Technologie Blockchain

Mastercard rachète l’entreprise de crypto-recherche CipherTrace

CipherTrace

Le géant mon­dial des paie­ments pré­voit d’in­té­grer les acti­vi­tés de cryp­to-intel­li­gence de Cipher­Trace dans sa stra­té­gie d’ex­pan­sion vers les actifs numériques.

Mas­ter­card ne compte pas lais­ser pas­ser le train des cryp­to­mon­naies. Comme le révèle un com­mu­ni­qué de presse publié jeu­di, le mas­to­donte des cartes de paie­ment a conclu un accord pour mettre la main sur Cipher­Trace, une socié­té d’in­tel­li­gence blo­ck­chain capable d’a­na­ly­ser les don­nées liées à plus de 900 cryptomonnaies.

Mas­ter­card compte ain­si inté­grer la tech­no­lo­gie de Cipher­Trace dans ses propres solu­tion de cyber­sé­cu­ri­té pour les actifs numé­riques, afin de l’ai­der à décli­ner son archi­tec­ture de cartes de paie­ment en temps réel. Cet accord doit per­mettre à l’en­tre­prise new-yor­kaise d’ai­der ses clients et ses par­te­naires à uti­li­ser les actifs numé­riques, tout en opé­rant en confor­mi­té avec les dis­po­si­tions régle­men­taires finan­cières actuelles.

Ajay Bhal­la, res­pon­sable de la cyber-intel­li­gence chez Mas­ter­card, a expli­qué que la crois­sance des cryp­to-mar­chés ren­dait néces­saire le déve­lop­pe­ment de solu­tions de paie­ment fiables.

Mastercard se tourne vers la crypto-sphère

Plus que jamais, Mas­ter­card semble déter­mi­née à faire son trou dans les éco­sys­tèmes cryp­to et blo­ck­chain. L’en­tre­prise a déjà noué des par­te­na­riats avec cer­tains émet­teurs de cryp­to-cartes de paie­ment, comme Gemi­ni ou Bit­pay.

En juillet, le PDG de Mas­ter­card avait décla­ré que la socié­té avait besoin d’é­ta­blir une pré­sence signi­fi­ca­tive dans la cryp­to-sphère. Le géant du paie­ment avait alors confié qu’il ambi­tion­nait de deve­nir le par­te­naire de réfé­rence des sta­ble­coins et des pro­jets de mon­naies numé­riques de banques centrales.

En mai, l’en­tre­prise avait publié les résul­tats d’un son­dage, révé­lant que 40% des per­sonnes inter­ro­gées décla­raient qu’elles sou­hai­taient pou­voir, dès l’an­née pro­chaine, uti­li­ser des cryp­to­mon­naies pour effec­tuer des paiements.

Le rachat d’un acteur majeur de la cryp­to-recherche comme Cipher­Trace pour­rait lui per­mettre de faci­li­ter ses inter­ac­tions avec les banques cen­trales sur les ques­tions liées aux actifs numé­riques, mais aus­si avec les socié­tés émet­trices de sta­ble­coins.

Il y a quelques mois, la bourse Crypto.com annon­çait qu’elle pré­voyait d’in­té­grer l’ou­til « Tra­vel­ler » de Cipher­Trace. Objec­tif : s’as­su­rer d’être en confor­mi­té avec la « Tra­vel Rule » du Groupe d’ac­tion finan­cière, qui oblige les cryp­to-pla­te­formes d’é­change à récol­ter les infor­ma­tions de leurs clients pour chaque transaction.

Réfé­rence : Coin­Te­le­graph