Aspect Légal Régulation

Chine : malgré une « interdiction », plusieurs plateformes continuent de proposer des échanges de pair-à-pair

Chine Bitcoin

La récente « inter­dic­tion » pro­non­cée par la Chine sur les cryp­to­mon­naies ne semble pas impo­ser une fer­me­ture pure et simple des pla­te­formes d’é­change locales.

Si cer­taines d’entre elles ont annon­cé qu’elles empê­chaient les nou­velles ins­crip­tions, elles semblent tou­jours offrir des échanges de pair à pair.

Mal­gré l’an­nonce d’une « inter­dic­tion » des cryp­to-tran­sac­tions en Chine, la paire RMB-USDT (ren­min­bi-tether) conti­nue d’af­fi­cher des volumes signi­fi­ca­tifs, alors que des échanges de pair-à-pair sont tou­jours effec­tués dans le pays.

Les pla­te­formes OKEX et Huo­bi pro­posent encore la paire d’é­change RMB-USDT, tout comme Binance, Kucoin et Gate.io.

Voi­ci une cap­ture d’é­cran mon­trant com­ment un tra­der chi­nois a pu se pro­cu­rer de l’USDT ce mar­di via OKEX :

OKEX Achat USDT Chine

Cer­taines pla­te­formes per­mettent ain­si aux tra­ders d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions de pair-à-pair. L’a­che­teur va envoyer un vire­ment ban­caire sur le compte du ven­deur, puis ce der­nier va lui trans­mettre des actifs numé­riques à tra­vers la bourse d’échange.

« En Chine, il existe tou­jours un moyen de contour­ner les règles et de reve­nir sur celles-ci », a confié au site Blo­ck­works Tony Ling, par­te­naire de la socié­té chi­noise Bizan­tine Capi­tal. « Dans le monde occi­den­tal, lorsque quelque chose est illé­gal, cela signi­fie que c’est illé­gal. C’est clair ».

Ain­si, la déten­tion de cryp­to­mon­naies et la réa­li­sa­tion d’é­changes de pair-à-pair ne sont appa­rem­ment tou­jours pas inter­dits dans l’empire du Milieu. Les lois locales sur les titres finan­ciers empêchent tou­te­fois aux pla­te­formes d’é­change de pro­po­ser direc­te­ment des paires ados­sées au ren­min­bi, expli­quant la popu­la­ri­té des tran­sac­tions de pair-à-pair.

M. Ling a éga­le­ment fait remar­quer qu’à l’ap­proche de la fête natio­nale (qui sera célé­brée le 1er octobre), les auto­ri­tés ont ten­dance à être plus strictes. Le site The­Block a rap­por­té cette semaine que Coin­Ge­cko, Coin­Mar­ket­Cap et Tra­ding­View étaient désor­mais blo­qués dans le pays.

« On ignore tou­jours si, demain, des pla­te­formes comme OKEX seront tota­le­ment fer­mées et devront quit­ter la Chine pour tou­jours », a confié Tony Ling. « Mais pour l’ins­tant, une par­tie de l’ac­ti­vi­té se poursuit ».

Réfé­rence : Blo­ck­works