Arnaques Aspect Légal

Arnaque : un imposteur dérobe 1,5 million de dollars en Ethers à des individus qui souhaitaient participer à l’ICO de Seele

Portefeuille

Plu­sieurs indi­vi­dus, qui avaient pour pro­jet d’in­ves­tir dans l’I­CO de la star­tup Seele, se seraient faites déro­ber plus d’1,5 mil­lion de dol­lars par un impos­teur. Celui-ci se serait pré­sen­té sur le chan­nel Tele­gram du pro­jet comme un membre de la socié­té, en deman­dant à ces uti­li­sa­teurs d’en­voyer des Ethers avant l’ou­ver­ture de la vente.

Voleur de BitcoinSeel, un pro­jet qui se pré­sente comme une « blo­ck­chain 4.0 » – avec des appli­ca­tions poten­tielles dans l’In­ter­net des Objets, les jeux vidéo ou encore la fin­tech – devait très pro­chai­ne­ment lan­cer une vente de tokens, sans qu’une date ne soit encore fixée.

Un escroc s’est récem­ment pré­sen­té sur le chan­nel Tele­gram de Seele comme un membre de l’é­quipe, à tra­vers les pseu­dos @nicsmith et @SeeleSupport. Il aurait ain­si contac­té direc­te­ment cer­tains membres en leur deman­dant d’en­voyer des Ethers, afin de pou­voir béné­fi­cier d’une pré-vente pri­vée.

Le compte @nicsmith était cen­sé appar­te­nir au doc­teur Nick Smith, l’un des data ana­lysts de Seele.

Discussion avec des imposteurs pendant l'ICO de SeeleLa star­tup a rapi­de­ment aver­ti les inter­nautes, et les a priés de ne pas envoyer le moindre Ether aux escrocs. Elle a plei­ne­ment recon­nu sa res­pon­sa­bi­li­té pour ce qui s’é­tait pas­sé, en indi­quant qu’elle ferait tout pour empê­cher qu’un tel inci­dent se reproduise.

« Un escroc, uti­li­sant les pseu­dos « @nicsmith » et « @seelesupport » a ten­té d’u­sur­per l’i­den­ti­té de l’un des membres de notre équipe, et cer­tains inves­tis­seurs ont per­du de l’argent », a‑t-elle indi­qué. « Nous recon­nais­sons la situa­tion, et nous vous indi­quons que nous trou­ve­rons une solu­tion afin de répa­rer la situa­tion, pour tous les membres de la com­mu­nau­té qui ont per­du de l’argent à cause de ce pro­blème ».

Dans un com­mu­ni­qué publié hier, elle décla­rait avoir mis en place « une équipe d’ur­gence », en ajou­tant qu’elle « pren­drait ses res­pon­sa­bi­li­tés pour limi­ter la perte subie par des membres de la com­mu­nau­té, en met­tant en place des plans de com­pen­sa­tion ».

Elle four­nis­sait éga­le­ment l’a­dresse sup­po­sée de l’es­croc – 0xB3239EF7a0fC08d56402a44A5367b8cdDaf295b8 – qui déte­nait 2162,5 Ethers lors de la rédac­tion de cet article – soit un peu plus d’1,5 mil­lion de dol­lars.

L'adresse Ethereum de l'escroc de l'ICO de Seele

La nou­velle a rapi­de­ment été relayée sur Twit­ter – mais pour les trois inves­tis­seurs qui auraient fait les frais de cette escro­que­rie, il était déjà trop tard.

Les escrocs s’en prennent aux investisseurs

Aujourd’­hui, il res­tait encore bien dif­fi­cile de savoir si l’on pou­vait prendre pour argent comp­tant les décla­ra­tions de Seel.

L’o­ri­gine de ces soup­çons ? Pour Bit­son­line, on pou­vait consta­ter que l’a­dresse e‑mail de contact uti­li­sée pour enre­gis­trer le nom de domaine seele.pro mon­trait qu’il s’a­gis­sait de [email protected] – une adresse qui aurait été déjà été asso­ciée, depuis 2014, à plu­sieurs escroqueries.

Le Whois du nom de domain Seele.pro

Ces der­niers mois, l’en­goue­ment sus­ci­té par les ICOs a fait de nom­breuses vic­times – et les inves­tis­seurs semblent être deve­nus des proies de choix pour les escrocs, qui peuvent se pré­sen­ter comme des repré­sen­tants des star­tups qui recherchent des financements.

Ils par­viennent géné­ra­le­ment à trom­per les inter­nautes en leur indi­quant qu’ils ont la pos­si­bi­li­té de béné­fi­cier d’une remise en envoyant leurs fonds dans le cadre d’une pré-vente. Et il suf­fit mal­heu­reu­se­ment qu’un seul inves­tis­seur tombe dans un tel piège pour que cette manœuvre puisse s’a­vé­rer lucrative.

La semaine der­nière, l’I­CO du Bee Token avait per­mis à d’autres escrocs d’empocher plus de 800 000 dol­lars d’E­thers. Ils étaient par­ve­nus à mettre la main sur les adresses e‑mails récol­tées par l’é­quipe à l’o­ri­gine du pro­jet. Ils ont ain­si pu trans­mettre un mes­sage aux inves­tis­seurs, en décla­rant que les contri­bu­tions devaient être envoyées vers l’a­dresse Ethe­reum men­tion­née dans leur e‑mail.

Mais ce sont par­fois les équipes à l’o­ri­gine d’une ICO qui cherchent à trom­per les contri­bu­teurs. C’é­tait récem­ment le cas de la star­tup Pro­deum, qui avait déci­dé de mettre fin à son pro­jet en plein finan­ce­ment, en rem­pla­çant la page d’ac­cueil du site par une men­tion plu­tôt trou­blante.

Réfé­rences : CCN, Bit­son­line

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires