Aspect Légal Régulation

Le ministre des Finances de la Corée du Sud n’a « pas l’intention » de faire interdire les plateformes d’échange de crypto-monnaies

Bitcoin en Corée du Sud

Le minis­tère des Finances sud-coréen a décla­ré cette nuit que le gou­ver­ne­ment ne pré­voyait pas de faire fer­mer les pla­te­formes d’é­change de mon­naies numériques.

Séoul clarifie sa position

Corée du sud loi BitcoinAprès des semaines de confu­sion pour les inves­tis­seurs sud-coréens, qui redou­taient que le gou­ver­ne­ment ne prenne un che­min simi­laire à celui qu’a­vait emprun­té Pékin l’an­née der­nière, le ministre des Finances du pays a décla­ré cette nuit que les auto­ri­tés ne pré­voyaient pas d’empêcher les citoyens d’é­chan­ger des actifs numé­riques.

C’est l’a­gence de presse Reu­ters qui a rap­por­té il y a quelques heures les pro­pos tenus par Kim Dong-yeon, le minis­tère des Finances sud-coréen. Voi­ci ce qu’il a déclaré :

« Il n’y a pas d’in­ten­tion d’in­ter­dire [les mar­chés] de cryp­to-mon­naies, ni de les empê­cher d’opérer ».

Plu­tôt que d’in­ter­dire les pla­te­formes d’é­change, les auto­ri­tés aime­raient mieux les régu­ler, afin de pou­voir favo­ri­ser la sécu­ri­té des épar­gnants. De quoi sans doute atté­nuer les craintes qui per­sis­taient autour d’une pos­sible déci­sion de Séoul visant à faire fer­mer ces plateformes :

Des investisseurs soulagés

Corée du SudAu-delà du sou­la­ge­ment qu’elle doit sans doute pro­cu­rer à de nom­breux tra­ders sud-coréens, cette décla­ra­tion vient appor­ter une plus grande clar­té dans les inten­tions du gou­ver­ne­ment – après les pro­pos contra­dic­toires tenus récem­ment par cer­tains de ses représentants

Le ministre de la Jus­tice avait ain­si décla­ré au début du mois de jan­vier qu’il sou­hai­tait faire inter­dire les pla­te­formes de tra­ding de cryp­to-mon­naies, pro­vo­quant la colère de nom­breux investisseurs.

Le porte-parole de l’Office for Govern­ment Poli­cy Coor­di­na­tion l’a­vait désap­prou­vé quelques jours plus tard. Il indi­quait tou­te­fois qu’une telle pro­po­si­tion devrait être « dis­cu­tée et modi­fiée » par la « task force » qui avait été mise en place pour éla­bo­rer un cadre régle­men­taire autour de cette activité.

Dans un entre­tien accor­dé il y a deux semaines à une sta­tion de radio locale, le pré­sident de l’au­to­ri­té de la concur­rence avait de son côté écar­té la pos­si­bi­li­té d’une inter­dic­tion, en indi­quant que le gou­ver­ne­ment ris­quait de se mettre en porte à faux avec la loi s’il déci­dait d’im­po­ser une telle mesure.

Kim Sang-Joo, le pré­sident de la Fair Trade Com­mis­sion, avait ain­si décla­ré :

« La fer­me­ture de ces pla­te­formes n’est pas, de manière réa­liste, pos­sible. Si l’on s’appuie sur les lois qui régissent le com­merce élec­tro­nique, le gou­ver­ne­ment n’a pas le pou­voir de faire fer­mer les pla­te­formes de tra­ding de crypto-monnaies. »

Pour plu­sieurs obser­va­teurs, cette nou­velle s’a­joute à la liste des nom­breux élé­ments qui pous­se­raient à l’op­ti­misme – et ce même si les craintes liées à la socié­té Tether Limi­ted ont été ravi­vés hier par un article publié de Bloom­berg News.


Réfé­rences : CCN, Reu­ters

Rate this post
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x