Bitcoin Prix & Opinions

Économiste d’Harvard : le Bitcoin est un « ticket de loterie », sa valeur devrait être plus proche des 100 dollars que des 100 000 dollars

Ticket Loto

Dans un article publié lun­di dans le quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian, Ken­neth Rogoff, ancien chef éco­no­miste du FMI, a don­né son point de vue sur les cryp­to-mon­naies.

Il estime que si cer­tains obser­va­teurs jugent que les actifs numé­riques sont proches de la fin et que la ten­dance bais­sière qu’ils tra­versent est irré­ver­sible, il est dif­fi­cile d’affirmer avec cer­ti­tude que leur prix va chu­ter à zéro.

L’économiste doute de l’adoption des cryp­to-mon­naies au sein de grandes éco­no­mies. Il estime que leur usage pour­rait tou­te­fois se géné­ra­li­ser dans cer­tains états fai­sant face à des mesure res­tric­tives, comme la Soma­lie, le Vene­zue­la, la Corée du Nord ou encore l’Iran.

Une adoption qui ne pourrait avoir lieu qu’en dehors des grandes puissances économiques

Adoption des crypto-monnaiesDans son article, M. Rogoff s’interroge sur la valeur intrin­sèque du Bit­coin. Il pense que son sta­tut « d’or numé­rique » n’est pas viable dans la mesure où, contrai­re­ment à l’or, il ne sup­pose aucune appli­ca­tion en dehors d’un usage moné­taire.

Par ailleurs, le pro­fes­seur juge que les quan­ti­tés d’énergie qui sont néces­saires pour assu­rer son fonc­tion­ne­ment le rendent moins effi­cient que le fait d’avoir recours à un sys­tème de banque cen­trale.

Selon lui, les grandes éco­no­mies ne tolé­re­ront pas l’utilisation des cryp­to-mon­naies dans leur état actuel puisqu’elles per­met­traient de faci­li­ter le blan­chi­ment d’argent. Et M. Rogoff estime que si l’on reti­rait l’anonymat (ou le pseu­do­ny­mat) de ces actifs numé­riques, ceux-ci n’auraient plus grand inté­rêt.

Par consé­quent, l’universitaire pense que l’usage et l’adoption des cryp­to-mon­naies sur le long terme, dans leur forme actuelle, ne pour­ra avoir lieu qu’en dehors de grandes puis­sances éco­no­miques. Ces actifs numé­riques ne pour­ront ain­si pros­pé­rer que dans des états en faillite :

« Les régu­la­teurs réa­lisent pro­gres­si­ve­ment qu’ils ne peuvent pro­mou­voir l’usage de tech­no­lo­gies dif­fi­ciles à tra­cer, qui per­mettent de faci­li­ter l’évasion fis­cale et l’activité cri­mi­nelle. Dans le même temps, des banques cen­trales, de la Suède à Chine, réa­lisent qu’elles peuvent elles aus­si émettre des mon­naies numé­riques […] Lorsqu’il s’agit de nou­velles formes d’argent, le sec­teur pri­vé peut inno­ver, mais c’est au final le gou­ver­ne­ment qui les régle­mente et qui s’en empare », explique-t-il.

Un « ticket de loterie »

Hausse BitcoinPour M. Rogoff, le Bit­coin est assi­mi­lable à un « ticket de lote­rie » dont la valeur à long terme est pro­ba­ble­ment proche de 100 dol­lars, mais qui pour­rait un jour valoir 100 000 dol­lars – et ce pour cer­taines rai­sons qui res­tent encore dif­fi­ciles à déter­mi­ner :

«[En 2016], j’avait indi­qué que le fait que la valeur à long terme du Bit­coin soit vrai­sem­bla­ble­ment plus proche des 100 dol­lars que des 100 000 dol­lars ne signi­fiait pas que sa valeur était nulle. Les cryp­to-coins peuvent être assi­mi­lés à des tickets de lote­rie qui paie­ront lors d’un ave­nir dys­to­pique, alors qu’il seront uti­li­sés dans des pays cor­rom­pus ou rui­nés, ou peut-être dans des régions au sein des­quelles les citoyens auront per­du tout sem­blant de vie pri­vée.

Ce n’est d’ailleurs pas une coïn­ci­dence si un pays aus­si dys­fonc­tion­nel que le Vene­zue­la est le pre­mier à pro­po­ser une cryp­to-mon­naie garan­tie par l’État (le Petro)».

L’économiste reproche aux « évan­gé­listes » de cla­mer que le Bit­coin « peut déte­nir une valeur impor­tante à par­tir du moment où suf­fi­sam­ment d’individus le per­çoivent comme un or numé­rique ». Il juge que cela ne per­met­tra pas d’empêcher sa chute :

« Des éco­no­mistes (dont je fait par­tie), qui tra­vaillent sur ce type de pro­blème depuis cinq décen­nies, ont décou­vert que les bulles qui entourent des actifs dont la valeur intrin­sèque est nulle finissent par écla­ter. Le prix d’actifs qui n’ont pas de réelle valeur sous-jacente ne peuvent échap­per aux réfé­rences his­to­riques ».

M. Rogoff a ajou­té que ce seront les agis­se­ments des gou­ver­ne­ments qui devraient déter­mi­ner si le Bit­coin (et d’autres cryp­to-mon­naies) par­vien­dront à se démo­cra­ti­ser au sein des popu­la­tions.

Avant d’entrevoir la pos­si­bi­li­té selon laquelle la valeur de ces actifs pour­rait pro­chai­ne­ment se remettre à grim­per :

« Alors que nous devrions pas nous éton­ner de la chute enre­gis­trée par les prix des cryp­to-mon­naies cette année, le cours de ces coins ne va pas néces­sai­re­ment chu­ter à zéro. Comme des tickets de lote­rie, il existe une forte pro­ba­bi­li­té qu’ils soient sans valeur. Mais il existe éga­le­ment une pro­ba­bi­li­té extrê­me­ment mince qu’ils vau­dront un jour beau­coup d’argent, pour des rai­sons qui sont actuel­le­ment dif­fi­ciles à anti­ci­per ».

Réfé­rence : CCN

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.

Éco­no­miste d’Harvard : le Bit­coin est un « ticket de lote­rie », sa valeur devrait être plus proche des 100 dol­lars que des 100 000 dol­lars
3.3 (66.67%) 3 votes

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 4212