Bitcoin Démocratisation

De riches familles sud-américaines se tournent vers le Bitcoin pour sécuriser leur patrimoine

Amérique Latine

Au cours des der­nières années, l’A­mé­rique Latine a été mar­quée par de forts troubles éco­no­miques et poli­tiques. Qu’il s’a­gisse de révo­lu­tions popu­laires, de coups d’é­tat mili­taires ou de déci­sions visant à contrô­ler les agis­se­ments des citoyens, les per­sonnes for­tu­nées ont, depuis long­temps, cher­ché à trou­ver des moyens pour pro­té­ger leur argent de confis­ca­tions ou de l’hy­per­in­fla­tion.

Alors qu’elles avaient ten­dance à se tour­ner vers des banques off­shore, des inves­tis­se­ments immo­bi­liers ou des achats d’or, il sem­ble­rait que l’une des meilleurs solu­tions prenne désor­mais la forme d’une classe d’ac­tifs acces­sible à tous : le Bit­coin.

Se prémunir contre une « inflation galopante »

Bitcoin en Amérique du SudComme l’a indi­qué une étude récente, au moins deux nou­veaux fonds d’in­ves­tis­se­ment spé­cia­li­sés dans les mon­naies numé­riques ont été lan­cés en 2017. Ceux-ci visent à de répondre à la demande de riches inves­tis­seurs lati­no-Amé­ri­cains, qui sou­haitent pro­té­ger leur patri­moine.

La majeure par­tie de leurs clients sont des « fami­ly offices » situés en Argen­tine, en Amé­rique Cen­trale, au Mexique, et aux Caraïbes. Ils peuvent ain­si sto­cker de manière sécu­ri­sée des fonds pour le compte de leurs clients, en les pla­çant à l’é­tran­ger au tra­vers de mon­naies numé­riques.

Carlos Mosquera« L’A­mé­rique Latine est très “vola­tile”, » a confié Car­los Mos­que­ra, un ges­tion­naire d’ac­tifs romain dont le fonds d’in­ves­tis­se­ment Soli­dus Capi­tal, se foca­lise sur les 8 prin­ci­pales cryp­to-mon­naies, mais inves­tit éga­le­ment dans quelques ICOs. « Les cryp­to-mon­naies consti­tuent désor­mais des valeurs refuge pour ces familles, » a‑t-il ain­si indi­qué.

Car contrai­re­ment à de nom­breux spé­cu­la­teurs pro­ve­nant d’A­sie orien­tale et d’autres par­ties du globe, qui ont « décou­vert » le Bit­coin cette année du fait de sa forte appré­cia­tion, les lati­no-amé­ri­cains semblent y voir avant tout un moyen de se pré­mu­nir contre de fortes incer­ti­tudes éco­no­miques, alors que les mon­naies natio­nales ont déjà per­du une grande par­tie de leur valeur.

Comparaison monnaies amérique latine et Bitcoin

M. Mos­que­ra a ain­si évo­qué l”  »infla­tion galo­pante » qui sévit actuel­le­ment au Vene­zue­la, un pays au sein duquel les habi­tants voient leur richesse et leur pou­voir d’a­chat s’ef­fri­ter pro­gres­si­ve­ment.

Cer­tains citoyens se sont ain­si tour­nés vers le Bit­coin, un actif sus­cep­tible d’ap­por­ter une réponse à cette pro­blé­ma­tique. L’a­chat de cryp­to-mon­naies per­met éga­le­ment de contour­ner le contrôle des capi­taux ins­tau­ré par le gou­ver­ne­ment véné­zué­lien, qui encadre les trans­ferts inter­na­tio­naux et les achats de dol­lars.

Selon cer­taines esti­ma­tions, l’in­fla­tion au Vene­zue­la pour­rait aug­men­ter jus­qu’à près de 2500 % en 2018 :

inflation Venezuela 2018

Et pour se faire une idée de l’am­pleur du phé­no­mène, il suf­fit de consul­ter les sta­tis­tiques du site Local­Bit­coins, une pla­te­forme d’é­change ano­nyme, pour le boli­var vene­zue­lien :

LocalbBitcoins Venezuela

Une nouvelle classe d’actifs

Roberto Ponce RomayL’autre fonds d’in­ves­tis­se­ment lati­no-amé­ri­cain men­tion­né dans cette étude est le Cryp­to Assets Funds, basé à Mia­mi. Il a été fon­dé en sep­tembre der­nier par Rober­to Ponce Romay.

Voi­ci ce qu’il a indi­qué :

« Nous sommes convain­cus que les cryp­to-mon­naies vont deve­nir une nou­velle classe d’ac­tifs, comme le sont les actions et les obli­ga­tions. »

Il avait fon­dé sa propre socié­té d’in­ves­tis­se­ment pri­vé il y a une dizaine d’an­nées, et occupe éga­le­ment la fonc­tion de direc­teur géné­ral au sein d’Inver­mas­ter Ven­tures.

Protection BitcoinLe Cryp­to Assets Fund de M. Ponce, doté de 15 mil­lions de dol­lars de cryp­to-mon­naies sous ges­tion, fonc­tionne comme un fonds pas­sif – la part du capi­tal alloué à chaque cryp­to-mon­naie cor­res­pond à sa capi­ta­li­sa­tion.

L’homme espère pro­po­ser dès l’an­née pro­chaine un deuxième fonds d’in­ves­tis­se­ment, le CAF2, qui sera géré de manière plus active. Il espère que le le CAF1 attein­dra bien­tôt les 50 mil­lions de dol­lars d’en­cours, et ambi­tionne de lever 100 mil­lions de dol­lars pour le CAF2 – des fonds qui seront entiè­re­ment inves­tis dans des cryp­to-mon­naies.

Réfé­rences : news.bitcoin.com, Bloom­berg, Coin.dance




[wpcrypto_list]