Plateformes d'échange de crypto-monnaies

GDAX présente sa méthodologie pour évaluer la qualité d’actifs digitaux

Le Digital Asset Framework de GDAX

La pla­te­forme de tra­ding « Glo­bal Digi­tal Asset Exchange » (GDAX) de Coin­base a publié son Digi­tal Assets Fra­me­work. Il semble s’a­gir ici d’une réponse aux clients qui demandent à ce que la pla­te­forme intègre plus de cryp­to-mon­naies –alors que les ICOs font émer­ger chaque semaine des dizaines de nou­veaux actifs.

GDAX formalise ses critères pour accepter une crypto-monnaie ?

« Ce sys­tème a été conçu dans le but de four­nir des infor­ma­tions rela­tives à la manière dont nous éva­luons des actifs digi­taux avant de les inclure sur GDAX » peut-on ain­si lire dans le docu­ment. La pla­te­forme y pré­cise qu’elle se réserve le droit de « réfé­ren­cer, ne pas réfé­ren­cer, dé-réfé­ren­cer n’im­porte quel actif sur GDAX ».

Les cri­tères aux­quels s’in­té­resse GDAX sont répar­tis à tra­vers six caté­go­ries :

  • La mis­sion et les valeurs de GDAX : « l’ac­tif s’ins­crit-il dans nos mis­sions et nos valeurs ? »
  • La tech­no­lo­gie : une éva­lua­tion de l’ac­tif et de son réseau
  • L’as­pect légal et de conformité
  • L’offre de mar­ché : « quels sont les cri­tères à consi­dé­rés pour limi­ter les risques de mani­pu­la­tion de mar­ché ? »
  • La demande pour l’ac­tif : sur quels leviers s’appuie-t-elle ?
  • « Cryp­to-Eco­no­mics » : « une éva­lua­tion de la manière dont les par­ti­ci­pants à l’é­co-sys­tème de l’ac­tif sont inci­tés à se com­por­ter »

On peut ain­si y retrou­ver de nom­breux cri­tères – des cri­tères qui devraient per­mettre à GDAX de trier le bon grain de l’i­vraie  : liber­té éco­no­mique, éga­li­té des chances, pré­sence d’un pro­to­type fonc­tion­nel, track record de l’é­quipe fon­da­trice, clar­té et cohé­rence de la feuille de route,…

Notez que ce docu­ment peut d’ailleurs être uti­li­sé par tout inves­tis­seur qui sou­hai­te­rait savoir si une cryp­to-mon­naie ou un token rem­plit cer­tains cri­tères lais­sant à pen­ser que sa valeur pour­rait, à terme, s’apprécier.

Ne proposer que les actifs plus prometteurs

Logo de GDAX

« Capable de pré­sen­ter des réus­sites pro­fes­sion­nelles » est l’un des cri­tères que l’on peut retrou­ver dans la caté­go­rie « fon­da­teurs et diri­geants ». La socié­té explique qu’elle « sou­met­tra les règles stan­dards KYC [« Know Your Client »] aux fon­da­teurs et diri­geants des socié­tés émet­trices d’ac­tifs ».

On peut éga­le­ment lire que l’a­jout de nou­veaux actifs « ne devra pas nuire à la capa­ci­té de Coin­base ou de GDAX de res­pec­ter les règles de confor­mi­té – dont notam­ment les obli­ga­tions visant à lut­ter contre le blan­chi­ment d’argent, ain­si que les obli­ga­tions propres à chaque juri­dic­tion, comme par exemple les règles de trans­fert de fonds ».

Le docu­ment évoque éga­le­ment le fait que, pour qu’un actif soit réfé­ren­cé, l’é­quipe fon­da­trice ne devra déte­nir qu’une mino­ri­té d’entre eux. Il devrait par ailleurs exis­ter une période de blo­cage ain­si qu’un calen­drier rai­son­nable d’ac­qui­si­tion per­met­tant de s’as­su­rer que l’é­quipe soit finan­ciè­re­ment inci­tée, sur le long-terme, à appor­ter des amé­lio­ra­tions à son réseau.

D’a­près Adam White, le direc­teur géné­ral de GDAX, l’i­dée est simple :

« Les pre­miers retours que nous obte­nons de la part de nos clients sont « ajou­tez plus de choses, j’ai­me­rais pou­voir échan­ger plus d’ac­tifs ». Nous voyons que cer­tains d’entre eux se tournent vers d’autres pla­te­formes, et nous ne vou­lons pas que cela arrive. »

Pour GDAX, il s’a­git d’ap­por­ter une réponse aux cri­tiques qui visent sa pla­te­forme, qui ne per­met d’é­chan­ger que trois cryp­to-mon­naies : le Bit­coin, l’E­ther et le Litecoin.

Marchés supportés sur GDAX

Réfé­rence : News.bitcoin.com

4/5 – (1 vote) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires