Bitcoin Produits dérivés financiers

Goldman Sachs va pouvoir trader des contrats à terme sur le Bitcoin pour le compte de ses clients

Goldman Sachs

Gold­man Sachs, la deuxième plus grande banque d’in­ves­tis­se­ment au monde der­rière JPMor­gan, pro­po­se­ra très pro­chai­ne­ment à ses clients de tra­der, pour leur compte, des contrats à terme sur le Bit­coin, une fois que ceux-ci seront intro­duits par le CME et le CBOE, d’i­ci quelques jours.

Gold­man Sachs pour­ra ser­vir d’in­ter­face entre les ache­teurs et les ven­deurs de pro­duits déri­vés liés au Bitcoin.

« Nous allons four­nir des ser­vices de com­pen­sa­tion à nos clients sur des contrats à termes impor­tants, » a affir­mé Tif­fa­ny Gal­vin, porte-parole du groupe bancaire.

Ain­si, la banque d’af­faires amé­ri­caines pour­ra régler les sommes nettes qui seront dues aux inves­tis­seurs qui déci­de­ront d’u­ti­li­ser ces inves­tis­se­ments finan­ciers, afin de spé­cu­ler sur la valeur du Bitcoin.

De leur côté, Bank of Ame­ri­ca et Citi­group ne se seraient pas encore déci­dées à sau­ter le pas, d’a­près ce qu’a indi­qué le Wall Street Journal.

Mme Gal­vin a affirmé :

« Dans la mesure où il s’a­git d’un nou­veau pro­duit, nous éva­luons en ce moment les spé­ci­fi­ca­tions et la nature des risques de ces contrats à terme, et ce avec la dili­gence nécessaire. »

M. Blankfein adopte une démarche pragmatique

Lloyd Blank­fein, CEO de Gold­man Sachs depuis 2006, avait décla­ré que « si le Bit­coin fonc­tion­nait, nous nous tour­ne­rons vers lui. »

Le mois der­nier, au cours d’un entre­tien accor­dé à Kay­la Tausche de la chaîne de télé­vi­sion CNBC, M. Blank­fein avait indi­qué que, même s’il ne se sen­tait pas très à l’aise avec cet actif, il gar­dait un esprit ouvert vis-à-vis du Bit­coin. Il avait expli­qué que, dans le pas­sé, plu­sieurs tech­no­lo­gies qu’il pen­sait être sans ave­nir avaient fina­le­ment très bien fonctionné.

« Je garde un esprit ouvert vis-à-vis de ces tech­no­lo­gies [le Bit­coin et les cryp­to-mon­naies], parce qu’il y a de nom­breuses choses qui fonc­tionnent très bien aujourd’­hui, alors que je les croyais stu­pides et fausses. Je suis désor­mais bien plus ouvert concer­nant ce phé­no­mène. Je connais par ailleurs très bien l’his­toire de la finance, et je sais qu’il exis­tait une époque durant laquelle les gens n’ac­cep­taient que les pièces d’or. »

M. Blank­fein se sou­vient qu’à une époque, la « mon­naie-papier » était reje­tée par de nom­breux indi­vi­dus qui ne lui fai­saient pas confiance.

« Une pièce de 5 dol­lars valait 5 dol­lars parce qu’elle com­por­tait de l’or, d’une valeur de 5 dol­lars. Ils ont ensuite émis de la “mon­naie papier”, dont la valeur était garan­tie par le Tré­sor grâce à des réserves d’or. Mais, quelques temps après, cette “mon­naie papier” qu’ils émet­taient n’é­tait plus garan­tie par l’or. On ne pou­vait pas avoir la cer­ti­tude d’ob­te­nir l’é­qui­valent de 5 dol­lars en or en don­nant cette mon­naie. Il s’a­git de mon­naie fidu­ciaire. J’ai vu que ce bout de papier valait 5 dol­lars – et il s’a­gis­sait de 5 dol­lars que beau­coup de per­sonnes ne vou­laient pas accep­ter pen­dant long­temps. Main­te­nant, ils le font sans aucun problème.

Il avait ensuite expli­qué que « s’il n’ai­mait pas » le Bit­coin, il pour­rait s’a­gir d’une « pro­gres­sion natu­relle » :

« Vous avan­cez un peu, et vous arri­vez au Bit­coin. Il ne s’a­git pas d’une mon­naie fidu­ciaire – par consé­quent je ne peux pas lui faire confiance, et je ne l’aime pas. Mais d’un autre côté, si cela fonc­tionne, je dirais qu’il s’a­git d’une pro­gres­sion natu­relle de l’argent phy­sique vers l’argent numérique. »

Réfé­rences : Cryp­to­coins­news, Bloom­berg

5/5 – (1 vote) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
wem
wem
4 années il y a

La valeur est celle des rêves. Il y a de très nom­breux rêves (je ne parle pas de rêve par­tie, quoique hum…) autour des cryp­to­mon­naies. Bien des rêves n’ont sou­vent pas de prix, ou un prix infi­ni. De très nom­breux pro­jets concrets se bâtissent en ce moment, au tour de ces rêves, La Valeur est là, déjà potentiellement. 

La blo­ck­chain n’est qu’une toute petite par­tie du futur, nous voyons com­bien les décou­vertes scien­ti­fiques sont de plus en plus nom­breuses, chaque année ! Et main­te­nant, mettre en pra­tique cer­taines d’entres elles ne passent plus obli­ga­toi­re­ment par les pou­voirs (devi­nez…) Il est très sain de lais­ser les popu­la­tions choi­sir elles-mêmes vers où elles veulent rêver le futur.

En défi­ni­tif : Cer­tains de nos rêves me semblent abso­lu­ment plus réels que leurs réa­li­tés… (Sans autre commentaire.)