Crypto-monnaies

Les commissions générées par les plateformes d’échange sud-coréennes multipliés par + de 85 en 2017

Bitcoin et Ethereum en Corée du Sud

Les opé­ra­teurs de pla­te­formes d’é­change sud-coréennes ont pu géné­rer des com­mis­sions fara­mi­neuses en 2017. Leur volume a été mul­ti­plié par 85 en l’es­pace d’une année.

D’a­près des don­nées rap­por­tées par l’a­gence de presse Yon­hap, les 30 prin­ci­pales pla­te­formes d’é­change de cryp­to-mon­naies de Corée du Sud seraient par­ve­nues à récol­ter 700 mil­liards de wons (528 mil­lions d’eu­ros) en 2017, contre seule­ment 8 mil­liards de wons l’an­née précédente.

Ces chiffres ont été confiés par Park Kwang-on, un jour­na­liste deve­nu poli­ti­cien qui fut pré­cé­dem­ment le porte-parole du pré­sident Moon Jae-in. Le gou­ver­ne­ment aurait appor­té son aide pour réunir les don­nées, qui se basent sur les com­mis­sions per­çues par de mul­tiples opérateurs.

On apprend éga­le­ment qu’Upbit serait la prin­ci­pale pla­te­forme du pays, avec 52,9% du mar­ché du tra­ding de cryp­to-mon­naies. Viennent ensuite Bithumb, Kor­bit et Coi­none.

Alors qu’Up­bit aurait empo­ché 194,3 mil­liards de wons (146 mil­lions d’eu­ros) de com­mis­sions, les recettes géné­rées par Bithumb s’élèveraient à 317,7 mil­liards de wons (240 mil­lions d’eu­ros). De leur côté, Kor­bit et Coi­none auraient atteint res­pec­ti­ve­ment les 67 mil­liards de wons (51millions) et 78,1 mil­liards de wons (66 millions).

Corée du Sud régulation bitcoin

La Corée du Sud est deve­nue en 2017 l’un des prin­ci­paux mar­chés d’é­change de mon­naies numé­riques, mal­gré la déci­sion du gou­ver­ne­ment d’in­ter­dire en sep­tembre les ICOs. Quelques mois plus tard, des rumeurs selon les­quelles les auto­ri­tés pour­raient prendre une déci­sion simi­laire à celle de la Chine et faire fer­mer les pla­te­formes d’é­change avaient été éteintes par le gouvernement,

Voi­ci ce qu’a­vait décla­ré à la fin du mois de jan­vier le ministre des Finances Kim Dong-yeon :

Il n’y a pas d’intention d’interdire [les mar­chés] de cryp­to-mon­naies, ni de les empê­cher d’opérer”.

Rate this post