Aspect Légal Cybercriminalite

Non, les terroristes n’ont pas recours au Bitcoin

Terroristes Bitcoin

Ceci est la tra­duc­tion libre d’un article publié sur news.bitcoin.com.

Même s’il ne tra­duit pas néces­sai­re­ment notre point de vue (nous com­pre­nons l’at­ti­tude des gou­ver­ne­ments, qui semblent géné­ra­le­ment faire de leur mieux face à ce qu’ils per­çoivent, de manière légi­time, comme une menace), les argu­ments qui y sont expo­sés nous ont sem­blé inté­res­sants. Il a été rédi­gé par Kai Sedg­wick. Vous pou­vez y accé­der en cli­quant sur ce lien.

Pour en savoir plus sur les liens entre Bit­coin et cri­mi­na­li­té, n’hé­si­tez pas à consul­ter cet article, dans lequel nous vous pré­sen­tions les résul­tats d’une étude sur le sujet.

Savez-vous qui sont les per­sonnes qui ont recours au Bit­coin ?

Les ter­ro­ristes, les néo­na­zis et les pédo­philes. Sans comp­ter les monstres, les cyber­cri­mi­nels, et ce vieil homme qui traîne en bas de chez vous. Ils uti­lisent tous le Bit­coin – on ignore pour­quoi exac­te­ment – mais on sait que tout ça n’est pas très clair.

Com­ment le savons-nous ? Parce que c’est ce que nous dit le gou­ver­ne­ment… et les gou­ver­ne­ments ne mentent jamais, pas vrai ?

« Un outil pour le terrorisme »

Les liens entre Bit­coin et ter­ro­risme ne sont pas nou­veaux – ils sont même plus anciens que la tech­no­lo­gie blo­ck­chain elle-même.

En réponse à l’af­fir­ma­tion selon laquelle les diri­geants gou­ver­ne­men­taux pour­raient s’inquiéter de l’ar­ri­vée du Bit­coin, un uti­li­sa­teur du forum Bit­coin­talk avait répon­du, en juillet 2010 : « Ils impriment encore des pages Inter­net, et vont pro­ba­ble­ment appré­hen­der le Bit­coin comme un outil favo­ri­sant le ter­ro­risme. »

Il convient de noter que c’est en 2008 que les mon­naies numé­riques et le ter­ro­risme ont été asso­ciées pour la pre­mière fois. Dans un article du Rich­mond Jour­nal of Law and Tech­no­lo­gy, l’au­teur indique que « les ter­ro­ristes qui cherchent à évi­ter d’être détec­tés se sont tour­nés vers d’autres méthodes pour trans­fé­rer des fonds, comme l’é­change de matières pre­mières, le sys­tème hawa­la, et les mon­naies numé­riques. »

Monnaies numériques financement du terrorisme

Pour défi­nir celles-ci, l’ar­ticle s’ap­puie sur une étude publiée en 2005, inti­tu­lée « The Cyber-Front in the War on Ter­ro­rism : Cur­bing Ter­ro­rist Use of the Inter­net ».

Et voi­la : les ter­ro­ristes auraient com­men­cé à avoir recours à des mon­naies numé­riques avant même que le Bit­coin n’ait été créé.

Terroristes utilisant le Bitcoin

Les terroristes ont-ils vraiment recours au Bitcoin ?

En dépit de ce que des poli­ti­ciens vieillis­sants, qui « impriment des pages inter­net », vous diront, les ter­ro­ristes n’u­ti­lisent pas le Bit­coin.

D’ac­cord, peut-être que c’est le cas d’une mino­ri­té – tout comme une mino­ri­té des ter­ro­ristes sont actuel­le­ment en train de boire un coca-cola cher­ry ou de se curer le nez. Mais en tant que groupe, les ter­ro­ristes et autres « indé­si­rables » n’ont pas recours au Bit­coin pour échap­per à la loi, finan­cer leurs opé­ra­tions ou s’at­ta­quer à la socié­té.

