Aspect Légal

Accusée de manipuler les marchés, Bitfinex se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques

AB33, un uti­li­sa­teur de la pla­te­forme Bit­fi­nex, a fait part de son inten­tion d’or­ga­ni­ser un recours col­lec­tif contre Ifi­nex – la socié­té, basée dans les îles Vierges bri­tan­niques, qui, d’a­près Bit­fi­nex, détien­drait et gére­rait la pla­te­forme d’é­change. Cette annonce inter­vient peu après des pro­blèmes de « flash-crashes », ain­si qu’une infor­ma­tion selon laquelle Ifi­nex aurait été radiée du registre des socié­tés singapouriennes.

AB33 a indiqué qu’il organisait une action collective contre Ifinex

Lun­di der­nier, @ArmandBouillet (AB33 [#Dont­Get­Te­the­red]) a publié ce mes­sage sur son compte Twitter :

Recours collectif Ifinex AB33

Il a ain­si expli­qué qu’il sou­hai­tait « orga­ni­ser un recours col­lec­tif contre iFi­nex. » AB33 accuse la pla­te­forme de « mani­pu­la­tion de mar­ché, » de « gérants trom­peurs, » d”  »offre publique de titres d’une socié­té pri­vée. »

Ces accu­sa­tions semblent être en par­ties liées au tokens BFX de Bit­fi­nex, et à leur conver­sion dans des actions iFi­nex, suite au pira­tage subi par la pla­te­forme en 2016.

Après s’être faite déro­ber envi­ron 72 mil­lions de dol­lars appar­te­nant à ses clients, la pla­te­forme avait choi­sit de répar­tir ces pertes entre tous les uti­li­sa­teurs – ce qui avait entraî­né la conver­sion de 36% des fonds de ses clients en tokens BFX.

Alors que la bourse d’é­change avait pro­mis de rem­bour­ser ces tokens pour leur valeur cor­res­pon­dante en dol­lars, Bit­fi­nex se serait rapi­de­ment mise à encou­ra­ger ses clients à conver­tir leur tokens BFX en actions de la socié­té.

Un indi­vi­du, qui a depuis été mena­cé de pour­suites judi­ciaires, a ain­si expli­qué que la pla­te­forme aurait conti­nué à encou­ra­ger la conver­sion des tokens BFX après avoir per­du le sou­tien des banques. Il a décla­ré que cette infor­ma­tion avait été dis­si­mu­lée par la socié­té à ses clients.

AB33 a éga­le­ment accu­sé Ifi­nex d’a­voir vio­lé la loi des îles Vierges bri­tan­niques en émet­tant des actions pour une enti­té enre­gis­trée en tant que socié­té ano­nyme à res­pon­sa­bi­li­té limitée.

Le« flash-crash » de la crypto-monnaie ETP sur Bitfinex

Flash CrashDe nom­breux « flash-craches », de 60 à 98%, avaient affec­té les mar­chés sur Bitfinex.

La pla­te­forme avait pré­sen­té ces évé­ne­ments comme étant liés à des « paniques sur de nom­breux mar­chés, » expli­quant que avoir pris « des mesures de pro­tec­tion » ayant per­mis de « limi­ter cette baisse. »

La socié­té a nié le fait qu’un pro­blème tech­nique pour­rait être à l’o­ri­gine de ces chutes rapides de prix. Elle avait tou­te­fois pré­cé­dem­ment indi­qué avoir été vic­time de plu­sieurs attaque DDoS à la fin du mois de novembre.

Un groupe Tele­gram a com­pi­lé des fichiers CSV, qui pré­sen­te­raient les échanges qui se seraient dérou­lés lors du « flash-crash » de la cryp­to-mon­naie Meta­verse (ETP) sur Bit­fi­nex. Voi­ci ce que l’on pou­vait retrou­ver sur un post medium, indi­quant ce qui se serait pro­duit sur Bitfinex :

Monnaie ETP Bitfinex

D’a­près ce groupe, le cours d’ETP serait pas­sé de 3,42 dol­lars à 0,11 dol­lars en deux secondes. Un indi­vi­du aurait ensuit ache­té 12 720 ETP, à des prix com­pris entre 2,751 et 3,40 pen­dant le crash, avant que le cours ne replonge à 0,11 dollars

Le groupe estime que les car­nets d’ordres affi­chés sur Bit­fi­nex pour­raient avoir été mani­pu­lés – la pla­te­forme aurait ain­si impor­té les car­nets d’ordres d’autres bourses d’é­change, dans le but de don­ner l’illu­sion une plus grande liqui­di­té sur ses mar­chés. Il s’a­git d’ailleurs d’une méthode que Gian­car­lo Deva­si­ni, le direc­teur finan­cier de Bit­fi­nex, aurait déjà avoué dans le pas­sé avoir utilisé.

Ifinex aurait été radiée du registre des sociétés singapourien (ACRA)

BitfinexPeu après le tweet publié par AB33, cer­tains docu­ments ont été publiés, indi­quant que la socié­té aurait été radiée du registre des socié­tés sin­ga­pou­rien en novembre der­nier.

D’a­près ces docu­ments, Ifi­nex et Ren­ren­bee LTD (ancien­ne­ment Bit­fi­nex LTD) auraient été radiées de ce registre le 6 novembre dernier.

Si cette infor­ma­tion est per­çue comme impor­tante, c’est prin­ci­pa­le­ment parce que cer­tains obser­va­teurs indiquent que Bit­fi­nex n’au­rait pas pré­cé­dem­ment infor­mé ses clients que ces socié­tés étaient enre­gis­trées à Sin­ga­pour. Il s’a­git, semble-t-il, d’un nou­veau couac – un couac qui vient inten­si­fier les doutes liés à cette pla­te­forme, sou­vent poin­tée du doigt pour son manque de transparence.

Réfé­rences : Medium, news.Bitcoin.com, Tele­gram

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires