Arnaques Aspect Légal

Des traders diffusent des « Fake News » – sans doute pour provoquer des craintes chez les investisseurs

Scam

Plu­sieurs e‑mails, qui men­tionnent un dur­cis­se­ment des règles autour des cryp­to-mon­naies en Chine et à Hong Kong, ont été envoyés à des rédac­tions amé­ri­caines. Leur objec­tif semble consis­ter à répandre des inquié­tudes sur les mar­chés, afin de faire plon­ger les cours des cryp­to-mon­naies… et pou­voir ain­si s’of­frir des actifs à prix cassés.

Des e‑mails trompeurs

e-mailComme l’a révé­lé aujourd’­hui le site SCMP, de nom­breux e‑mails et invi­ta­tions à la presse com­por­tant des « fake news » ont été dis­tri­bués à des médias américains.

Ceux-ci indiquent que la Hong Kong Mone­ta­ry Autho­ri­ty (HKMA) et la Banque popu­laire de Chine (BPC) seraient sur le point de mettre en place de nou­velles mesures contre « tous les élé­ments et les ser­vices de tra­ding de Bit­coin, aus­si bien en Chine conti­nen­tale qu’à Hong Kong ».

Si l’on en croit ces e‑mails, un nou­veau cadre régle­men­taire anti-blan­chi­ment d’argent sera mis en place dès la semaine pro­chaine pour s’at­ta­quer à l”  »ensemble des ser­vices de mon­naies vir­tuelles et les acti­vi­tés qui y sont liées, à la fois pour les par­ti­cu­liers et les entre­prises, notam­ment pour les teneurs de mar­ché, les socié­tés de minage, les pla­te­formes de tra­ding et les ser­vices de wal­lets ».

Dans la fou­lée, des porte-paroles de la Hong Kong Mone­ta­ry Autho­ri­ty ont décla­ré que le régu­la­teur ne plan­chait pas sur de telles mesures.

Pour le SCMP, il est fort pro­bable que ce-mails aient été envoyés par des tra­ders– des tra­ders qui aime­raient ain­si faire plon­ger les cours, et obte­nir ain­si des cryp­to-mon­naies à prix cassés.

Ces der­niers jours, les prix de ces actifs ont for­te­ment chu­té, alors que de nom­breux médias géné­ra­listes évo­quaient l’ar­ri­vée poten­tielle de cadres régle­men­taires plus stricts.

Le site Bit­coi­nist indique que ces médias seraient sou­vent déte­nus par des ban­quiers et des inves­tis­seurs – et sous-entend qu’ils auraient tout inté­rêt à ce que ces mar­chés mena­çants s’écroulent.

On peut pen­ser, plus vrai­sem­bla­ble­ment, que cer­tains jour­na­listes ne sont pas for­cé­ment très fami­liers avec ces actifs – et qu’ils pour­raient ain­si être ten­tés de décou­ra­ger leurs lec­teurs à se tour­ner vers eux.

Diffuser un sentiment de panique

Hong KongLeon­hard Weese, le pré­sident de l’as­so­cia­tion Hong Kong Bit­coin, estime que seuls ceux qui « shortent » le Bit­coin seraient sus­cep­tibles de pro­fi­ter d’une telle FUD (« Fear, Uncer­tain­ty and Doubt », pour « Peur, Incer­ti­tude et Doute »)

« Je ne suis pas cer­tain que cela puisse tout le temps fonc­tion­ner. Mais quand cer­tains pro­fitent de mau­vaises tra­duc­tions et d’ambiguïtés, ils peuvent par­ve­nir à dif­fu­ser un sen­ti­ment de panique […] en par­ti­cu­lier sur un mar­ché imma­ture, asso­cié à une très faible bar­rière à l’en­trée, et sur lequel de nom­breux « day tra­ders » peuvent être vic­times de manipulations ».

De manière ana­logue aux auto­ri­tés japo­naises, les régu­la­teurs hong­kon­gais ont adop­té une atti­tude accom­mo­dante vis-à-vis des cryp­to-mon­naies. La HKMA avait décla­ré que le Bit­coin consti­tuait une « mar­chan­dise numé­rique », qui devait être appré­hen­dée comme les autres marchandises.

Le dis­cours est bien dif­fé­rent du côté de la Chine, un pays qui n’est pas répu­té pour les liber­tés qu’il accorde à ses citoyens. L’an­née der­nière, Pékin avait déci­dé de faire fer­mer les pla­te­formes d’é­change locales – et elle pour­rait bien­tôt inter­dire à ses citoyens d’a­voir recours à des pla­te­formes étrangères.

Réfé­rences : Bit­coi­nist, SCMP

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires