Bitcoin Prix & Opinions

Pour l’économiste Paul Krugman, le Bitcoin n’a toujours « aucun véritable cas d’usage »

Paul Krugman

Paul Krug­man, lau­réat du prix Nobel d’é­co­no­mie, a démar­ré l’an­née 2022 en cri­ti­quant (à nou­veau) la pre­mière cryptomonnaie.

Paul Krug­man n’est tou­jours pas un fan invé­té­ré du Bit­coin. Dans un tweet publié ce dimanche 2 jan­vier, il s’en est pris une nou­velle fois à l’ac­tif numé­rique de Sato­shi Naka­mo­to, indi­quant que celui-ci n’a­vait tou­jours « aucun véri­table cas d’usage » :

« Pour­quoi est-ce que le prix des cryp­to­mon­naies conti­nue d’aug­men­ter, alors que le Bit­coin a été créé il y a 13 ans et qu’il n’a tou­jours aucun véri­table cas d’usage ? »

« C’est à cause de ce type de rai­son­ne­ment », a‑t-il ajou­té en citant un article récem­ment publié sur le site Bloom­berg Wealth. Celui-ci rap­porte les pro­pos du mil­liar­daire Tho­mas Peterf­fy, qui recom­mande aux inves­tis­seurs de pla­cer 3% de leur patri­moine dans les cryp­to­mon­naies afin de se pro­té­ger en cas d’ef­fon­dre­ment des mon­naies fiduciaires.

Pour l’é­co­no­miste, cet effon­dre­ment irait néces­sai­re­ment de pair avec des pro­blèmes poli­tiques et socié­taux bien plus graves, qui ne pour­raient être réglés avec la seule aide des cryptomonnaies.

« Oui, l’argent peut par­fois « plon­ger en enfer » – mais il le fait tou­jours dans un contexte de désordre poli­tique ten­du, géné­ra­le­ment accom­pa­gné d’une guerre civile et d’un effon­dre­ment social.

Par consé­quent, vous devez ima­gi­ner ce type [Mad Max] se connec­ter à inter­net pour ten­ter d’ac­cé­der à ses fonds ».

Des com­men­taires qui ne sont pas de nature à effrayer les « Bit­coi­ners ». On retrouve par­mi eux Tuur Demees­ter, patron du fonds d’in­ves­tis­se­ment Ada­mant Capi­tal. Selon lui, les « cypher­punks » sont en train de « créer une infra­struc­ture “Mad Max proof”  » grâce à des « cold sto­rages » résis­tants aux explo­sions nucléaires, à des nœuds Bit­coin pla­cés sur des satel­lites ou encore à des mines ali­men­tées par de l’éner­gie volcanique :

Si Tho­mas Peterf­fy conseille aux inves­tis­seurs de pla­cer une par­tie de leur for­tune dans les cryp­to­mon­naies, il a tou­te­fois recon­nu igno­rer la tra­jec­toire qu’elles emprunteront :

« Je pense que [le Bit­coin] peut plon­ger à zéro, tout comme il pour­rait atteindre le mil­lion de dollars ».

Un autre mil­liar­daire, Ray Dalio – qui avait pré­cé­dem­ment décla­ré que « cash is trash » – a lui aus­si van­té les mérites du BTC l’an­née der­nière, qu’il pré­sen­tait comme un bon moyen de diver­si­fier son por­te­feuille. En sep­tembre, le fon­da­teur de Brid­ge­wa­ter Asso­ciates avait tou­te­fois décla­ré que les gou­ver­ne­ments pour­raient cher­cher à « tuer » le Bit­coin s’il conti­nuait à enre­gis­trer une hausse de son adoption :

« Je pense qu’en fin de temps compte, s’il ren­contre véri­ta­ble­ment le suc­cès, ils ten­te­ront de le tuer », avait-il déclaré.

Paul Krugman : 10 ans de critiques contre le Bitcoin

Intérêt pour le BitcoinCe n’est pas la pre­mière fois que Paul Krug­man décrie la pre­mière cryp­to­mon­naie – ses pre­mières cri­tiques à son encontre datent de 2011.

Deux ans plus tard, il avait décla­ré que « le Bit­coin [était] diabolique » :

« On a l’im­pres­sion que le Bit­coin a été inven­té en tant qu’arme des­ti­née à nuire aux banques cen­trales et aux banques émet­trices de mon­naie, avec un agen­da poli­tique liber­ta­rien – pour nuire à la capa­ci­té à col­lec­ter l’im­pôt et à sur­veiller les tran­sac­tions finan­cières des citoyens ».

En mai 2021, dans une tri­bune publiée dans le New York Times, il avait décla­ré que les cryp­to­mon­naies étaient « une pyra­mide de Pon­zi per­sis­tante » qui pour­rait être com­pa­rée à la célèbre escro­que­rie menée par Ber­nard Madoff.

« Une pyra­mide de Pon­zi peut-elle vrai­ment durer si long­temps ? En fait, oui : Ber­nard Madoff a mené son escro­que­rie pen­dant près de 20 ans, et celle-ci aurait pu durer encore plus long­temps si la crise finan­cière n’é­tait pas survenue ».

Il avait tou­te­fois ajou­té qu’il ces­se­rait désor­mais de ten­ter de pré­dire « la dis­pa­ri­tion » du Bit­coin, expli­quant que le culte sus­ci­té par l’ac­tif numé­rique pour­rait durer « indéfiniment ».

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec sa lecture.