Crypto-monnaies

Le chanteur Akon compte lancer sa crypto-monnaie – il aimerait ensuite se présenter comme candidat à la présidentielle 2020 des États-Unis

Akon

Le chan­teur et pro­duc­teur de RnB amé­ri­ca­no-séné­ga­lais Akon pré­voit de pro­po­ser d’i­ci deux semaines sa propre cryp­to-mon­naie. Il a décla­ré qu’il aime­rait être can­di­dat à la pré­si­den­tielle 2020 des États-Unis. 

Akon affiche ses ambi­tions. Selon le site Page Six, le désor­mais entre­pre­neur dans le sec­teur de l’éner­gie solaire pré­voit de lan­cer d’i­ci deux semaines sa cryp­to-mon­naie « Akoin ».

Pre­nant la parole en France dans le cadre du Lions de Cannes 2018, le chan­teur a décla­ré que les cryp­to-mon­naies et la tech­no­lo­gie blo­ck­chain étaient sus­cep­tibles d’ai­der les popu­la­tions afri­caines en leur per­met­tant de dis­po­ser d’une mon­naie plus sûre, qui leur offri­rait la pos­si­bi­li­té d’être moins dépen­dantes de leurs gou­ver­ne­ments.

L’objectif : une ville axée sur les actifs numériques

Smart CityAkon a indi­qué qu’il comp­tait faire éri­ger une ville entiè­re­ment axée sur cette cryp­to-mon­naie. Selon le site inter­net du chan­teur, il serait par­ve­nu à obte­nir un ter­rain de 2 000 hec­tares auprès du pré­sident séné­ga­lais, afin de construire une « Akon Cryp­to City ». Ce devrait être la pre­mière ville au monde au sein de laquelle une mon­naie numé­rique ser­vi­ra de base aux tran­sac­tions conduits par ses habi­tants.

Akon Cryp­to City sera située à moins de 8 km du nou­vel aéro­port inter­na­tio­nal du pays. Elle s’ap­puie­ra sur des prin­cipes de « smart city », en appor­tant une réponse aux pro­blé­ma­tiques de déve­lop­pe­ment durable.

Lorsque les jour­na­listes pré­sents à Cannes l’ont inter­ro­gé au sujet de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, Akon a indi­qué qu’il lais­sait l’as­pect tech­nique « aux geeks », et qu’il se conten­tait de pro­po­ser de nou­velles idées.

Une course à la présidence

Donald Trump Kanye West 2020Mais l’ar­tiste ne devrait pas s’ar­rê­ter là, puis­qu’il aime­rait bri­guer le poste de pré­sident des États-Unis. Il a décla­ré qu’il était prêt à défier dans deux ans Donald Trump et Kanye West – qui pour­rait lui aus­si se pré­sen­ter en 2020.

En 2014, Akon avait co-fon­dé Akon Ligh­ting Afri­ca avec Sam­ba Bathi­ly et Thione Niang, afin de déve­lop­per une solu­tion basée sur l’éner­gie solaire pour per­mettre aux vil­lages afri­cains d’a­voir accès à une source d’élec­tri­ci­té propre et éco­no­mique. La socié­té, qui siège à New York, a ins­tal­lé des solu­tions solaires dans 14 pays du conti­nent.

Le chan­teur n’est pas la seule per­son­na­li­té connue à s’être aven­tu­rée dans le sec­teur des cryp­to-mon­naie. Le rap­peur 50 Cent avait fait les gros titres en début d’an­née, en décla­rant qu’il venait de se sou­ve­nir qu’il avait empo­ché 700 Bit­coins en 2014 – avant de démen­tir ces affir­ma­tions devant un juge quelques semaines plus tard.

On peut éga­le­ment citer les cas de Floyd May­wea­ther et DJ Kha­led, qui avaient tous deux assu­ré la pro­mo­tion du Cen­tra Token – avant que cet actif ne soit consi­dé­ré comme consti­tu­tif d’une « fraude » par le gen­darme de la bourse amé­ri­caine, la Secu­ri­ties and Exchange Com­mis­sion.

Réfé­rences : CCNPage Six




[wpcrypto_list]