Plateformes d'échange de crypto-monnaies

Kraken souhaite lever des fonds auprès de ses clients, pour une valorisation de 4 milliards de dollars

Jesse Powell Kraken

La pla­te­forme d’é­change de cryp­to-mon­naies Kra­ken a récem­ment lan­cé une cam­pagne de finan­ce­ment. Elle offre ain­si à cer­tains clients « sélec­tion­nés » l’op­por­tu­ni­té de s’of­frir une part de son capi­tal.

Logo de KrakenJesse Powell, le PDG de Kra­ken, a confir­mé au site Coin­Desk que son entre­prise sou­hai­tait per­mettre à cer­tains clients de par­ti­ci­per à un tour de table qui valo­ri­se­rait la socié­té à 4 mil­liards de dol­lars.

Dans un e‑mail envoyé au média, il a indi­qué qu’il s’a­gis­sait « d’une oppor­tu­ni­té d’une durée limi­tée per­met­tant à un petit nombre de clients sélec­tion­nés d’a­che­ter des actions de Kra­ken », avec un ticket d’en­trée fixé à 100 000 dol­lars.

Le grand public ne devrait pas se voir offrir cette oppor­tu­ni­té, et la pla­te­forme ne compte pas faire publi­que­ment appel à l’é­pargne.

Tou­jours selon M. Powell, l’en­tre­prise n’a pas encore déter­mi­né le mon­tant qu’elle sou­hai­tait lever – celui-ci dépen­dra du niveau d’in­té­rêt affi­ché par les inves­tis­seurs. Le diri­geant a expli­qué que « le nombre d’ac­tions dis­po­nibles [était] rela­ti­ve­ment limi­té », et que cette offre tou­che­rait à sa fin le 16 décembre pro­chain.

Dans un e‑mail envoyé aux inves­tis­seurs, les équipes de Kra­ken ont pré­sen­té cette ini­tia­tive comme une manière « d’of­frir à [leurs] clients les plus chers l’op­por­tu­ni­té de deve­nir des por­teurs d’ac­tions de la socié­té », avant d’a­jou­ter ceci :

« Nous sommes pro­fi­tables, et nous déte­nons déjà des réserves signi­fi­ca­tives : par consé­quent, nous ne sommes pas dans l’o­bli­ga­tion de lever des fonds. Tou­te­fois, nous pen­sons que l’a­li­gne­ment des inté­rêts de nos prin­ci­paux clients avec les nôtres et la consti­tu­tion d’un “tré­sor de guerre” pour réa­li­ser des acqui­si­tions dans ce “bear mar­ket” consti­tue une oppor­tu­ni­té “gagnant-gagnant”  ».

Lors­qu’on lui a deman­dé quel type d’acquisitions pour­rait être réa­li­sé par Kra­ken, M. Powell a évo­qué les pré­cé­dents rachats de la pla­te­forme, comme Coin­set­ter, CAVir­tex, Cle­ver­Coin et Cryp­to­watch.

« Nous recher­che­rons d’autres socié­tés de la même trempe. Nous nous inté­res­se­rons à celles qui nous per­met­tront de béné­fi­cier de fortes syner­gies à tra­vers leurs offres de produits/services, et qui dis­posent d’é­quipes talen­tueuses », a‑t-il expli­qué.

S’il a refu­sé de dévoi­ler le nom de cibles poten­tielles, il a indi­qué que la branche de capi­tal-risque de Kra­ken « a été extrê­me­ment active cette année », et qu’elle pour­rait faire cer­taines annonces début 2019.

Avec cette cam­pagne de finan­ce­ment, Kra­ken emboîte le pas à sa concur­rente amé­ri­caine Coin­base, qui avait levé 300 mil­lions de dol­lars en octobre, por­tant sa valo­ri­sa­tion à 8 mil­liards de dol­lars.

Comme Kra­ken, Coin­base avait jus­ti­fié cette ini­tia­tive « oppor­tu­niste » en expli­quant qu’elle comp­tait consti­tuer un « tré­sor de guerre ». Sa vice-pré­si­dente du déve­lop­pe­ment com­mer­cial avait décla­ré que ces sommes allaient être mises de côté, et qu’elles ne seraient uti­li­sées « qu’en cas de besoin ».

Réfé­rence : Coin­Desk




[wpcrypto_list]