Bitcoin Prix & Opinions

Pour ce professeur d’économie, la promesse de la DeFi est « réelle » mais le Bitcoin « pourrait ne plus durer très longtemps »

Eswar Prasad

Un pro­fes­seur d’é­co­no­mie de l’u­ni­ver­si­té Cor­nell a récem­ment van­té les mérites de la finance décen­tra­li­sée. S’il estime que le Bit­coin « pour­rait ne plus durer très long­temps » du fait de son manque d’ef­fi­ca­ci­té, il juge que l’ac­tif numé­rique a déclen­ché « une véri­table révolution ».

Un avenir radieux pour la DeFi, pas pour le Bitcoin

Stock pièces BitcoinEswar Pra­sad, pro­fes­seur d’é­co­no­mie au sein de l’u­ni­ver­si­té amé­ri­caine Cor­nell, a évo­qué le Bit­coin, les cryp­to­mon­naies et la tech­no­lo­gie blo­ck­chain dans un entre­tien dif­fu­sé ven­dre­di par la chaîne CNBC.

Cet ancien direc­teur des études finan­cières pour le FMI a confié croire au poten­tiel de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain… mais pas à l’a­ve­nir du Bitcoin :

« La pro­messe de la finance décen­tra­li­sée, grâce à la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, est bien réelle. Tou­te­fois, le Bit­coin en lui-même pour­rait ne plus durer très longtemps ».

L’au­teur de l’ou­vrage « The Future of Money : How the Digi­tal Revo­lu­tion is Trans­for­ming Cur­ren­cies and Finance » a ensuite ten­té de jus­ti­fier son pes­si­misme à l’é­gard de la mon­naie numé­rique de Sato­shi Nakamoto :

« L’u­ti­li­sa­tion de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain par le réseau Bit­coin n’est pas très effi­ciente. Il s’ap­puie sur un méca­nisme de vali­da­tion des tran­sac­tions [ndlr : par preuve de tra­vail, avec des mineurs] qui est des­truc­teur pour l’en­vi­ron­ne­ment et qui ne passe pas bien à l’échelle ».

Eswar Pra­sad a ain­si indi­qué que de nom­breuses cryp­to­mon­naies lan­cées après le Bit­coin étaient bien plus effi­cientes. On pour­rait lui rétor­quer que, même s’il est moins effi­cient, le réseau Bit­coin jouit, avec un taux de hachage actuel­le­ment à plus de 160 EH/s ain­si que des mineurs et des nœuds répar­tis à tra­vers le monde, d’un niveau de sécu­ri­té et de décen­tra­li­sa­tion inégalé.

« Pour n’im­porte quel type d’ac­tif, la ques­tion à se poser est de savoir quelle est la pro­po­si­tion de valeur fon­da­men­tale », a‑t-il pour­sui­vi, avant d’ajouter :

« Puisque le Bit­coin ne rem­plit pas plei­ne­ment son rôle en tant que moyen d’é­change, je ne pense pas qu’il ait une valeur fon­da­men­tale autre que celle que lui confère la “foi” des investisseurs ».

Dom­mage qu’il n’ait pas pris en compte l’ar­ri­vée du Light­ning Net­work. Ce réseau de seconde couche, dis­po­sé autour de la blo­ck­chain du Bit­coin, per­met depuis déjà plu­sieurs années d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions en BTC de manière qua­si-ins­tan­ta­née et quasi-gratuite.

Des « stablecoins » efficients

StablecoinsL’u­ni­ver­si­taire a ensuite évo­qué les « stablecoins » :

« Il y a un élé­ment inté­res­sant de concur­rence entre les mon­naies qui a été déclen­ché. Il existe main­te­nant des mon­naies stables qui peuvent, en prin­cipe, offrir des moyens plus effi­caces pour effec­tuer des transactions ».

Pour le pro­fes­seur, les cryp­to­mon­naies ont « inci­té les banques cen­trales à com­men­cer à envi­sa­ger d’é­mettre des ver­sions numé­riques de leurs propres monnaies ».

Eswar Pra­sad a ajou­té que les mon­naies numé­riques de banques cen­trales pour­raient, selon lui, « offrir une option de paie­ment sup­plé­men­taire à faible coût, à laquelle tout le monde aurait accès ». Il juge qu’elles pour­raient ain­si per­mettre « d’a­mé­lio­rer l’in­clu­sion finan­cière, et éga­le­ment poten­tiel­le­ment la sta­bi­li­té financière ».

« Que vous aimiez le Bit­coin ou non, il a déclen­ché une véri­table révo­lu­tion qui pour­rait, en fin de compte, pro­fi­ter à cha­cun d’entre nous, direc­te­ment ou indirectement ».

Rate this post