Cybercriminalite

Un américain accusé d’avoir vendu pour plus de 150 000 dollars de Bitcoins de manière illicite

Bitcoin justice américaine

Après avoir ven­du pour plus de 150 000 dol­lars de Bit­coins, un habi­tant du Michi­gan se retrouve accu­sé d’a­voir mis en place une entre­prise d’é­change de fonds non autorisée.

D’a­près une les docu­ments dévoi­lés ven­dre­di par le WDIV-TV, l’an­tenne du réseau NBC à Détroit, Brad­ley Antho­ny Stet­kiw, un homme de 52 ans, avait mis en place une annonce sur le site Local­Bit­coins visant à pro­po­ser des échanges à des par­ti­cu­liers. Il avait pour habi­ter d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions en mains propres dans des res­tau­rants du quar­tier de Bloom­field.

M. Stet­kiw aurait ain­si, pen­dant envi­ron deux ans, ven­du des Bit­coins dans le but de géné­rer des pro­fits – le tout avec des volumes qui le ren­dant éli­gible aux régu­la­tions fédé­rales visant à lut­ter contre le blan­chi­ment d’argent.

On peut lire dans les docu­ments rédi­gés par la « Uni­ted States Dis­trict Court » du dis­trict est du Michi­gan que M. Stet­kiw aurait ven­du, au cours de six ren­contres, pour plus de 56 000 dol­lars de Bit­coins a des agents fédé­raux infiltrés.

On peut lire dans l’accusion :

« Opé­rant sous le pseu­do­nyme « Sal­tand­Pep­per », M.Stetkiw a ache­té, ven­du et négo­cié des accords pour des cen­taines de mil­liers de dol­lars de Bit­coin, sans res­pec­ter les for­ma­li­tés obli­ga­toires d’en­re­gis­tre­ment d’en­tre­prise d’é­change de fonds ins­crites au Titre 31, Code des Etats-Unis, Sec­tion 5330″.

M. Stet­kiw n’est pas le pre­mier uti­li­sa­teur de LocalBitcoins.com a être pour­sui­vi pour des échanges de Bitcoins.

Plus tôt cette année, Sal Man­sy, un habi­tant de Detroit, a plai­dé cou­pable et accep­té les charges d”  »exploi­ta­tion d’une entre­prise de ser­vices moné­taire sans licence ». Il aurait conduit pour plus de 2,4 mil­lion de dol­lars de tran­sac­tions sur une période de deux ans, jus­qu’à son arres­ta­tion en juillet 2015.

D’autres arres­ta­tions à New York et dans le Mis­sou­ri laissent pen­ser que le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain a com­men­cé à prendre très au sérieux les agis­se­ments des ven­deurs indé­pen­dants de Bitcoin.

Réfé­rence : Coin­Desk

Rate this post