Voi­ci les rai­sons pour les­quelles les dji­ha­distes ne se tournent pas vers le Bit­coin :

  • il est pos­sible de remon­ter les tran­sac­tions Bit­coin, qui sont bien moins ano­nymes que ce que cer­tains peuvent pen­ser.
  • les dépenses des ter­ro­ristes – le loyer, la nour­ri­ture, les armes – doivent toutes être réglées en mon­naie fidu­ciaire. Par ailleurs, le fait de revendre des Bit­coins va lais­ser des traces.
  • Le Bit­coin peut être uti­li­sé pour ache­ter « de mau­vaises choses » sur inter­net, mais pas de la taille ou de l’im­por­tance de ce dont ont besoin les ter­ro­ristes. Bonne chance pour vous pro­cu­rer des RPG‑7 et des kala­shin­kov sur le dark­net, en deman­dant une livrai­son par Fedex.

Par consé­quent, les ter­ro­ristes n’u­ti­lisent pas le Bit­coin. Mais peut-être qu’ils devraient. Dans un monde idéal, chaque ter­ro­riste, chaque pédo­phile et chaque escroc devrait uti­li­ser le Bit­coin.

Pour­quoi ? Tout sim­ple­ment parce que lorsque cela arri­ve­ra, nous sau­rons que le Bit­coin aura rem­pli sa mis­sion. Lorsque le Bit­coin aura infil­tré les recoins les plus sombres de la socié­té, c’est à ce moment que nous sau­rons qu’il a conquis la socié­té toute entière. D’i­ci là, le Bit­coin aura per­mis de rendre le monde meilleur, et aura trans­for­mé la socié­té – une trans­for­ma­tion qu’au­cune adop­tion par des ter­ro­ristes ne pour­rait venir enta­cher.

Andreas Antonopoulos lors d'une conférence consacrée au BitcoinMais ce n’est pas pour­tant pas ce que pense votre gou­ver­ne­ment. Voi­ci ce qu’Andreas Anto­no­pou­los, un « Bit­coin evan­ge­list », avait indi­qué :

« Ce qu’ils vous diront, c’est qu’ils sont inquiets. Qu’ils sont très inquiets. Qu’ils sont inquiets que des cri­mi­nels n’u­ti­lisent le Bit­coin. Mais la véri­té, c’est qu’ils sont bien plus ter­ri­fiés que ce soit le reste de la popu­la­tion qui l’u­ti­lise. »

Le Bit­coin a besoin qu’un plus grande nombre de « mau­vaise per­sonnes » l’u­ti­lisent. Pas pour faire de mau­vaises choses, mais parce que comme l’air et l’eau, la liber­té finan­cière devrait consti­tuer un droit inalié­nable.

Tout comme les billets de 20 dol­lars peuvent être uti­li­sés pour snif­fer des drogues, s’of­frir les ser­vices d’un tueur à gage, ou ache­ter un bou­quet de fleurs, le Bit­coin peut être uti­li­sé de diverses manières, posi­tives, néga­tives, ou entre les deux.

Bitcoin fleur

Comme l’a­vait écrit news.bitcoin.com, « s’il se pro­dui­sait une attaque ter­ro­riste majeure, finan­cée avec des Bit­coins, vous en enten­drez par­ler indé­fi­ni­ment. »

Mais jus­qu’à ce que ce moment arrive, n’é­cou­tez pas ce que vous dit votre gou­ver­ne­ment lors­qu’il confond Bit­coin et ter­ro­risme, de la même manière qu’il le confond avec le chif­fre­ment, avec le droit à la confi­den­tia­li­té sur inter­net, et avec tout ce qu’il ne peut pas contrô­ler. Les poli­ti­ciens peuvent hur­ler tant qu’ils veulent, les citoyens ne sont pas dupes.

Bien­tôt, les seules per­sonnes qui uti­li­se­ront le Bit­coin seront… tout le monde. Oui, et même les ter­ro­ristes.

Réfé­rence : news.bitcoin.com

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
marc Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
marc
Invité
marc

les ter­ro­ristes usent le « Hawa­la » pour se trans­fé­rer de l’argent sans compte en banque.




[wpcrypto_list]