Bitcoin Démocratisation

États-Unis : le prochain salaire du maire de Miami sera intégralement payé en Bitcoin

Francis Suarez

Le pro­chain salaire du maire de Mia­mi sera tota­le­ment payé en Bit­coin – une pre­mière pour un homme poli­tique américain.

Fran­cis Sua­rez, le maire de Mia­mi, s’est enga­gé à ce que son pro­chain salaire soit entiè­re­ment ver­sé en BTC.

Le diri­geant, qui est un sou­tien de longue date du Bit­coin et qui compte inté­grer le réseau de paie­ment dans sa ville, a annon­cé ce mar­di 2 novembre son inten­tion d’ob­te­nir la tota­li­té de sa pro­chaine paie en BTC :

« Je vais encais­ser ma pro­chaine paie 100% en Bit­coin… le pro­blème est réglé », a‑t-il twee­té, en réponse à une ques­tion de l’in­ves­tis­seur Antho­ny Pom­plia­no, qui se deman­dait qui devien­drait le pre­mier homme poli­tique amé­ri­cain à être rému­né­ré entiè­re­ment en BTC.

Pour ce faire, le maire a sol­li­ci­té l’aide de Mike Saras­ti, direc­teur de l’in­for­ma­tion de la ville de Mia­mi. Ce der­nier lui a indi­qué lui avoir envoyé un lien vers l’ap­pli­ca­tion Strike afin de mettre en place ce paiement :

« Je vous ai déjà envoyé un lien vers Strike pour  vous ins­crire. J’ai reçu une par­tie de mon salaire [en Bit­coin] la semaine der­nière, et tout s’est dérou­lé parfaitement.

Le maire est déjà en train de “sca­ler” mon “pilote”, en déci­dant d’une allo­ca­tion à 100%. Ini­tia­tive de patron ».

Le maire Sua­rez sou­haite faire de Mia­mi un véri­table « centre Bit­coin ». Il aime­rait notam­ment per­mettre à ses employés de rece­voir leur salaire en BTC, offrir aux citoyens la pos­si­bi­li­té de régler leurs amendes et leurs impôts en cryp­to­mon­naie, mais aus­si per­mettre à la ville d’in­ves­tir une par­tie de sa tré­so­re­rie dans le Bitcoin.

En février, la pro­po­si­tion du maire d’in­té­grer le Bit­coin dans les opé­ra­tions de Mia­mi avait reçu le feu vert de la com­mis­sion de la ville. En avril, Fran­cis Sua­rez avait obte­nu le sou­tien du com­té. Plus récem­ment, le diri­geant avait décla­ré que la pos­si­bi­li­té de rému­né­rer les fonc­tion­naires de Mia­mi en Bit­coin consti­tuait « une prio­ri­té majeure ».