Aspect Légal Cybercriminalite

Attaques contre des plateformes d’échange, malwares de minage et ransomwares : la Corée du Nord serait parvenue à obtenir 11 000 Bitcoins en 2017

Pirates originaires de Corée du Nord

Selon une ancienne membre de la NSA, la Corée du Nord serait par­ve­nue à récol­ter l’an­née der­nière l« équi­valent de plus de 200 mil­lions de dol­lars de cryp­to-mon­naies, que ce soit au tra­vers d’at­taques infor­ma­tiques ou de minage de mon­naies numé­riques. Et d’a­près des rap­ports récents, Pyon­gyang conti­nue­rait de cher­cher à tirer pro­fit des failles pré­sentes dans les sys­tèmes infor­ma­tiques des pays voi­sins.

200 millions de dollars de Bitcoins

Coffre-fort BitcoinDepuis quelques années, la Répu­blique popu­laire démo­cra­tique de Corée, qui s’ef­force de sur­mon­ter les consé­quences de son iso­le­ment poli­tique et des sanc­tions éco­no­miques inter­na­tio­nales qui lui ont été infli­gées, semble avoir déci­dé de se tour­ner vers les cryp­to-mon­naies. De nom­breux rap­ports ont indi­qué que Pyon­gyang redou­ble­rait d’ef­forts pour ten­ter d’ob­te­nir des actifs numé­riques, en explo­rant les dif­fé­rentes pos­si­bi­li­tés qui s’offrent à elle.

Selon une ancienne repré­sen­tante de la Natio­nal Secu­ri­ty Agen­cy (NSA) amé­ri­caine, citée par Radio Free Asia, le pays serait ain­si par­ve­nu l’an­née der­nière à mettre la main sur au moins 11 000 Bit­coins.

Pris­cil­la Moriu­chi, qui a été res­pon­sable de la cyber­sé­cu­ri­té dans la région Asie-Paci­fique pour l’or­ga­nisme gou­ver­ne­men­tal, a indi­qué que ces actifs numé­riques auraient été obte­nus par deux canaux : le minage, mais éga­le­ment des pira­tages infor­ma­tiques visant d’autres pays.

Selon Mme Moriu­chi – qui tra­vaille désor­mais pour Recor­ded Future, une socié­té spé­cia­li­sée en cyber­sé­cu­ri­té – la valeur totale des cryp­to-mon­naies ain­si obte­nues était esti­mée, en décembre der­nier, à 210 mil­lions de dol­lars, alors que le Bit­coin enre­gis­trait de nou­veaux records.

Des opérations « de grande envergure »

Corée du Nord et BitcoinSi la Corée du Nord lorgne tant sur les mon­naies numé­riques, c’est sans doute pour la liber­té qu’elles pro­curent – alors que le pays ne dis­pose que d’un accès limi­té au sys­tème finan­cier inter­na­tio­nal. Cet inté­rêt a été confir­mé en novembre der­nier, lorsque l’on avait appris que l’U­ni­ver­si­té de Pyon­gyang pro­po­sait des cours dédiés aux cryp­to-mon­naies.

Pour y par­ve­nir, le régime nord-coréen n’hé­site pas à emprun­ter des voies illé­gales. Il aurait ten­té à plu­sieurs reprises d’ex­ploi­ter les failles de sécu­ri­té pré­sentes au sein des éco­sys­tèmes d’autres pays, en dif­fu­sant des mal­wares de minage ou des au ran­som­wares.

En décembre, le Korea Herald avait ain­si mis le feu aux poudres en accu­sant direc­te­ment Pyon­gyang :

Les der­nières cybe­rat­taques nord-coréennes montrent bien que le ‘régime délin­quant’ est pas­sé de pira­tages ‘conven­tion­nels’ à des opé­ra­tions de plus grande enver­gure, dans la mesure où il a besoin de s’appuyer sur une mon­naie forte pour face aux sanc­tions éco­no­miques impo­sées du fait de ses pro­grammes nucléaires et de ses pro­grammes de mis­siles”.

Selon le Natio­nal Intel­li­gence Ser­vice sud-coréen, la Corée du Nord serait éga­le­ment impli­quée dans le pira­tage de Bithumb – qui consti­tue, avec Upbit, de la plus grande pla­te­forme d’é­change de cryp­to-mon­naies du pays. Bithumb avait d’ailleurs éco­pé d’une amende pour s’être faite sub­ti­li­ser les don­nées per­son­nelles de plus de 30 000 de ses uti­li­sa­teurs.

Au total, les pirates nord-coréens seraient par­ve­nus à voler des actifs numé­riques d’une valeur de plu­sieurs mil­liards de wons.

Selon une étude menée par Recor­ded Future, cer­tains acteurs soup­çon­nés d’être étroi­te­ment liés au gou­ver­ne­ment nord-coréen, notam­ment le groupe Laza­rus, auraient conti­nué à la fin de l’an­née 2017 à cibler les pla­te­formes d’é­change et les uti­li­sa­teurs basés chez leur voi­sin. Les ser­vices de ren­sei­gne­ments sud-coréens ont d’ailleurs infor­mé le mois der­nier les légis­la­teurs, lors d’une audi­tion par­le­men­taire, que la Corée du Nord n’a­vait tou­jours pas ces­sé de ten­ter de pira­ter les pla­te­formes échanges du pays.

Réfé­rence : News.Bitcoin




[wpcrypto_list]