Aspect Légal Régulation

Pékin souhaite interdire aux citoyens l’utilisation de plateformes d’échange de crypto-monnaies étrangères

Banque populaire de chine

La Chine ambi­tionne de blo­quer l’ac­cès à l’en­semble des sites étran­gers liés au tra­ding de cryp­to-mon­naies et aux ICOs.

Aver­tis­se­ment : les tra­duc­tions pro­po­sées dans cet article sont approximatives.

Dissuader les investisseurs de se tourner vers les plateformes étrangères

D’a­près un article publié hier par le Finan­cial News, un jour­nal édi­té par la Banque popu­laire de Chine, les auto­ri­tés seraient en train de mettre en place de nou­velles mesures régle­men­taires qui vise­raient prin­ci­pa­le­ment l’u­ti­li­sa­tion de pla­te­formes de tra­ding étran­gères par les citoyens, mais aus­si leur par­ti­ci­pa­tion à des ICOs.

Voi­ci ce qu’a indi­qué hier le site ThePaper.cn :

« Afin d’empêcher et de limi­ter les risques finan­ciers, les auto­ri­tés pren­dront des mesures régle­men­taires à l’en­contre des ICOs et des pla­te­formes d’é­change de mon­naies vir­tuelles – qu’elles soient situées dans le pays ou à l’ex­té­rieur. Elle pro­non­ce­ra notam­ment la fer­me­ture des entre­prises qui sont liées à cet éco­sys­tème, ain­si que l’in­ter­dic­tion d’u­ti­li­ser des sites d’échange de mon­naies vir­tuelles, locaux et étrangers ».

Au début de l’an­née 2017, Pékin avait com­men­cé à s’in­té­res­ser de très près aux actifs numé­riques. Le 4 sep­tembre, le gou­ver­ne­ment fai­sait inter­dire les ICOs – avant de rapi­de­ment déci­der de faire fer­mer les pla­te­formes d’é­change domes­tiques, en les contrai­gnant à mettre un terme à leurs acti­vi­tés avant le 30 septembre.

Cette publi­ca­tion indique éga­le­ment que le yuan chi­nois ne serait presque plus uti­li­sé par les tra­ders (ceux-ci doivent sans doute se tour­ner vers des paires d’é­change fai­sant inter­ve­nir le BTC, l’ETH, l’USDT ou encore le KRW) : « Après le “net­toyage” et la “remise en état”, le volume des échanges de mon­naies vir­tuelles libel­lés en ren­min­bi sur les volumes mon­diaux est pas­sé de 90% à moins de 1%, limi­tant ain­si gran­de­ment les risques ».

Cette annonce inter­vient une semaine après que l’Inter­net Finance Asso­cia­tion du pays ait consta­té que les mesures pré­cé­dentes, des­ti­nées à mettre un terme à l’a­chat de cryp­to-mon­naies, avaient par­tiel­le­ment échoué. Les auto­ri­tés avaient ain­si publié un avis au public, en aler­tant les inves­tis­seurs sur les risques liés au tra­ding de cryp­to-mon­naies sur des pla­te­formes étran­gères et à la par­ti­ci­pa­tion à des Ini­tial Coin Offe­rings (ICOs).

Si l’on se fie aux infor­ma­tions révé­lés hier, la Banque popu­laire de Chine semble prête à adop­ter un cadre régle­men­taire plus contrai­gnant, en empê­chant les inves­tis­seurs de s’ap­puyer sur des sites d’é­change inter­na­tio­naux. Cette déci­sion, qui aurait été prise dans l’es­prit du récent avis au public, montre que Pékin semble prend très au sérieux ce phénomène.

En poin­tant le Japon et Hong Kong comme des des­ti­na­tions pri­sées par les tra­ders chi­nois, l’ar­ticle explique ceci :

« Les tran­sac­tions inter­na­tio­nales, l »éva­sion régle­men­taire”, le tra­ding de mon­naies vir­tuelles et les ICOs sont à nou­veau effec­tives. Pre­nez par exemple les ICOs étran­gères, finan­cées par des par­ti­ci­pants chi­nois. Les risques variés et les pro­blèmes iden­ti­fiés dans notre avis au public existent tou­jours, notam­ment une émis­sion illé­gale, des men­tions irréa­listes, des fraudes et même de la vente pyra­mi­dale, et il pour­rait être encore plus com­pli­qué pour les inves­tis­seurs de récu­pé­rer les sommes perdues ».

On avait pu récem­ment voir que de nom­breuses entre­prises de minage de cryp­to-mon­naies chi­noises s’é­taient délo­ca­li­sées dans des pays tels que la Suisse ou au Cana­da – des régions net­te­ment plus accueillantes pour ce type d’activité.

L’influence de la Chine sur les crypto-marchés

Il a déjà été pos­sible de consta­ter à plu­sieurs reprises l’in­fluence du pays sur les prix des cryp­to-mon­naies :

Les conséquences des décisions du gouvernement chinois sur le prix du Bitcoin

On peut tou­te­fois pen­ser qu’une telle annonce ne devrait vrai­sem­bla­ble­ment pas pro­duire des consé­quences aus­si lourdes que par le pas­sé. D’une part, les mar­chés ont déjà for­te­ment chu­té (pour plu­sieurs rai­sons) – et il est bien dif­fi­cile d’i­ma­gi­ner le Bit­coin perdre à nou­veau plus de 40% de sa valeur.

D’autres part, il n’y a rien de nou­veau sous le soleil : Pékin a déjà décla­ré la guerre aux cryp­to-mon­naies depuis un cer­tain temps, et la plu­part des acti­vi­tés liées à ces actifs sont déjà inter­dites en Chine. Et de nom­breuses pla­te­formes ori­gi­naires du pays (telles que Binance ou BTCC) ont déjà fait migrer l’en­semble de leurs ser­veurs en dehors de la région.

Enfin, on peut pen­ser que de nom­breux tra­ders pour­raient déci­der de pour­suivre leur acti­vi­té, notam­ment à tra­vers l’u­ti­li­sa­tion d’un VPN.

Réfé­rence : CCN

5/5 – (2 votes) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
amour bitcoin
amour bitcoin
4 années il y a

BONJOUR LES CRYPTOMANIA

LA VICTOIRE EST POUR NOUS
LE GOUVERNEMENT CHINOIS A ÉCHOUÉ ENCORE UNE FOIS
ET NE VEUX PAS RECONNAÎTRE QUE DIEU LUI MEME AIME LES CRYPTO
QUE ON VA INTERDIRE LES PLATES FORME INTERNATIONALE
COUPER INTERNET EN MEME TEMPS
PERDER VOTRE TEMPS NE PENSER AU BIEN ETRE DE VOTRE PEUPLE