des dons. Lors de la rédac­tion de cet article, la somme reçue était pour l’ins­tant rela­ti­ve­ment faible, à seule­ment 0,12735 BTCs (5 440 dollars).

Si aucune vic­time n’est à déplo­rer, d’im­por­tants dégâts ont été cau­sés dans le pays. Les orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales s’in­quiètent d’une pos­sible conta­mi­na­tion de l’air et de l’eau.

Ven­dre­di, Lord Fusitu’a avait expli­qué au site Coin­te­le­graph qu’il ambi­tion­nait d’u­ti­li­ser l’éner­gie géo­ther­mique des vol­cans pour ali­men­ter des opé­ra­tions de minage de Bit­coin, afin d’a­mé­lio­rer la situa­tion éco­no­mique du pays. Le Ton­ga dis­pose de 21 vol­cans, dont cha­cun est capable de « pro­duire 95 000 méga­watts de manière conti­nue », avait indi­qué l’an­cien res­pon­sable. Il estime qu’un seul vol­can est capable de géné­rer chaque jour envi­ron 2 000 dol­lars de Bitcoin.

Le Bitcoin, bientôt monnaie officielle du Tonga ?

Selon Lord Fusitu’a, le pays pour­rait pro­chai­ne­ment emboî­ter le pas au Sal­va­dor en fai­sant du Bit­coin sa mon­naie offi­cielle. Dans une série de tweets publiée la semaine der­nière, il confiait qu’une telle ini­tia­tive pour­rait prendre forme dès le der­nier tri­mestre de l’an­née 2022.

Rate this post