Bitcoin

La nouvelle version de Bitcoin Core intègre Taproot : que faut-il savoir sur cette mise à jour ?

Taproot Bitcoin

La ver­sion 22.0 de Bit­coin Core, le logi­ciel open-source ori­gi­nel du Bit­coin conçu par Sato­shi Naka­mo­to, est offi­ciel­le­ment sor­tie il y a quelques heures.

Dans la nuit de lun­di à mar­di, les déve­lop­peurs à l’o­ri­gine des amé­lio­ra­tions appor­tées au logi­ciel Bit­coin Core – l’im­plé­men­ta­tion la plus popu­laire du pro­to­cole Bit­coin – ont annon­cé la sor­tie de sa 22ᵉ ver­sion.

En intro­dui­sant plu­sieurs nou­veau­tés, Bit­coin Core 22.0 consti­tue la pre­mière mou­ture majeure pre­nant en charge Taproot, la pro­chaine mise à jour du pro­to­cole qui devrait être acti­vée à par­tir de novembre prochain.

Qu’est-ce que Taproot ?

C’est en 2018 que la mise à jour Taproot avait été pro­po­sée par le déve­lop­peur Gre­go­ry Max­well. Il s’a­gis­sait d’é­tendre les capa­ci­tés de « smart contracts » du Bit­coin, tout en amé­lio­rant la sca­la­bi­li­té de sa blo­ck­chain et la confi­den­tia­li­té des utilisateurs.

Taproot est consi­dé­rée comme l’une des mises à jour les plus impor­tantes appor­tées au Bit­coin depuis l’in­tro­duc­tion de Segre­ga­ted Wit­ness (Seg­Wit), en août 2017. Celle-ci avait per­mis d’in­clure un plus grand nombre de tran­sac­tions dans chaque bloc en reti­rant cer­taines de leurs données.

La prin­ci­pale fonc­tion­na­li­té de Taproot se niche dans le méca­nisme des « signa­tures Schnorr » – une alter­na­tive au méca­nisme mul­ti-signa­tures actuel du Bit­coin. Il doit offrir aux uti­li­sa­teurs la pos­si­bi­li­té de com­bi­ner leurs clés publiques afin d’en créer une nou­velle, ce qui per­met­tra de réduire de manière signi­fi­ca­tive la taille des don­nées liées aux paie­ments mul­ti-signa­tures, aidant ain­si à favo­ri­ser la « sca­la­bi­li­té » du réseau.

Si la pos­si­bi­li­té d’ac­ti­ver Taproot avait été incluse dans la pré­cé­dente ver­sion de Bit­coin Core, il exis­tait tou­jours des obs­tacles à fran­chir pour que la mise à jour puisse être réel­le­ment implan­tée. Après plu­sieurs mois de débats hou­leux, les déve­lop­peurs Bit­coin se sont enten­dus sur un méca­nisme d’ac­ti­va­tion, bap­ti­sé « Spee­dy Trial », offrant une fenêtre de 3 mois aux mineurs pour signa­ler leur accord pour cette activation.

Cer­tains déve­lop­peurs ont mani­fes­té leur oppo­si­tion à ce pro­ces­sus – l’un d’entre eux allant jus­qu’à décla­rer que Spee­dy Trial consti­tuait une « attaque » contre le réseau Bit­coin. Mal­gré tout, en juin, les mineurs avaient mon­tré leur accord, en ajou­tant un signal en ce sens dans plus de 90% des blocs minés.

Aujourd’­hui, alors que Bit­coin Core intègre plei­ne­ment Taproot, les nou­velles règles de pro­to­cole s’ap­pli­que­ront pour vali­der les tran­sac­tions dès l’ac­ti­va­tion de la mise à jour.

Une interface graphique pour les « hardware wallets »

Autre nou­veau­té de Bit­coin Core 22.0 : une inter­face gra­phique com­plète per­met­tant d’y asso­cier faci­le­ment un « hard­ware wal­let », comme un Tre­zor ou un Led­ger. Ces por­te­feuilles, aus­si appe­lés « cold wal­lets », ne sont pas connec­tés à inter­net. Ils per­mettent aux uti­li­sa­teurs de jouir d’une sécu­ri­té accrue, en conser­vant leurs clés pri­vés hors ligne.

Si le logi­ciel Bit­coin Core était aupa­ra­vant déjà com­pa­tible avec ces por­te­feuilles maté­riels, il fal­lait jus­qu’i­ci uti­li­ser une inter­face en ligne de com­mande.

Dans sa nou­velle ver­sion, Bit­coin Core a éga­le­ment sup­pri­mé la prise en charge du navi­ga­teur ano­nyme Tor V2 en faveur de la V3. Le logi­ciel est par ailleurs désor­mais com­pa­tible avec l’Invi­sible Inter­net (I2P), un réseau ano­nyme décen­tra­li­sé qui per­met de garan­tir la confi­den­tia­li­té des uti­li­sa­teurs en mas­quant leur IP lors­qu’ils effec­tuent des transactions.

Au total, plus de 100 per­sonnes sont cré­di­tées pour avoir direc­te­ment contri­bué à cette der­nière ver­sion, dont la pro­duc­tion a été diri­gée par Wla­di­mir van der Laan.

Réfé­rence : Decrypt