Aspect Légal Régulation

L’Indonésie ne compte pas interdire les cryptomonnaies, comme l’a fait la Chine

Indonésie Bitcoin

Les auto­ri­tés indo­né­siennes n’ont pas l’in­ten­tion de suivre l’exemple de la Chine, en impo­sant une inter­dic­tion pure et simple des cryp­to­mon­naies, a décla­ré un res­pon­sable gou­ver­ne­men­tal. Il a pré­ci­sé que le pays se conten­te­rait de s’as­su­rer que ces actifs ne soient pas uti­li­sés à des fins illégales.

L’Indonésie veut renforcer sa réglementation, sans interdire l’usage des cryptomonnaies

Le gou­ver­ne­ment indo­né­sien ne sui­vra pas la Chine, qui a déci­dé jeu­di d’in­ter­dire les cryp­to-tran­sac­tions sur les pla­te­formes d’é­change. C’est ce qu’a indi­qué Muham­mad Luth­fi, le ministre du Com­merce du pays, pré­ci­sant tou­te­fois que celui-ci s’ef­for­çait de limi­ter aux mieux leur uti­li­sa­tion à des fins illicites.

Voi­ci ce qu’il a décla­ré, dans des pro­pos rap­por­tés par le KrA­sia :

« Nous ne sou­hai­tons pas les inter­dire, mais nous vou­lons ren­for­cer la régle­men­ta­tion […]. Les cryp­to-actifs dis­posent d’un poten­tiel énorme pour nour­rir la crois­sance des star­tups locales. Si nous ne la gérons pas, les flux se tour­ne­ront vers des pays étrangers ».

Les cryp­to­mon­naies comme le Bit­coin, l’E­ther ou le Doge­coin sont actuel­le­ment consi­dé­rées en Indo­né­sie comme des actifs et des mar­chan­dises. Les citoyens peuvent ain­si ache­ter, revendre et échan­ger ces actifs numé­riques – mais ils n’ont pas la pos­si­bi­li­té de les uti­li­ser en tant que moyens de paiement.

Cette semaine, la Banque Cen­trale de Chine a décla­ré que l’en­semble des cryp­to-tran­sac­tions étaient illi­cites. Toutes les autres acti­vi­tés finan­cières liées aux actifs numé­riques – comme le cryp­to-tra­ding, les ventes de tokens et les pro­duits finan­ciers déri­vés ados­sés à ces valeurs – sont éga­le­ment inter­dites. L’an­nonce, qui a pro­vo­qué la chute des cryp­to-mar­chés, a fait écho aux nom­breuses res­tric­tions impo­sées par Pékin ces der­nières années sur la crypto-sphère.

Au prin­temps, l’empire du Milieu avait pro­vo­qué un exode mas­sif des mineurs de Bit­coin, sus­ci­tant un effon­dre­ment du taux de hachage (la puis­sance de cal­cul allouée au réseau) de la blo­ck­chain de la mon­naie numérique.

Crypto-trading en Indonésie : les volumes et le nombre d’utilisateurs explosent

La volon­té de l’In­do­né­sie de ren­for­cer sa cryp­to-régle­men­ta­tion est sans doute liée à l’en­goue­ment récent sus­ci­té par les actifs numé­riques au sein de la population.

Comme l’a confié Muham­mad Lut­fi, les volumes de tran­sac­tions enre­gis­trés sur les 13 pla­te­formes d’é­change locales, auto­ri­sées par le Futures Exchange Super­vi­so­ry Board, ont été mul­ti­pliés par près de 6 entre l’an­née 2020 (4,4 mil­liards de dol­lars) et les 5 pre­miers mois de l’an­née 2021 (25 mil­liards de dollars).

L'évolution des cryptomonnaies en Indonésie

Dans le même temps, le res­pon­sable a révé­lé que plus de 6,5 mil­lions d’In­do­né­siens ont ache­té ou ven­du des actifs numé­riques entre les mois de jan­vier et de mai 2021.

Luno Indo­ne­sia, l’une des prin­ci­pales cryp­to-pla­te­formes du pays, a récem­ment confié qu’elle pour­rait très pro­chai­ne­ment dou­bler, voire tri­pler son nombre de clients, qui s’é­lève aujourd’­hui à 700 000 :

« La crois­sance est énorme aujourd’­hui […]. Les cryp­tos sont en plein boom », s’est féli­ci­té cette semaine son gérant Jay Jayawijayaningtiyas.

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires