Crypto-monnaies

Tether Limited détiendrait suffisamment de capitaux pour garantir ses USDTs

Minage

Selon l’é­tude menée par un cabi­net d’a­vo­cats, la socié­té Tether Limi­ted déte­nait 2,54 mil­liards de dol­lars dans ses caisses au 1er juin der­nier – soit suf­fi­sam­ment de capi­taux pour garan­tir la valeur des Tethers (USDT) en circulation.

Pour un cabinet d’avocats, Tether Limited serait solvable

Page d'accueil TetherL’en­semble des Tethers (USDTs) en cir­cu­la­tion sont garan­tis par des dol­lars. C’est du moins ce qu’af­firme Tether Ltd., la socié­té qui émet cet actif numé­rique, en décla­rant déte­nir envi­ron 2,54 mil­liards de dol­lars sur ses comptes. Une infor­ma­tion récem­ment confir­mée par Freeh Spor­kin & Sul­li­van LLP (FSS), le cabi­net d’a­vo­cats cofon­dé par Louis Freeh, un ancien direc­teur du FBI.

Selon l’a­vo­cat géné­ral de Tether, si le cabi­net n’a pas mené d’au­dit offi­ciel, il a pu avoir accès pen­dant plu­sieurs semaines aux comptes de la socié­té auprès de deux banques, ce qui lui a per­mis de rap­por­ter les sommes qu’elle déte­nait au 1er juin dernier.

Et ce mon­tant – éva­lué à 2,54 mil­liards de dol­lars – est légè­re­ment supé­rieur à la valeur de l’en­semble des Tethers en cir­cu­la­tion ce jour-là :

L'évolution de la capitalisation de Tether (USDT) en juin 2018

De quoi ras­su­rer les inves­tis­seurs, puisque les Tethers sont cen­sés consti­tuer un sub­sti­tut au dol­lar amé­ri­cain. Chaque USDT peut aini, en théo­rie, être échan­gé contre un dol­lar auprès de la socié­té. Ce token avait été lan­cé pour per­mettre aux tra­ders de se tour­ner faci­le­ment vers un actif numé­rique ados­sé à une valeur stable, qui soit pro­té­gé des fortes fluc­tua­tions des crypto-marchés.

Ces der­nières semaines, Tether Limi­ted a du faire face à des accu­sa­tions selon les­quelles elle ne dis­po­se­rait pas de suf­fi­sam­ment de dol­lars dans ses caisses pour pou­voir sou­te­nir l’en­semble des Tethers émis – une inquié­tude qui per­sis­tait mal­gré l’au­dit mené par la socié­té Fried­man LLP en sep­tembre der­nier. Celui-ci mon­trait que Tether Limi­ted déte­nait assez de capi­taux (442 mil­lions de dol­lars) pour pou­voir échan­ger les Tethers qui étaient alors en cir­cu­la­tion contre des dollars.

On se sou­vient qu’en décembre der­nier, la Com­mo­di­ty Futures Tra­ding Com­mis­sion amé­ri­caine avait fait par­ve­nir une assi­gna­tion à com­pa­raître à Tether Limi­ted – ce qui consti­tuait, selon la socié­té, une pro­cé­dure habituelle :

« Nous rece­vons régu­liè­re­ment des demandes juri­diques de la part des agents des forces de l’ordre et des régu­la­teurs, qui mènent des enquêtes. Nos pra­tiques veulent que nous ne com­men­tions pas de telles demandes ».

« Impossible d’obtenir un audit »

Stuart Hoe­gner, l’a­vo­cat géné­ral de Tether Limi­ted, a indi­qué cette semaine à Bloom­berg « qu’il [lui était] impos­sible d’ob­te­nir un audit ». Il estime que les cryp­to-mar­chés sont encore trop récents pour que de grandes socié­tés d’au­dit acceptent d’ac­com­pa­gner des clients pro­po­sant des actifs numé­riques.

« Les quatre grandes socié­tés d’au­dit rejettent ce niveau de risque », avait-t-il décla­ré dans un entretien.

Le cabi­net FSS a indi­qué ce mer­cre­di avoir opté pour la date du 1er juin sans infor­mer au préa­lable Tether Limi­ted. Selon M. Hoe­gner, il avait accès aux comptes ban­caires de Tether, à ses décla­ra­tions, tout en étant en lien avec des employés des ins­ti­tu­tions finan­cières impli­quées. L’homme a ajou­té qu’il n’é­tait pas en mesure de révé­ler le nom des deux éta­blis­se­ments ban­caires concer­nés, en par­ti­cu­lier pour des rai­sons de confi­den­tia­li­té. Il rap­pelle que « les rela­tions ban­caires sont pri­vées », et que Tether Limi­ted n’a aucune obli­ga­tion de rendre publics les noms de ces établissements.

Le Tether à l’origine de la flambée enregistrée fin 2017 par le Bitcoin ?

Influence du Tether sur le prix du BitcoinPour de nom­breux obser­va­teurs, le Tether consti­tue l’un des rouages essen­tiels des cryp­to-mar­chés. De nom­breuses banques, du fait de craintes liées aux blan­chi­ment d’argent, refusent d’of­frir leurs ser­vices à des pla­te­formes d’é­change. Ain­si, Tether per­met aux tra­ders de sécu­ri­ser leurs inves­tis­se­ments, sans avoir à pas­ser par des tran­sac­tions ban­caires. Un effon­dre­ment de l’ac­tif numé­rique pour­rait limi­ter la marge de manœuvre des tra­ders, mais sur­tout pro­vo­quer une forte crise sur les crypto-marchés.

Cette étude du FSS inter­vient une semaine après que John Grif­fin, un pro­fes­seur de l’U­ni­ver­si­té du Texas, ait décla­ré que le Tether avait été uti­li­sé l’an­née der­nier pour faire gon­fler arti­fi­ciel­le­ment le prix du Bit­coin. Dans une note de recherche, il avait indi­qué que la manière dont les Tethers avaient été uti­li­sés pour ache­ter des BTCs pour­raient lais­ser pen­ser à une mani­pu­la­tion du cours de l’actif :

« Le Tether semble avoir été uti­li­sé pour sta­bi­li­ser et pour mani­pu­ler les prix du Bit­coin », avait-il conclu.

Le son de cloche est dif­fé­rent du côté de Tether Limi­ted. JL van der Velde, le CEO de la socié­té, nie cette affirmation :

« Nous avons constam­ment décla­ré que le Tether était sou­te­nu par des réserves en dol­lars, qui cor­res­pon­daient ou qui excé­daient la valeur des Tethers en cir­cu­la­tion à un ins­tant t. Nous sommes heu­reux d’a­voir obte­nu une véri­fi­ca­tion indé­pen­dante concer­nant cet élé­ment, ce qui per­met de répondre à cer­taines ques­tions que se posait le public », a‑t-il décla­ré dans un e‑mail.

Le groupe FSS a tou­te­fois tenu à rap­pe­ler qu’il « n’é­tait pas un cabi­net de comp­ta­bi­li­té, et qu’il n’a­vait pas effec­tué cet exa­men en s’ap­puyant sur les Gene­ral­ly Accep­ted Accoun­ting Prin­ciples [ndlr : les prin­cipes et règles comp­tables en vigueur aux États-Unis] ». Il a ajou­té qu’il n’a­vait pas effec­tué la moindre véri­fi­ca­tion concer­nant la situa­tion qui pré­va­lait avant et après le 1er juin 2018.

Réfé­rences : Bloom­berg, Coin­Mar­ket­Cap