Bitcoin Démocratisation

12,5 BTCs : il est désormais possible d’acheter la nationalité antiguaise avec du Bitcoin

Antigue et Barbude

L’é­tat insu­laire d’An­tigue-et-Bar­bude offre désor­mais la pos­si­bi­li­té de régler en Bit­coins la somme mini­male requise pour deve­nir citoyen (100 000 dol­lars).

Attirer des « HODLers »

En effet, le Citi­zen­ship by Invest­ment Pro­gram Act du pays a récem­ment fait l’ob­jet d’un amen­de­ment par le Par­le­ment. Il est désor­mais pos­sible d’y par­ti­ci­per en uti­li­sant des Bit­coins, mais éga­le­ment d’autres cryp­to-mon­naies.

Gaston BrownCette nou­velle a été annon­cée par Gas­ton Browne, Pre­mier ministre d’An­tigue-et-Bar­bude, qui vou­lait offrir une solu­tion simple aux déten­teurs de cryp­to-mon­naies qui sou­haitent migrer dans le pays. Le diri­geant espère ain­si convaincre de nom­breux indi­vi­dus à deve­nir anti­guais.

« Cela nous per­met d’é­tendre dans notre mar­ché, dans la mesure où il existe un cer­tain nombre de cryp­to-inves­tis­seurs qui pour­raient être inté­res­sés par le fait de deve­nir citoyens de notre pays, mais qui ne sont prêts à payer qu’en cryp­to-mon­naies », a‑t-il décla­ré au Par­le­ment. « Si nous n’ac­cep­tons pas les cryp­to-mon­naies, alors nous res­te­rons en dehors de ce mar­ché ».

Il a pré­ci­sé que les paie­ments reçus en cryp­to-mon­naies seraient, de manière quo­ti­dienne, conver­tis en dol­lars amé­ri­cains – afin d’é­vi­ter de subir des pertes liées à la vola­ti­li­té de ces actifs.

Investir dans le pays ou régler une contribution

Pour pou­voir deman­der la citoyen­ne­té à tra­vers l’Invest­ment Pro­gram Act, les can­di­dats peuvent soit inves­tir un mon­tant com­pris entre 400 000 et 1,5 mil­lion de dol­lars dans le pays, soit offrir une contri­bu­tion de 100 000 dol­lars au Natio­nal Deve­lop­ment Fund.

Cette ini­tia­tive d’An­tigue-et-Bar­bude s’ins­crit dans ses efforts visant à offrir un envi­ron­ne­ment attrac­tif aux déten­teurs de cryp­to-mon­naies. En avril 2017, l’a­vo­cat géné­ral du pays avait reçu l’ins­truc­tion d’é­la­bo­rer une loi qui per­met­trait aux habi­tants de régler leurs frais admi­nis­tra­tifs en Bit­coin.

Améliorer l’image écornée d’Antigue-et-Barbude

Everly Paul Chet GreeneEver­ly Paul Chet Greene, le ministre des Affaires Étran­gères, du Com­merce Inter­na­tio­nal et de l’Im­mi­gra­tion, avait alors de décla­ré que la nature immuable de la blo­ck­chain per­met­trait de suivre les tran­sac­tions réa­li­sées dans la région – ce qui pour­rait per­mettre d’adou­cir la répu­ta­tion du pays, sou­vent pré­sen­té comme un para­dis fis­cal.

Car du fait d’un sec­teur finan­cier flo­ris­sant et de la pré­sence de nom­breuses socié­tés liées aux jeux d’argent, l’é­tat insu­laire a long­temps été per­çu comme étant poten­tiel­le­ment lié à de vastes opé­ra­tions de blan­chi­ment de fonds.

Pour M. Greene, le pays pour­rait amé­lio­rer son image s’il déci­dait de per­mettre à ses citoyens de régler leurs frais admi­nis­tra­tifs en Bit­coin.

« Ici, à Antigue-et-Bar­bude, nous savons que nous avons été tou­jours au pre­mier rang des nou­velles inno­va­tions ; nous sommes les lea­ders, les avant-gar­distes des Caraibes », avait-il alors décla­ré.

Réfé­rences : CCN, Anti­gua­News­Room




[wpcrypto_list]