Bitcoin Démocratisation

À New York, une école maternelle accepte les Bitcoins… mais pas les cartes de crédit

Enfant en train d'acheter des Bitcoins

Alors que cer­tains scep­tiques affirment que le Bit­coin n’est utile qu’à des fins spé­cu­la­tives, et qu’il ne peut pas être uti­li­sé pour des dépenses concrètes, une école mater­nelle new-yor­kaise a mon­tré que le Bit­coin pou­vait consti­tuer une méthode de paie­ment effi­cace et pratique.

Une demande qui est venue des parents

Dans un entre­tien accor­dé à Busi­ness Insi­der, Mar­co Cioc­ca, pré­sident des écoles Mon­tes­so­ri des quar­tiers de Fla­ti­ron et SoHo, a expli­qué que cer­tains parents lui avaient deman­dé s’ils pou­vait uti­li­ser des Bit­coins afin de régler les frais de sco­la­ri­té de leurs enfants.

Nous avions déjà pas mal de parents qui nous avaient deman­dé « accep­tez-vous les paie­ments en Bit­coin ? J’ai des Bit­coins, puis-je les uti­li­ser pour payer les frais de sco­la­ri­té ? ». »

Depuis que Mar­co Cioc­ca s’in­té­resse à l’u­ni­vers des cryp­to-mon­naies, il avait pu consta­ter les avan­tages liés à l’u­ti­li­sa­tion du Bit­coin, comme la faci­li­té des paie­ments, les frais réduits et la vitesse (rela­tive) des tran­sac­tions. En accord avec les autres membres de l’ad­mi­nis­tra­tion, M. Cioc­ca a ensuite déci­dé d’ac­cep­ter les paie­ments en Bitcoin.

Les commissions d’encaissement de carte bancaire sont trop élevées

L’é­cole ne conserve tou­te­fois pas les Bit­coins reçus. Elle uti­lise un pres­ta­taire de ser­vices de paie­ment pour conver­tir cette mon­naie numé­rique en mon­naie « fiat » sur ses comptes ban­caires. Elle n’est ain­si pas expo­sée à la vola­ti­li­té du Bitcoin.

Et même si le pres­ta­taire retient une com­mis­sion de 1% pour prendre en charge les tran­sac­tions, ce mon­tant est très infé­rieur aux com­mis­sions d’en­cais­se­ment pré­le­vées par les socié­tés de cartes ban­caires.

Par ailleurs, cer­taines cartes de cré­dits peuvent être refu­sées, ce qui entraîne des frais addi­tion­nels.

Pour toutes ces rai­sons, l’é­cole refuse les paie­ments par carte ban­caire. En plus de Bit­coin, elle accepte de prendre en charge les paie­ments en liquide, par chèque ou par vire­ment bancaire.

« Oui, il y a des frais de tran­sac­tion d’en­vi­ron 1%. Mais c’est beau­coup moins que les 2, 3 voire 4% qui doivent être payés dans le cadre d’un paie­ment par carte ban­caire. Beau­coup de ces paie­ments sont refu­sés, ce qui entraîne plus de charges, et vous devez ensuite payer à nou­veau des frais lorsque le paie­ment fonc­tionne. C’est un véri­table casse-tête pour les écoles. »

Une tendance qui devrait s’accélérer

De nom­breuses socié­tés ont fait récem­ment par­ler d’elles en accep­tant les paie­ments en Bit­coin. Mais elles se sont sou­vent aper­çues que peu de clients étaient prêts à payer en mon­naie digi­tale.

Ce cas est dif­fé­rent, puisque l’in­tro­duc­tion de ce nou­veau mode de paie­ment a été ini­tiée par les parents eux-mêmes, qui sou­hai­taient pou­voir uti­li­ser leurs Bit­coins pour payer les frais de sco­la­ri­té de leurs enfants. Une par­tie d’entre eux tra­vaillent dans l’u­ni­vers de la Blo­ck­chain, et trou­vaient donc natu­relle cette pos­si­bi­li­té de pou­voir mettre à pro­fit leur crypto-monnaie.

Cette annonce nous montre que le Bit­coin n’est pas réser­vé au sec­teur des hautes tech­no­lo­gies, et tra­duit une prise en charge par un nombre crois­sant d’é­ta­blis­se­ments physiques.

Réfé­rence : Coin­Te­le­graph

Rate this post