Aspect Légal Cybercriminalite

Corée du Sud : les employés de 3 plateformes d’échange auraient détourné les fonds de certains utilisateurs

Bitcoin Corée du Sud

Trois pla­te­formes d’é­change sud-coréennes ont fait l’ob­jet de per­qui­si­tions, alors que leurs employés sont sus­pec­tés d’a­voir détour­né des sommes appar­te­nant à cer­tains tra­ders.

Des fonds détournés par des employés

Corée du sud loi Bitcoin

Le bureau du pro­cu­reur de Séoul et ses équipes dédiées aux enquêtes finan­cières, avec l’aide de la Finan­cial Ser­vices Com­mis­sion (FSC), ont récem­ment mené des per­qui­si­tions auprès de trois pla­te­formes d’é­change.

La police locale a révé­lé que les employés de ces socié­tés auraient détour­né les sommes appar­te­nant à cer­tains uti­li­sa­teurs, afin de pou­voir s’of­frir des cryp­to-mon­naies.

Cho­sun et Yon­hap, deux des prin­ci­paux médias sud-coréens, ont ain­si rap­por­té que les employés de trois pla­te­formes seraient par­ve­nus à détour­ner les fonds que celles-ci conser­vaient, pour le compte de leurs uti­li­sa­teurs, sur des comptes ban­caires.

Un porte-parole de la police sud-coréenne à décla­ré à Cho­sun que la Korea Finan­cial Intel­li­gence Unit (FIU) et la FSC ont lan­cé une enquête conjointe des­ti­née à audi­ter les comptes ban­caires concer­nés :

« En jan­vier 2018, la FIU et la FSC ont lan­cé une enquête conjointe afin de mettre la lumière sur les tran­sac­tions sus­pectes et les trans­ferts de fonds effec­tués à tra­vers les comptes ban­caires déte­nus par cer­taines pla­te­formes d’é­change locales. Au cours de cette enquête, les deux agences ont décou­vert des acti­vi­tés sus­pectes ».

L’une des trois principales plateformes du pays impliquée

Bitcoin Corée du sudUne source proche du dos­sier, qui a tenu à gar­der l’a­no­ny­mat, aurait décla­ré au site Live­Coin­Watch que l’une des trois pla­te­formes d’é­change concer­nées ferait par­tie des trois prin­ci­pales pla­te­formes d’é­change sud-coréennes.

Lors de la rédac­tion de cet article, Upbit, Bithumb et Coi­none étaient les pla­te­formes qui avaient enre­gis­tré les plus grands volumes d’é­change sur les der­nières 24 heures.

Cette source a expli­qué qu’au-delà de ces détour­ne­ments, plu­sieurs pla­te­formes d’é­change auraient éga­le­ment été uti­li­sées par des orga­ni­sa­tions cri­mi­nelles pour blan­chir de l’argent. Il s’a­git d’un phé­no­mène que tente d’en­di­guer depuis plu­sieurs mois les auto­ri­tés. Celles-ci avaient récem­ment fait fer­mer des comptes ban­caires d’emprunt qui étaient uti­li­sés par des orga­ni­sa­tions cri­mi­nelles dési­reuses de finan­cer des acti­vi­tés illi­cites.

Les pla­te­formes d’é­change concer­nées ne seraient vrai­sem­bla­ble­ment pas à l’o­ri­gine de telles manœuvres. Il est d’ailleurs peu pro­bable qu’elles aient déci­dé de mettre à risque des com­mis­sions juteuses et des valo­ri­sa­tions esti­mées à plu­sieurs cen­taines de mil­lions de dol­lars pour pou­voir sub­ti­li­ser quelques dizaines de mil­liers de dol­lars à leurs uti­li­sa­teurs.

Réfé­rences : Live­Coin­Watch, Cho­sun




[wpcrypto_list]