Bitcoin Prix & Opinions

Le prix du Bitcoin atteint les 12 400 dollars au Zimbabwe

Zimbabwe Bitcoin

Le prix du Bit­coin a atteint de nou­veaux som­mets, dépas­sant ce mer­cre­di les 6 600 dollars.

À chaque fois que le prix atteint un nou­veau record his­to­rique, de nom­breux inves­tis­seurs tendent à regret­ter de ne pas en avoir ache­té plus tôt, lorsque le prix était bien inférieur.

« C’est trop cher main­te­nant, j’au­rais du ache­ter avant » expliquent-ils souvent.

Mais alors que le prix parait éle­vé sur les gros mar­chés occi­den­taux, qui béné­fi­cient d’une excel­lente liqui­di­té, ce n’est pas le cas dans des pays émer­gents tels que le Zim­babwe, où les habi­tants sont prêts à débour­ser des sommes plus éle­vées pour s’of­frir un Bitcoin.

On sait que la mon­naie digi­tale s’é­change sou­vent dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment avec un « pre­mium »  – la demande est forte, par­fois du fait de l’ins­ta­bi­li­té de la mon­naie natio­nale, alors que le volume d’é­change sur les pla­te­formes de tra­ding est rela­ti­ve­ment faible.

C’est au Zim­babwe que l’on peut trou­ver le prix du Bit­coin le plus éle­vé : celui-ci a dépas­sé les 12 400 dol­lars ce mar­di, soit un « pre­mium » de 87% par rap­port à la moyenne internationale.

Ceci cor­res­pond à une hausse de 2 400 dol­lars depuis le 20 octobre, alors que le prix du Bit­coin n’aug­men­tait, au niveau mon­dial, que de 1000 dol­lars sur la même période.

La source de ce phé­no­mène ? Elle est liée aux dif­fi­cul­tés ren­con­trées par les zim­babwéens. En 2009, le pays a rem­pla­cé sa mon­naie natio­nale par le dol­lar amé­ri­cain, ce qui a conduit à une infla­tion ram­pante. Il n’existe pas assez dol­lars amé­ri­cains dans le pays pour faire face à la demande, et les banques se sont mises à ration­ner l’offre de mon­naie.

C’est la rai­son pour laquelle de nom­breux zim­babwéens uti­lisent le Bit­coin – ils peuvent l’ob­te­nir sans argent liquide, et peuvent éga­le­ment l’u­ti­li­ser en dehors du pays.

« Il n’est pas néces­saire de déte­nir des espèces pour ache­ter des Bit­coins. La plu­part des per­sonnes uti­lisent des moyens élec­tro­niques.« a expli­qué Yeu­kai Kusan­gaya, un employé de la pla­te­forme d’é­change Golix, au jour­nal The Stan­dard.

« C’est la rai­son pour laquelle l’a­chat de Bit­coins n’est pas impac­tée par les pro­blèmes de pénu­rie de mon­naie. Si un ven­deur veut des espèces contre ses Bit­coins, il devra trou­ver un ache­teur pos­sé­dant ses espèces pour enga­ger un échange de pair à pair. »

Cer­tains obser­va­teurs ont sug­gé­ré que le gou­ver­ne­ment allait ten­ter d’empêcher l’u­ti­li­sa­tion du Bit­coin, dans le cadre d’une poli­tique de contrôle des capi­taux. D’autres estiment au contraire que le gou­ver­ne­ment n’a pas les res­sources néces­saires pour cela, et qu’il ris­que­rait d’ap­pa­raître comme étant vul­né­rable s’il échouait dans cette tâche.

C’est la rai­son pour laquelle Nigel Gam­ban­ga, un consul­tant en tech­no­lo­gie zim­babwéen, a expli­qué à CNN que la situa­tion était si cri­tique qu’il ne serait pas sur­pris si le gou­ver­ne­ment venait à déci­der d’au­to­ri­ser offi­ciel­le­ment le Bit­coin, voire même de l’a­dop­ter comme une mon­naie légale.

« Si l’é­change de Bit­coins s’in­ten­si­fie sans que le pays ne par­vienne à redres­ser sa mon­naie, nous pour­rions assis­ter à un revi­re­ment de la part de la Banque Cen­trale et du gou­ver­ne­ment. Ils pour­raient ain­si prendre part à cet échange de cryp­to-mon­naies » a expli­qué Nigel Gambanga.

« L’É­tat a déjà pris des mesures extrêmes, telles que l’in­ter­dic­tion de l’importation de fruits… alors l’i­dée d’a­jou­ter le Bit­coin au panier mul­ti-devises du pays ne semble pas si absurde » a‑t-il conclu.

Réfé­rence : Cryp­to­coin­News

1/5 – (1 vote)