Bitcoin Produits dérivés financiers

CME Group prêt à lancer des contrats à terme en Bitcoin

CME Group

CME Group (Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange Group), la pre­mière place de mar­ché de contrats futures, a annon­cé ce mar­di qu’elle allait per­mettre à ses clients, d’i­ci à la fin de l’an­née, de spé­cu­ler sur des pro­duits déri­vés de la cryp­to-mon­naie Bitcoin.

Ce contrat à terme sera lis­té sur la pla­te­forme de tra­ding du CME, offrant l’ac­cès à cette mon­naie vir­tuelle par un nombre consé­quent de clients.

Ter­ry Duf­fy, le direc­teur géné­ral du CME Group, a indi­qué dans un com­mu­ni­qué :

« À la lumière de l’in­té­rêt crois­sant de nos clients pour le mar­ché des cryp­to-mon­naies, nous avons déci­dé de lan­cer un contrat à terme por­tant sur le Bit­coin. »

« En tant que pre­mier opé­ra­teur Forex du monde, CME Group consti­tue une évi­dence pour ce nou­veau véhi­cule d’in­ves­tis­se­ment, un véhi­cule qui appor­te­ra aux inves­tis­seurs de la trans­pa­rence, un pro­ces­sus de deter­mi­na­tion des prix et la pos­si­bi­li­té de trans­fé­rée les risques », a‑t-il précisé.

Même si aucune date pré­cise n’a été avan­cée, le CME a pré­ci­sé que ces contrats feront l’ob­jet de règle­ments en espèces, et qu’ils seront basés sur son « CME CF Bit­coin Refe­rence Rate », un index qui a été lan­cé en novembre 2016 en par­te­na­riat avec la socié­té lon­do­nienne Cryp­to Faci­lites. Celui-ci agrège les prix consta­tés sur les prin­ci­pales pla­te­formes d’é­change (Bits­tamp, GDAX, itBit et Kraken).

D’a­près le groupe, le lan­ce­ment serait étroi­te­ment liée à l’at­tente d’une appro­ba­tion de la part des régu­la­teurs amé­ri­cains. Ce n’est pas la pre­mière fois que les efforts consen­tis pour créer des pro­duits finan­ciers autour des mon­naies vir­tuelles risquent de ren­contre des résis­tances, en par­ti­cu­lier s’ils sup­posent la créa­tion de pro­duits dérivés.

Cette nou­velle a tou­te­fois été vive­ment saluée par le mar­ché : le Bit­coin a dépas­sé les 6 400 dol­lars  – alors qu’il n’en valait qu’en­vi­ron 1 000 au début de l’année.