Bitcoin Démocratisation

« Il ne s’agit pas d’une mode passagère » : le diplôme CFA se dote d’une partie sur les crypto-monnaies et la technologie blockchain

CFA Institute

Le titre de Char­te­red Finan­cial Ana­lyst (CFA), une norme recon­nue à tra­vers le monde, va se doter dès l’an­née pro­chaine de sujets dédiés aux cryp­to-mon­naies et à l’é­co­sys­tème blo­ck­chain.

CFA Institute LogoPour cer­tains, il s’a­git sans doute d’un signe mon­trant que Wall Street com­mence timi­de­ment à se tour­ner vers les cryp­to-mon­naies. L’ins­ti­tut CFA, dont le diplôme en trois niveaux sur l’a­na­lyse finan­cière a per­mis de for­mer plus de 150 000 pro­fes­sion­nels de la finance, compte ajou­ter dès l’an­née pro­chaine des ques­tions por­tant sur les cryp­to-mon­naies et la tech­no­lo­gie blo­ck­chain dans ses niveaux I et II.

Ces nou­veaux sujets seront inclus dans la pro­chaine ver­sion du maté­riel péda­go­gique de l’exa­men, qui devrait être dis­po­nible dès le mois pro­chain. Ils feront éga­le­ment leur appa­ri­tion au sein des pro­grammes du CFA por­tant sur l’é­thique pro­fes­sion­nelle.

Après avoir pu mesu­rer un fort inté­rêt pour ces sujets à tra­vers des son­dages et des groupes d’é­tude, l’ins­ti­tut compte les inclure dans une une nou­velle leçon inti­tu­lée « Fin­tech in Invest­ment Mana­ge­ment ».

Cette ini­tia­tive inter­vient alors que cer­tains acteurs de Wall Street ont déjà com­men­cé à se tour­ner vers les cryp­to-mon­naies : des contrats à terme sur le Bit­coin s’é­changent à Chi­ca­go, Gold­man Sachs envi­sagent de lan­cer un « tra­ding desk » d’ac­tif numé­riques, tan­dis que plu­sieurs finan­ciers ont mon­té leur propre socié­té de cryp­to-inves­tis­se­ment.

Si le cours de la plu­part des actifs numé­riques a plon­gé cette année, et que l’im­pact des ini­tia­tives blo­ck­chain est encore limi­té, de nom­breux obser­va­teurs res­tent per­sua­dés que cette tech­no­lo­gie est sus­cep­tible de bou­le­ver­ser le sys­tème finan­cier mon­dial.

« Nous avons pu voir ce sec­teur pro­gres­ser plus rapi­de­ment que les autres, et nous pen­sons qu’il est plus pérenne », a décla­ré Ste­phen Horan, le direc­teur géné­ral de l’éducation et du pro­gramme d’é­tude de l’Ins­ti­tut CFA, qui est basé en Vir­gine. « Il ne s’a­git pas d’une mode pas­sa­gère ».

Ces cours por­tant sur les cryp­to-mon­naies et la blo­ck­chain côtoie­ront d’autres sujets liés à la fin­tech : l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, le machine lear­ning, le big data ou encore le tra­ding algo­rith­mique. M. Horan a pré­ci­sé que de nou­veaux thèmes ados­sés aux actifs numé­riques pour­raient pro­chai­ne­ment être ajou­tés au pro­gramme du CFA.

« Ce sera béné­fique pour nous, dans la mesure où nous avons pu assis­ter à une forte expan­sion et à l’a­dop­tion crois­sante des cryp­to-mon­naies au sein de notre uni­vers d’in­ves­tis­se­ment », s’est enthou­sias­mé Kay­den Lee, un étu­diant en éco­no­mie finan­cière de l’u­ni­ver­si­té Colum­bia qui a pas­sé le niveau I du CFA le mois der­nier.

« L’ac­cent va être mis sur la fin­tech et la blo­ck­chain », a‑t-il ajou­té. « Pour com­prendre com­ment elles peuvent amé­lio­rer, favo­ri­ser ou même “dis­rup­ter” cer­tains sec­teurs ».

CFA : un record de candidats en juin

Pour ses exa­mens de juin, le CFA a enre­gis­tré un nombre record de can­di­dats : 227 031 indi­vi­dus, répar­tis en 91 pays. Ceux-ci cherchent notam­ment à dis­po­ser de meilleurs connais­sances en finance, et/ou à amé­lio­rer leurs chances de trou­ver un emploi. Une majo­ri­té des can­di­dats est ori­gi­naire d’A­sie – un conti­nent qui concentre une grande par­tie des cryp­to-tran­sac­tions mon­diales.

Pour Darius Sit, ancien de BNP Pari­bas et désor­mais asso­cié direc­teur de la socié­té de cryp­to-inves­tis­se­ment QCP Capi­tal Pte, il s’a­git d’une ini­tia­tive béné­fique pour l’é­co­sys­tème blo­ck­chain. « Le fait de dis­po­ser de meilleures connais­sances est tou­jours posi­tif », s’est-il féli­ci­té.

Réfé­rence : Bloom­berg




[wpcrypto_list]