Ethereum

Démonstration de force : Ethereum se prépare pour la Devcon3, la conférence des développeurs

La devcon3 de la fondation Ethereum

Ethe­reum va devoir faire ses preuves durant l’événement annuel des déve­lop­peurs, Devcon3, qui doit se tenir à par­tir de mer­cre­di pro­chain.

Alors qu’E­the­reum consti­tuait récem­ment le pro­jet Blo­ck­chain sus­ci­tant le plus d’en­thou­siasme, il sem­ble­rait que cette ardeur se soit rela­ti­ve­ment estom­pée.

Rap­pe­lons tou­te­fois que  la capi­ta­li­sa­tion totale du pro­to­cole a dépas­sé à plu­sieurs reprises les 30 mil­liards de dol­lars, et que l’on a pu assis­ter au lan­ce­ment de cen­taines d’I­COs s’ap­puyant sur Ethe­reum pour créer leurs tokens.

La rai­son des dés­illu­sions que peuvent res­sen­tir cer­tains inves­tis­seurs ? Le pro­jet, lan­cé en 2014, sem­blait pour cer­tains pré­des­ti­né à être le pre­mier à dépas­ser le Bit­coin en termes de capi­ta­li­sa­tion totale. Et même si l’on a pu assis­ter à une hausse spec­ta­cu­laire du cours de l’E­ther (d’en­vi­ron 10,60 dol­lars au 1er février 2017 à plus de 390 dol­lars le 13 juin 2017), cer­tains res­tent sur leur faim – ils atten­daient avec impa­tience ce que l’on appelle « the flip­pe­ning », autre­ment dit un Ethe­reum dont la capi­ta­li­sa­tion serait supé­rieure à celle du Bitcoin.

Pour­tant, les inquié­tudes nour­ries par cer­tains ne semblent pas réel­le­ment justifiées.

« Je pense qu’ils fonc­tion­ne­ment de manière aus­si effi­cace que pos­sible » a expli­qué à Coin­Desk l’au­teur William Mou­gayar, qui pro­digue des conseils à la fon­da­tion Ethe­reum.« C’est une véri­table pla­te­forme, dotée de nom­breuses fonc­tion­na­li­tés ».

Avant la confé­rence Devcon3 qui se tien­dra cette semaine à Cancún, les par­ti­ci­pants espèrent éga­le­ment que les dif­fé­rents débats, ain­si que les avan­cées des pro­jets basés sur Ethe­reum, pour­ront démon­trer les pro­grès réa­li­sés par l’é­co­sys­tème lié à ce pro­to­cole.

Andrew Keys, direc­teur mon­dial du « busi­ness deve­lop­ment » de Consen­Sys Capi­tal, a fait part de ses espoirs. Il aime­rait que cette confé­rence puisse per­mettre de mon­trer au monde la vitesse à laquelle sont déve­lop­pés, au sein de la com­mu­nau­té Ethe­reum, de nou­veaux outils et projets.

Il a expli­qué ceci à CoinDesk :

« Je pense qu’il est temps de tout construire… ou de tout arrê­ter. Nous avons vu assez de démons­tra­tions de fai­sa­bi­li­té. Il faut main­te­nant mettre des choses concrètes en pro­duc­tion. »

D’autres par­ti­ci­pants ont pré­sen­té l’événement non pas comme ce qu’il devait être, mais comme ce qu’il ne devait pas deve­nir. Ain­si, le déve­lop­peur Hud­son Jame­son, a expli­qué que la Devcon3 ne devait pas res­sem­bler à une « fête des ICOs »  – mon­trant ain­si son scep­ti­cisme a l’é­gard de cer­tains pro­jets lan­cés grâce à des tokens basés sur la tech­no­lo­gie Ethereum.

M. Jame­son a décla­ré qu’il s’at­ten­dait plu­tôt à ce que la confé­rence puisse ser­vir de forum d’é­change pour résoudre des pro­blé­ma­tiques tech­niques, en s’in­té­res­sant par­ti­cu­liè­re­ment aux méthodes per­met­tant de rendre Ethe­reum plus res­pec­tueux de la vie pri­vée et plus « scalable ».

Devcon 2 de 2016 Ethereum
Pho­to prise pen­dant la Devcon2 de 2016

Des douleurs croissantes

Alors que cer­tains voient Devcon3 comme une mise en avant de la direc­tion que va prendre Ethe­reum, d’autres le voient plu­tôt comme une mise en avant des limites actuelles de la pla­te­forme.

