Plateformes d'échange de crypto-monnaies

Binance va lancer une plateforme d’échange de monnaies fiduciaires

Singapour

Binance va pro­po­ser dès mar­di un ser­vice per­met­tant d’é­chan­ger des mon­naies fidu­ciaires entre elles. Celui-ci sera basé à Sin­ga­pour, l’un des centres les plus actifs de la crypto-sphère.

Le géant Binance pour­suit sont expan­sion, en pro­po­sant une pla­te­forme d’é­change « fiat ».

Cette nou­velle a été révé­lée ce week-end par Chang­peng Zhao, son PDG, au cours du Cum­ber­land Sum­mit. Le diri­geant a ensuite pré­ci­sé que cette nou­velle bourse, qui fera ses débuts ce mar­di, ne sera dis­po­nible dans un pre­mier temps qu’en ver­sion beta.

Singapour, une véritable plaque tournante de la crypto-sphère

Cité de singapourOn ne connaît jus­qu’i­ci pas grand chose au sujet de ce nou­veau service.

Il s’a­gi­rait d’of­frir aux inter­nautes la pos­si­bi­li­té de conver­tir des mon­naies fidu­ciaires entre elles, pro­ba­ble­ment à des taux par­ti­cu­liè­re­ment attrac­tifs. Cette pla­te­forme devrait vrai­sem­bla­ble­ment pro­po­ser des paires de tra­ding fai­sant inter­ve­nir le dol­lar sin­ga­pou­rien.

Si Binance a choi­si de se tour­ner vers Sin­ga­pour, c’est sans doute parce que l’île est deve­nue l’une des plaques tour­nantes de la cryp­to-sphère avec la Corée du Sud, Hong Kong, Malte ou encore les États-Unis. La cité-État insu­laire, qui fait par­tie des quatre « dra­gons asia­tiques », pro­fite notam­ment d’un envi­ron­ne­ment régle­men­taire accom­mo­dant vis-à-vis des actifs numé­riques.

En effet, l’auto­ri­té moné­taire de Sin­ga­pour – la banque cen­trale du pays – ne régule pas direc­te­ment l’u­sage des cryp­to-mon­naies, qui ne sont pas recon­nues comme étant des mon­naies légales. Les bourses d’é­change d’ac­tifs numé­riques et les autres inter­mé­diaires de l’é­co­sys­tème doivent tou­te­fois se confor­mer à cer­taines règles visant à lut­ter contre le blan­chi­ment d’argent et le finan­ce­ment du terrorisme.

Binance poursuit son expansion

Drapeau de BinanceLan­cée en juin 2017, Binance – qui gère fré­quem­ment plus d’un mil­liard de dol­lars d’é­changes quo­ti­diens – a déjà connu une his­toire mouvementée.

Fon­dée en Chine, la pla­te­forme avait délo­ca­li­sé ses ser­veurs au Japon quelques semaines avant la déci­sion du gou­ver­ne­ment chi­nois, en sep­tembre 2017, d’in­ter­dire le tra­ding de crypto-monnaies.

Désor­mais ins­tal­lée à Taï­wan, la socié­té s’est lan­cée dans une stra­té­gie d’ex­pan­sion inter­na­tio­nale, en ouvrant des bureaux à Malte, à Jer­sey, en Corée du Sud, en Ougan­da ain­si qu’au Liechtenstein.

Réfé­rence : CCN