Aspect Légal Régulation

Corée du Sud : plusieurs banques décident de mettre un terme aux services fournis aux plateformes d’échange de crypto-monnaie

Corée du Sud Séoul

La Corée du Sud sou­haite rapi­de­ment en finir avec le tra­ding ano­nyme de mon­naie numé­rique. Après avoir mené cette semaine des véri­fi­ca­tions au sein de six grandes banques, les auto­ri­tés locales ont jugé « inadé­quats » les sys­tèmes de contrôle interne qui y étaient utilisés.

Du fait des règles strictes impo­sées par Séoul, cer­taines banques ont pré­fé­ré mettre un terme aux ser­vices qu’elles pro­posent aux pla­te­formes d’é­change, plu­tôt que d’a­voir à mettre en place un sys­tème de véri­fi­ca­tion d’identité.

Des contrôles internes inadéquats

Financial Services Commission Corée du sudLun­di der­nier, la Finan­cial Intel­li­gence Unit (FIU) et la Finan­cial Super­vi­so­ry Ser­vice (FSS) sud-coréennes avaient com­men­cé à mener des inves­ti­ga­tions auprès de six grandes banques locales.

Woo­ri Finance Hol­dings, la KB Kook­min Bank, la Shin­han Bank, la Non­ghyup Bank et la Korea Deve­lop­ment Banksont sont ain­si actuel­le­ment ins­pec­tées. L’ob­jec­tif : savoir si elles res­pectent les obli­ga­tions anti-blan­chi­ment d’argent, telles qu’elles ont été pré­ci­sées dans le cadre régle­men­taire rela­tif aux cryp­to-mon­naies, récem­ment éta­bli par le gouvernement.

L’ins­pec­tion, qui devait dans un pre­mier temps être effec­tuée du 8 au 11 jan­vier, a fina­le­ment été éten­due jus­qu’au 16 jan­vier, d’a­près ce qu’in­dique Money Today. Le site rap­porte les pro­pos qu’au­rait tenus un agent de la FSS :

« Nous avons éten­du la période d’exa­men, dans la mesure où nous devons iden­ti­fier et répondre à des élé­ments plus pré­cis suite à la décou­verte de contrôles internes inadé­quats lors des contrôles que nous avons menés sur ces sites »

Les banques se retirent

Shinhan BankLes auto­ri­tés sou­haitent trou­ver un moyen de  mettre fin au tra­ding ano­nyme de cryp­to-mon­naies. Celui-ci est tou­jours pos­sible dans le pays : les inves­tis­seurs peuvent pour cela s’ap­puyer sur des comptes ban­caires en ligne, qui ne les contraignent pas à se sou­mettre à une véri­fi­ca­tion de leur identité.

Et ce sont les banques qui pro­posent, dans un pre­mier temps, de tels comptes aux pla­te­formes d’é­change. Divi­sés en nom­breux sous-comptes, il sont ensuite assi­gnés par ces pla­te­formes à leurs clients, afin qu’ils puissent y dépo­ser de l’argent des­ti­né au trading.

Ven­dre­di, des jour­naux locaux rap­por­taient que cer­taines banques avaient déci­dé de mettre un terme à ce type de ser­vices, puis­qu’il sup­po­sait désor­mais de véri­fier l’i­den­ti­té des déten­teurs de ces sous-comptes.

« Alors que le gou­ver­ne­ment a aug­men­té la pres­sion sur le mar­ché des mon­naies numé­riques, les banques com­mer­ciales ont déci­dé de se reti­rer » a indi­qué le jour­nal russe Etoday.

De son côté, la Shin­han Bank a annon­cé ven­dre­di qu’elle ne comp­tait pas mettre en place un tel sys­tème de véri­fi­ca­tion – pré­fé­rant ces­ser d’of­frir des ser­vices de compte en ligne aux pla­te­formes d’é­change. L’un des diri­geants de la banque aurait décla­ré, d’a­près le média Hongyung :

« Nous avons déci­dé qu’il serait mieux de ne pas en mettre en place un sys­tème qui puisse per­mettre d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions de mon­naies virtuelles »

D’autres banques pour­raient très pro­chai­ne­ment faire de même. Un offi­ciel de la IBK Bank a ain­si décla­ré : « Nous avons éga­le­ment déci­dé de fer­mer l’en­semble de nos comptes en ligne exis­tants ». Du côté de la KEB Hana Bank, un porte-parole explique ceci : « Je ne pense pas que nous ayons l’au­to­ri­sa­tion de four­nir un compte des­ti­né au tra­ding de mon­naies vir­tuelles ».

D’a­près le jour­nal Kookje, la KEB Hana Bank et la KB Kook­min Bank ont déci­dé de ne plus pro­po­ser de comptes en ligne pour ces pla­te­formes tant que les auto­ri­tés n’au­ront pas appor­té des pré­ci­sions sup­plé­men­taires rela­tives à la nou­velle régle­men­ta­tion. Pen­dant ce temps, la Non­ghyup Bank conduit un audit interne qui devrait l’ai­der à prendre une déci­sion, comme l’in­dique l’a­gence de presse Yonhap.

Le média Han­kyung explique que les banques risquent de ren­con­trer des dif­fi­cul­tés si elles sou­haitent mettre en place, pour ces comptes, un sys­tème qui puisse être plei­ne­ment conforme aux exi­gences strictes impo­sées par les régu­la­teurs locaux. Il conclut ainsi :

« Ceci signi­fie, de fait, la fin des comptes de tra­ding ano­nyme, ce qui va irré­mé­dia­ble­ment dimi­nuer le nombre de tran­sac­tions de mon­naies virtuelles ».

Réfé­rence : News.bitcoin

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
babacool
babacool
4 années il y a

Il est inté­res­sant de consta­ter comme « les auto­ri­tés » se bougent par rap­port à, et pour ne citer qu’un exemple par­mi tant d’autres, l’é­va­sion fis­cale dont les mon­tants sont pour­tant bien plus signi­fi­ca­tifs. Ce qui l’a encore, tra­duit bien le sens don­né aux prio­ri­tés par les « auto­ri­tés ». CQFD ?