Aspect Légal Régulation

Membre de la Bundesbank : « Le Bitcoin ne peut pas faire office de moyen de paiement »

Bundesbank Allemande

Un maga­zine alle­mand, €uro am Sonn­tag, a récem­ment publié un entre­tien mené avec Carl-Lud­wig Thiele, un membre du direc­toire de la Bun­des­bank. Celui-ci a expli­qué que l’U­nion Euro­péenne ne pré­voyait pas d’é­mettre sa propre mon­naie numé­rique. Il a éga­le­ment indi­qué que le Bit­coin ne pou­vait faire office de moyen de paie­ment, du fait de frais de tran­sac­tion trop élevés.

Notez que les tra­duc­tions que nous vous pro­po­sons dans cet article sont approximatives.

Pas de monnaie numérique émise par la banque centrale

Deutsche-Bundesbank-logo

« Nous n’a­vons pas pré­vu de mettre en place de “l’argent numé­rique”, émis par la banque cen­trale, qui serait ana­logue aux espèces », a répon­du M. Thiele lorsque la ques­tion d’une mon­naie numé­rique lan­cée par le gou­ver­ne­ment a été évoquée.

« Cepen­dant, des débats sont actuel­le­ment menés pour iden­ti­fier les béné­fices poten­tiels liés à l’u­ti­li­sa­tion d’argent numé­rique émis par la banque cen­trale dans un sys­tème clos, afin d’as­su­rer le trai­te­ment de cer­taines tran­sac­tions », a‑t-il clarifié.

La Bun­des­bank est la banque cen­trale d’Al­le­magne – il s’a­git indé­nia­ble­ment de la banque cen­trale la plus puis­sante de l’U­nion Euro­péenne. Le dis­po­si­tif ins­ti­tu­tion­nel sur lequel elle s’ap­puie est assez simi­laire à celui de la Banque Cen­trale Euro­péenne (BCE). Par ailleurs, elle est sou­vent pré­sen­tée dans le conti­nent comme un modèle en termes de rigueur bud­gé­taire.

S’il est loin de se mon­trer enthou­siaste face à la mon­tée des cryp­to-mon­naies, M. Thiel a indi­qué que son ins­ti­tu­tion ne comp­tait pas pres­ser les épar­gnants à évi­ter le Bit­coin.

Carl Ludwig Thiele

Il a expli­qué que la banque cen­trale « ne for­mule aucune recom­man­da­tion d’in­ves­tis­se­ment – elle se contente d’a­ler­ter sur les risques. Le Bit­coin montre de fortes fluc­tua­tions », a‑t-il indi­qué, ajou­tant que ces risques étaient visibles « pas seule­ment si on le com­pare à l’eu­ro. Par consé­quent, il n’est pas adap­té pour faire office de réserve de valeur ».

M. Thiele, âgé de 64 ans, est membre de la Bun­des­bank depuis 7 ans. Il s’oc­cupe notam­ment des ques­tions rela­tives aux mon­naies fidu­ciaires et aux opé­ra­tions de paiement.

« Le fait que les tran­sac­tions conduites sur la blo­ck­chain du Bit­coin soient coû­teuses et inef­fi­cientes le rendent inapte à faire office de moyen de paie­ment », a‑t-il par ailleurs déclaré.

« Notre monnaie, l’euro, repose essentiellement sur la confiance »

Lors­qu’on lui a deman­dé quelles pou­vaient être les rela­tions entre le Bit­coin et la crise finan­cière de 2008, M. Thiele a admis ceci : « Une par­tie de ce qui a moti­vé la créa­tion des mon­naies vir­tuelles pro­vient pro­ba­ble­ment, à l’é­poque, d’une réflexion cri­tique contre le sys­tème finan­cier ».

« Il s’a­git d’une mis­sion constante pour les banques cen­trales et les poli­tiques fis­cales, qui doivent conso­li­der la confiance dans notre sys­tème moné­taire et finan­cier. Ceci est lié au fait que notre mon­naie, l’eu­ro, repose essen­tiel­le­ment sur la confiance. La confiance peut être faci­le­ment être ébran­lée, et est dif­fi­cile à gagner », a‑t-il poursuivi.

Ces com­men­taires inter­viennent peu après ceux d’un éco­no­miste alle­mand, Chris­toph Schmidt, qui avait aler­té les épar­gnants en expli­quant au Rhei­nische Post qu’une plon­gée du cours du Bit­coin pour­rait « se pro­pa­ger vers d’autres agents éco­no­miques, puisque ces achats sont finan­cés grâce à des prêts ». Il avait ajou­té que « ceci pour­rait accroître le risque de voir appa­raître des dis­tor­sions au sein des mar­chés finan­ciers ».

« De la curiosité et une analyse critique »

De son côté, le quo­ti­dien alle­mand Bild a rap­por­té les pro­pos de Felix Hufeld, le pré­sident de l’Au­to­ri­té fédé­rale de super­vi­sion finan­cière (BaFin). Celui-ci avait indi­qué que l’ins­ti­tu­tion qu’il repré­sen­tait était « encore en train de tra­vailler à la com­pré­hen­sion de ce sujet, pour pou­voir déve­lop­per un savoir-faire autour de celui-ci ».

En sep­tembre der­nier, M. Thiele avait déjà tenu un dis­cours por­tant sur le Bit­coin. Après avoir pré­sen­té le fonc­tion­ne­ment de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, il avait conclu « qu’un fort scep­ti­cisme, de la curio­si­té et une ana­lyse cri­tique sont néces­saires lors­qu’il s’a­git d’ap­pré­hen­der le Bit­coin, mais aus­si la créa­tion d’une mon­naie numé­rique émise par la banque cen­trale ». Il avait indi­qué que la mise en place d’une telle mon­naie consti­tuait, selon lui, une « une pers­pec­tive irréa­liste ».

Réfé­rences : News.Bitcoin, Reu­tersFinan­zen

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
babacool
babacool
4 années il y a

Deux petites erreurs de textes repé­rées à la lec­ture de votre billet (des­sus et sous la pho­to du M. qui montre les billets de 20 €)… ça sent le len­de­main de Noël… Ce qui me vient à l’es­prit en lisant votre article, c’est le sou­ve­nir de cette sorte arro­gance voi­lée, expri­mée par le sys­tème ban­caire durant les débuts de la crise des « sub­primes » : « Too big to fail ». Et si fina­le­ment ce n’é­tait pas le cas?…