Bitcoin Démocratisation

Le géant Afterpay prêt à offrir prochainement des services de crypto-paiement

Afterpay Logo

After­pay, le géant aus­tra­lien du « Buy Now Pay Later » (« Ache­ter main­te­nant et payer plus tard ») déte­nu par Square, a révé­lé qu’il pour­rait pro­chai­ne­ment offrir des cryp­to-ser­vices. L’en­tre­prise attend tou­te­fois la mise en place d’un cadre régle­men­taire plus clair autour des actifs numériques.

Afterpay pourrait se tourner vers les cryptomonnaies

AfterpayAfter­pay a récem­ment effec­tué une pré­sen­ta­tion auprès du Sénat, dans le cadre de son inves­ti­ga­tion por­tant sur « l’Aus­tra­lie comme centre tech­no­lo­gique et financier ».

L’en­tre­prise a notam­ment évo­qué la pos­si­bi­li­té pour les com­mer­çants de réduire leurs coûts de tran­sac­tions grâce aux cryp­to­mon­naies.

Mer­cre­di, des repré­sen­tants de la socié­té aus­tra­lienne ont pris la parole, tou­jours dans le cadre de cette enquête. Damian Kas­sab­gi, vice-pré­sident d’Af­ter­pay en charge de la poli­tique publique et des com­mu­ni­ca­tions, a décla­ré que « l’i­dée d’être capable d’é­change des mon­naies d’une per­sonne à une autre ou avec un com­mer­çant, sans avoir à uti­li­ser les routes tra­di­tion­nelles, pour­rait per­mettre de jouir d’une meilleure efficacité ».

Andrew Bragg, l’un des séna­teurs, a deman­dé si After­pay pré­voyait de pro­po­ser pro­chai­ne­ment des cryp­to-ser­vices. Lee Hat­ton, vice-pré­si­dente exé­cu­tive de l’en­tre­prise, lui a répon­du qu’elle pour­rait cher­cher à répondre à la demande de ses clients pour de tels ser­vices dès que le cadre régle­men­taire sera suf­fi­sam­ment clair :

« Une fois que nous pour­rons com­prendre le cadre régle­men­taire de cet éco­sys­tème, nous pour­rons voir pré­ci­sé­ment ce que sou­hai­te­raient nos clients », a‑t-elle confié. « Et il nous semble qu’ils vou­dront prendre part à cet écosystème ».

« Nous ver­rons une par­tie de nos clients com­men­cer à s’ap­puyer sur le Bit­coin, et nous vou­drons cher­cher à leur offrir une manière de le faire », a‑t-elle ajouté.

L’en­tre­prise per­met aux e‑commerçants d’ac­cep­ter faci­le­ment les paie­ments dif­fé­rés, en inté­grant un « plu­gin ». Moyen­nant une com­mis­sion, ils peuvent rece­voir direc­te­ment le fruit de leur vente, tan­dis que les ache­teurs ont la pos­si­bi­li­té de payer plus tard.

Présentation Afterpay

Cotée en bourse, After­pay a été rache­tée en août pour 29 mil­liards de dol­lars par le géant Square.

Pour le moment, la régu­la­tion des cryp­to­mon­naies en Aus­tra­lie n’est pas claire, puisque le gou­ver­ne­ment n’a pas encore mis en place de cadre régle­men­taire pré­cis. En mai, le séna­teur Bragg l’a­vait appe­lé à « res­ter en tête du jeu » en intro­dui­sant des régle­men­ta­tions des­ti­nées à pro­té­ger les consom­ma­teurs et à favo­ri­ser l’innovation.

Des « stablecoins » pour faciliter les paiements en ligne

La dis­cus­sion a ensuite por­té sur les « sta­ble­coins ». Pour Damian Kas­sab­gi, ceux-ci pour­raient faci­li­ter les paie­ments reçus par les com­mer­çants :

« On peut faci­le­ment ima­gi­ner un monde avec un sta­ble­coin émis à titre pri­vé et ados­sé au dol­lar aus­tra­lien, qui pas­se­rait de consom­ma­teur à consom­ma­teur ou de consom­ma­teur à com­mer­çant, avec peu de fric­tions puisque les canaux tra­di­tion­nels ne seront pas uti­li­sés, avec des com­mis­sions proches de zéro, sans banque com­mer­ciale comme inter­mé­diaire », a‑t-il déclaré.

« Il existe de nom­breux avan­tages à cette pers­pec­tive. Mais il reste encore du tra­vail avant de pou­voir béné­fi­cier d’un cadre régle­men­taire sûr et efficace ».

Réfé­rence : Coin­Te­le­graph