En effet, même si de nom­breux essais basés sur Ethe­reum ont été conduits, ils sont encore peu nom­breux à uti­li­ser Ethe­reum (ou d’autres Blo­ck­chains) dans des cas concrets, en dehors des labo­ra­toires que consti­tuent les machines des déve­lop­peurs. La rai­son ? Cette tech­no­lo­gie consti­tue tou­jours, pour le moment, un chan­tier en cours.

La récente mise a jour d’E­the­reum « Byzan­tium », l’une des plus impor­tantes de la pla­te­forme, a beau avoir appor­té de nom­breuses amé­lio­ra­tions à la Blo­ck­chain, il reste encore, pour cer­tains, un long che­min à par­cou­rir.

Ethe­reum doit pro­cé­der aux chan­ge­ments pro­mis depuis long­temps, comme la migra­tion vers un pro­to­cole de « mining » plus res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment et plus éga­li­taire, ou encore l’ap­pa­ri­tion d’ap­pli­ca­tions per­for­mantes, qui per­mettent de faci­li­ter l’u­ti­li­sa­tion de cette technologie.

C’est la rai­son pour laquelle Loi Luu, co-fon­da­teur et PDG de Kyber­Net­work, un mar­ché décen­tra­li­sé d’é­change de cryp­to-mon­naies, estime que le « fork »(ndlr : modi­fi­ca­tion du pro­to­cole Ethe­reum), même s’il a bien fonc­tion­né, n’a pas répon­du aux attentes de la com­mu­nau­té.

« Je pense que de nom­breuses per­sonnes n’ont pas été satis­faites par le pré­cé­dent hard fork, puisque sa por­tée n’é­tait pas assez grande » a‑t-il expliqué.

Et ce fork a par ailleurs duré plus long­temps que pré­vu. Byzan­tium a ain­si été scin­dé en deux mises à jour pour faci­li­ter le tra­vail des déve­lop­peurs – et la date du pre­mier de ces deux forks a ensuite été déclarée.

Cer­tains déve­lop­peurs adoptent tout de même un point de vue plus posi­tif. Ste­fan George, co-fon­da­teur de Gno­sis, une pla­te­forme de mar­chés pré­dic­tifs décen­tra­li­sés, a décla­ré qu’il était heu­reux que le fork « se soit fina­le­ment réa­li­sé », expli­quant qu’il allait per­mettre de jeter les bases qui per­met­traient à Ethe­reum d’at­tendre ses objectifs.

Des questions demeurent sans réponse

Les déve­lop­peurs sont nom­breux a pen­ser que les carences d’E­the­reum consti­tue­ront un point d’at­ten­tion impor­tant lors de la Devcon3.

La sca­la­bi­li­té semble par ailleurs consti­tuer l’obs­tacle prin­ci­pal si Ethe­reum sou­haite per­mettre un jour à des appli­ca­tions décen­tra­li­sées de pou­voir rem­pla­cer Face­book ou Snapchat.

Loi Luu a insis­té sur le besoin de recherches dans ce domaine, expli­quant que la Devcon3 allait per­mettre de mobi­li­ser les forces vers cet objec­tif.

« Ethe­reum devient de plus en plus connu  – les gens s’at­tendent désor­mais à ce qu’une solu­tion réglant la pro­blé­ma­tique de la sca­la­bi­li­té puisse être bien­tôt déployée » a‑t-il déclaré.

On sait que les déve­lop­peurs ont pro­po­sé plu­sieurs solu­tions pour per­mettre d’as­su­rer cette sca­la­bi­li­té. C’est le cas de Rai­den Net­work, ou encore de True­Bit, dont les équipes s’ex­pri­me­ront durant cette confé­rence pour pré­sen­ter l’a­van­cée de leurs pro­jets respectifs.

Ste­fan George a éga­le­ment évo­qué les poten­tiels concur­rents d’E­the­reum. Il songe ain­si à Dfi­ni­ty, une autre Blo­ck­chain se pré­sen­tant comme un « ordi­na­teur mon­dial », mais estime qu’il pour­rait y en avoir d’autres. Celles-ci pour­raient tou­te­fois être béné­fiques à Ethe­reum, puis­qu’elles for­ce­raient sa com­mu­nau­té à être plus réactive.

Réfé­rence : Coin­Desk