Finance Technologie Blockchain

Circle souhaite devenir une véritable banque commerciale

Circle

Circle, une socié­té de ser­vices Fin­tech spé­cia­li­sée dans les cryp­to­mon­naies, a annon­cé vou­loir deve­nir une véri­table banque com­mer­ciale natio­nale. Cette ini­tia­tive lui per­met­trait de se pla­cer dans une posi­tion unique, à la croi­sée des mondes de la blo­ck­chain et de la finance traditionnelle.

Elle sup­pose tou­te­fois une régle­men­ta­tion accrue, puisque Circle aurait les mêmes devoirs que les autres banques « mains­tream », notam­ment l’o­bli­ga­tion de rendre des comptes à la Réserve fédé­rale, au Tré­sor amé­ri­cain, à l’OCC et à la FDIC.

Circle souhaite devenir une véritable banque commerciale

Circle, une socié­té Fin­tech de ser­vices liés aux cryp­to­mon­naies fai­sant par­tie du consor­tium Centre – à l’o­ri­gine de l’USD Coin – a révé­lé hier qu’elle ambi­tion­nait de deve­nir une « banque com­mer­ciale à réserves com­plètes » – autre­ment dit, une banque com­mer­ciale qui ne pour­rait pas prê­ter plus que ce qu’elle détient.

Cette annonce a été faite par Jere­my Allaire, son PDG. Le diri­geant a rap­pe­lé les étapes du par­cours de Circle et a détaillé les obs­tacles qui res­tent à fran­chir pour atteindre cet objec­tif. L’homme rap­pelle que Circle, depuis son lan­ce­ment, a tou­jours cher­ché à deve­nir une ins­ti­tu­tion finan­cière.

Et main­te­nant que son « sta­ble­coin » a atteint une masse cri­tique, avec une « Mar­ket Cap » de plus de 27 mil­liards de dol­lars, il est temps de pas­ser à la vitesse supérieure.

« Nous pen­sons que les ser­vices de banque à réserves com­plètes, déve­lop­pés grâce à la tech­no­lo­gie des mon­naies numé­riques, peuvent nous conduire non seule­ment à un sys­tème finan­cier plus effi­cient, mais éga­le­ment plus sûr et plus résilient ».

Si la socié­té s’embarque dans cette nou­velle étape, c’est en par­tie parce qu’elle anti­cipe une flam­bée de la crois­sance de l’USDC, dont elle pense qu’il peut deve­nir un actif indis­pen­sable pour l’a­ve­nir des cryp­to-mar­chés. Pour M. Allaire, il est impor­tant d’é­ta­blir des normes pour de telles monnaies :

« Le fait d’é­ta­blir des normes de régu­la­tions natio­nales pour les mon­naies de dol­lar numé­rique est cru­cial pour libé­rer le poten­tiel des mon­naies numé­riques dans l’é­co­no­mie réelle, notam­ment la ges­tion et la com­po­si­tion des réserves ».

Controverses autour de l’USD Coin

M. Allaire en a pro­fi­té pour répondre aux inquié­tudes de cer­tains clients, crai­gnant que l’USD Coin ne soit pas garan­ti par de la tré­so­re­rie ou des équi­va­lents de tré­so­re­rie. Il a recon­nu que si la socié­té a tenu à garan­tir un grand niveau de trans­pa­rence, notam­ment en publiant des audits de son actif, cer­taines cri­tiques concer­nant « des ques­tions fon­da­men­tales de liqui­di­té, notam­ment en cas de demande impor­tante de rem­bour­se­ment d’USDC » étaient viables.

Pour cette rai­son, le diri­geant a décla­ré que Circle « com­men­ce­ra à publier des infor­ma­tions concer­nant la liqui­di­té fon­da­men­tale de l’USDC et [son] ratio de liqui­di­té dans le cadre de Bâle III », un pro­to­cole qui déter­mine le taux de liqui­di­té que doivent main­te­nir les banques dans des condi­tions de « stress ».

Cette semaine, la socié­té a sus­ci­té quelques inter­ro­ga­tions après que des obser­va­teurs ont remar­qué un chan­ge­ment sur son site. Le 5 août (à gauche), il était indi­qué que « chaque USDC [était] garan­ti par un dol­lar, dépo­sé sur un compte en banque ».

Mais le 10 août (à droite), l’ins­crip­tion avait été modi­fiée : « Chaque USDC est garan­ti par un dol­lar ou par un actif d’une valeur juste équi­va­lente, déte­nu dans un compte géré par une ins­ti­tu­tion finan­cière amé­ri­caine réglementée ».

USD Coin Changement

Réfé­rence : News.Bitcoin.com