Bitcoin Prix & Opinions

Une banque régionale américaine déclare à son tour que les crypto-monnaies constituent une menace pour son activité

Pilliers d'une banque

Après de très grands noms comme Gold­man Sachs ou J.P. Mor­gan, c’est au tour d’une nou­velle banque amé­ri­caine de recon­naître que l’é­mer­gence des cryp­to-mon­naies fait pla­ner une menace sur son activité.

Le logo de WesbancoWes­Ban­co, une banque basée en Vir­gi­nie-Occi­den­tale, a récem­ment trans­mis son rap­port annuel à la Secu­ri­ties and Exchange Com­mis­sion (SEC), le gen­darme de la bourse amé­ri­caine. Par­mi les fac­teurs de risque qui sont pré­sen­tés, la socié­té évoque l’é­mer­gence des fin­tech, et plus par­ti­cu­liè­re­ment celle des cryp­to-mon­naies – des actifs qui pour­raient lui faire perdre des parts de marché.

Voi­ci ce que l’on peut lire dans ce rapport :

Les banques et les autres ins­ti­tu­tions finan­cières sont sus­cep­tibles de pro­po­ser des pro­duits et ser­vices qui ne sont pas dis­po­nibles au sein de Wes­Ban­co, comme les nou­velles tech­no­lo­gies liées aux sys­tèmes de paie­ment et aux cryp­to-mon­naies. Ceci peut inci­ter les clients actuels et poten­tiels à se tour­ner vers ces institutions.”

Wes­Ban­co est la der­nière d’une longue liste d’ins­ti­tu­tions finan­cières qui ont indi­qué dans leurs rap­ports annuels que les cryp­to-mon­naies étaient sus­cep­tibles de venir mena­cer leurs acti­vi­tés.

Ain­si, JPMor­gan, Bank of Ame­ri­ca et Gold­man Sachs, les pre­mière, deuxième et cin­quième banques amé­ri­caines, ont toutes les trois pré­ci­sé que les actifs numé­riques posaient un risque pour leur busi­ness model.

On sait que Gold­man Sachs a dis­crè­te­ment inves­ti dans des start-ups tech­no­lo­giques liées aux cryp­to-mon­naies, comme Circle. Elle a tou­te­fois indi­qué à la SEC que la valeur de ces inves­tis­se­ments serait sus­cep­tible de dimi­nuer si l’on décou­vrait plus tard des failles au sein de ces actifs ou de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain sur laquelle ceux-ci s’appuient.

De leur côté, JPMor­gan et Bank of Ame­ri­ca ont toutes deux évo­qué le carac­tère « dis­rup­tif » des mon­naies numé­riques – des actifs qui fonc­tionnent de manière décen­tra­li­sée, et qui pour­raient venir limi­ter la néces­si­té de faire appel à des inter­mé­diaires tels que les banques. Elles ont recon­nu qu’une adop­tion géné­ra­li­sée des cryp­to-mon­naies les obli­ge­rait à débour­ser des sommes impor­tantes pour res­ter com­pé­ti­tives au sein d’un envi­ron­ne­ment bouleversé.

Mais ce sont peut-être les banques de taille plus modeste qui pour­raient être les plus expo­sées à l’é­mer­gence de cette nou­velle concur­rence. Wes­Ban­co, basée en Vir­gine-Occi­den­tale, exploite 174 agences dans le Nord-Est des États-Unis et le Mid­west, et gère envi­ron 10 mil­liards de dol­lars d’ac­tifs – bien loin des 2 280 mil­liards de dol­lars d’en­cours de Bank of America.

JPMor­gan explore actuel­le­ment les cas d’u­sage de la tech­no­lo­gie des registres dis­tri­bués au sein de son « Blo­ck­chain Cen­ter of Excel­lence ». La banque d’in­ves­tis­se­ment pour­rait ain­si trou­ver de nou­veaux relais de crois­sance pour faire face à un éven­tuel ralen­tis­se­ment, à terme, de son acti­vi­té historique.

Mal­heu­reu­se­ment, de telles ini­tia­tives semblent être dif­fi­ci­le­ment envi­sa­geables pour des banques régio­nales comme Wes­Ban­co, qui dis­posent d’une force de frappe bien plus res­treinte. Celles-ci pour­raient, d’i­ci quelques années, faire par­tie des pre­mières vic­times de la démo­cra­ti­sa­tion des cryp­to-mon­naies – si le recours à ces actifs venait à se généraliser.

Réfé­rence : CCN

Rate this post
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x