Aspect Légal Régulation

Banque des règlements internationaux : « Les monnaies numériques émises par des banques centrales pourraient déstabiliser l’économie mondiale »

la banque des règlements internationaux

Alors que les banques cen­trales de cer­tains pays envi­sagent de créer leur propre mon­naie numé­rique, la Banque des Règle­ments Inter­na­tio­naux (BRI) s’in­quiète des consé­quences qui pour­raient être liées à l’ar­ri­vée de ces actifs.

La BRI soumet ses inquiétudes

bank for international settlementsCer­taines nations semblent rêver d’un ave­nir « sans cash » – un ave­nir qui pour­rait être ren­du pos­sible grâce à l’é­mis­sion de mon­naies numé­riques par les banques cen­trales. Ain­si, en Suède, la Riks­bank espère pro­po­ser une e‑couronne, tan­dis que la Banque d’An­gle­terre pour­rait dès cette année émettre sa propre mon­naie digitale.

Mais, même s’il s’a­gi­rait d’ac­tifs cen­tra­li­sés, la Banque des règle­ments inter­na­tio­naux (BRI) voit ces ini­tia­tives d’un mau­vais œil. Busi­ness Insi­der rap­porte ain­si que la banque des banques cen­trales a pré­sen­té dans une note les consé­quences poten­tiel­le­ment désas­treuses que pour­raient avoir ces mon­naies numé­riques sur le sys­tème finan­cier mondial.

Ce rap­port, rédi­gé notam­ment par Klaus Löber, conseiller prin­ci­pal à la Banque cen­trale euro­péenne, et Aerdt Hou­ben, direc­teur de la sec­tion sta­bi­li­té finan­cière de la Banque des Pays-Bas, pré­cise que ces mon­naies numé­riques pour­raient venir « concur­ren­cer » les mon­naies fidu­ciaires. Et en pro­vo­quant une baisse du mon­tant des dépôts ban­caires, elles pour­raient sus­ci­ter une flam­bée des taux d’in­té­rêt.

Voi­ci ce qu’il est pos­sible d’y lire :

« La mise en place d’une mon­naie numé­rique émise par une banque cen­trale (CBDC) sou­lè­ve­rait des pro­blèmes fon­da­men­taux qui vont bien au-delà des sys­tèmes de paie­ment, de la poli­tique moné­taire et de sa mise en œuvre. »

Les rédac­teurs de cette étude estiment que l’ar­ri­vée d’une CBDC « pour­rait accroître l’ins­ta­bi­li­té du finan­ce­ment des dépôts ban­caires com­mer­ciaux. Même si elle était conçue prin­ci­pa­le­ment pour effec­tuer des paie­ments, une fuite vers la banque cen­trale peut se pro­duire rapi­de­ment et à grande échelle en période de stress, ce qui obli­ge­rait les banques com­mer­ciales et la banque cen­trale à faire face à de telles situations. »

Et d’in­di­quer que ceci pour­rait « ren­for­cer la pré­sence des banques cen­trales dans les sys­tèmes finan­ciers » et pro­vo­quer « des pertes éco­no­miques si ces enti­tés étaient moins effi­caces dans l’al­lo­ca­tion des res­sources que ne l’est le sec­teur pri­vé ».

Et le BRI estime que le sec­teur éco­no­mique ne serait pas le seul à pâtir de l’ar­ri­vée des CBDC. Elle juge que celles-ci pour­raient « entraî­ner les banques cen­trales vers des ter­ri­toires inex­plo­rés et abou­tir à une plus grande ingé­rence politique ».

« Une bulle, un ponzi et un désastre environnemental »

Ce n’est pas la pre­mière fois que la BRI men­tionne les actifs numé­riques. Son direc­teur géné­ral, Agus­tin Cars­tens, avait décla­ré le mois der­nier que ces actifs consti­tuaient une « menace pour la sta­bi­li­té finan­cière » et que le Bit­coin était « une bulle, un pon­zi et un désastre envi­ron­ne­men­tal ».

Jac­que­line Loh, la pré­si­dente du Mar­kets Com­mit­tee de la BRI, avait de son côté appe­lé à « un exa­men atten­tif et appro­fon­di » avant « l’é­ven­tuelle mise en place d’une CBDC ».

Jens Weid­mann, le pré­sident de la Bun­des­bank, était moins cri­tique vis-à-vis de l’ar­ri­vée de ces mon­naies émises par les banques centrales :

« Le fait de per­mettre aux épar­gnants de déte­nir des créances sur la banque cen­trale pour­rait rendre leurs liqui­di­tés plus sûres, car une banque cen­trale ne peut deve­nir insolvable. »

Il avait tou­te­fois ajou­té qu’en période d’in­cer­ti­tude éco­no­mique, les citoyens conver­ti­raient très pro­ba­ble­ment leurs mon­naies fidu­ciaires vers la mon­naie numé­rique du pays. Ceci pour­rait nuire aux banques com­mer­ciales, qui seraient alors confron­tées à des risques plus éle­vés de panique bancaire.

Réfé­rences : Bit­coi­nist, Busi­nes­sIn­si­der

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
babacool
babacool
3 années il y a

Ils prêchent pour leur paroisse et rien d’autre. Le dan­ger ce sont jus­te­ment les banques cen­trales et là encore l’his­toire l’a plus que suf­fi­sam­ment démon­tré. Alors qu’ils cessent leur manège et de vou­loir tou­jours tout enfu­mer. Vive la décentralisation !